Focus sur le job dating organisé mardi par le PMU à Auteuil

Autres informations / 15.04.2022

Focus sur le job dating organisé mardi par le PMU à Auteuil

Avec une soixantaine de postes à pourvoir en permanence, le PMU recrute et c’est une bonne nouvelle. Mardi 19 avril, à Auteuil, l’opérateur historique sortira même le grand jeu pour les alternants en organisant pour la première fois un job dating lors d’une réunion de courses. Emmanuelle Melin, la directrice des ressources humaines, nous en dit plus sur cette journée aux multiples enjeux pour le PMU.

En plus des turfistes et des socioprofessionnels, l’hippodrome de la butte Mortemart accueillera mardi prochain de nouveaux visages. En effet, environ 80 jeunes étudiants présélectionnés, pour la plupart inscrits dans de grandes écoles (Inseec, Iscom, Skema, Efrei, IGS Groupe ou encore Sup des RH), seront présents avec l’espoir de décrocher un contrat d’alternance au PMU pour une durée de 12 à 24 mois à compter du mois de septembre. « L’alternance est un sujet qui nous tient à cœur, nous a expliqué Emmanuelle Melin, directrice des ressources humaines du PMU depuis janvier 2021. C’est aussi, selon moi, un sujet de responsabilité sociétale que de faire entrer les jeunes dans le monde des entreprises et de les amener à pouvoir se confronter à leurs futurs métiers dans des environnements concrets. Et le PMU est une très belle entreprise pour porter ces valeurs-là. »

Informatique et digital : les profils recherchés

Emmanuelle Melin nous en dit plus sur les alternants qui vont rejoindre le PMU : « Les contrats d’alternance que nous proposons concernent les métiers en rapport avec l’ingénierie informatique, le digital, dont fait partie l’e-commerce, le marketing – pas seulement pour l’offre hippique mais aussi pour les autres segments, paris sportifs et poker –, le réseau commercial et enfin bien évidemment les fonctions supports, comme la finance, les ressources humaines, la communication ou encore le secrétariat général. Nous recherchons beaucoup de profils de type bachelor ou master. Le PMU est attractif et il existe une vraie curiosité de la part des candidats à son sujet. Avec un niveau de trafic et de transactions important, jusqu’à 2.000 par seconde, du traitement en temps réel,  le challenge plaît beaucoup aux profils techno/développeurs, d’autant que la mise en place de la méthode Agile-Safe au sein du PMU est un véritable atout auprès de la jeune génération [Cette méthode s’adresse à des équipes d’une centaine de personnes d’une même entreprise mais venant de services différents et a pour but de faciliter les échanges et la réalisation d’un projet en commun, ndlr]. »

Une première sur un hippodrome. À la soixantaine de postes à pourvoir en permanence, que ce soit en CDD ou en CDI, des contrats en apprentissage et en alternance sont en effet aussi proposés par l’opérateur. « Nous aurons l’année prochaine environ 45 alternants au PMU, précise Emmanuelle Melin, qui, avant de rejoindre l’opérateur, a exercé les mêmes fonctions durant une quinzaine d’années dans les télécoms, notamment chez SFR. Et nous avons pour objectif mardi d’en recruter environ 30, en plus de ceux qui sont déjà en poste aujourd’hui. Pour cela, le PMU a choisi des job datings, c’est-à-dire des mises en situation concrètes sur une demi-journée. Et quel meilleur lieu qu’un hippodrome pour sensibiliser à la raison d’être du PMU ? C’est aussi pour nos futurs collaborateurs un excellent moyen de découvrir ce milieu, la filière hippique et l’univers du pari. »

L’alternance, une ressource pour l’avenir. Si l’ensemble de l’équipe développement RH sera présent mardi à Auteuil, une vingtaine de managers seront aussi sur place pour accueillir les étudiants et leur faire passer des entretiens. Emmanuelle Melin poursuit : « L’obtention du label Happy Trainee (label de qualité des parcours alternants), source de fierté pour tous nos collaborateurs, est une preuve supplémentaire de notre engagement envers les alternants qui nous rejoignent. Nous calons notre campagne de recrutement d’alternants sur nos besoins en recrutement de CDI. C’est-à-dire qu’au regard de nos postes ouverts en externe nous essayons de faire un effet miroir sur ce que l’on va chercher en alternance. Cette politique d’alternance est une politique de long cours. Notre souhait, à travers ce job dating, est aussi de nous doter d’un vivier de jeunes étudiants que nous allons accompagner, suivre et identifier comme talents potentiels pour leur proposer en fin de cursus un poste ouvert en CDI. C’est donc aussi un enjeu sur l’avenir qui se joue mardi. »

La transformation du PMU passe (aussi) par là. L’opérateur est à un moment clé de son histoire, portée par une dynamique de transformation démarrée il y a trois ans et menée actuellement par Emmanuelle Malecaze-Doublet, la directrice générale adjointe du PMU. Ce sujet est d’ailleurs plus que jamais d’actualité, avec l’installation dans l’immeuble Thémis, prévue début 2023. « Le PMU compte actuellement un peu plus de 1.100 collaborateurs, contre plus de 1.400 il y a encore quelques années, la réduction concernant notamment les métiers des opérations, où beaucoup de tâches ont été automatisées. Le turnover est de l’ordre de 7,5 %, un chiffre tout à fait normal, mais sur lequel nous restons très vigilants. L’objectif d’une telle manifestation est aussi de resensibiliser nos managers à la responsabilité sociétale vis-à-vis de l’alternance. Je veux dire par là qu’il faut amener ces derniers à considérer différemment le rôle et l’intérêt d’accueillir un alternant dans ses équipes. Ces profils qui arrivent d’écoles apportent du renouveau, une vision nouvelle et cela rechallenge aussi les équipes dans leur schéma de pensée et de fonctionnement. C’est pourquoi intégrer un alternant dans ses équipes participe au mouvement de fond mené sur la modernisation du PMU. »

La transformation du réseau commercial quasiment terminée

Le réseau commercial est moins concerné par le job dating prévu mardi à Auteuil. « Nous sommes en train de terminer la mise en place de la transformation du réseau commercial, nous a confié Emmanuelle Melin. Ce réseau a été profondément transformé et c’est pourquoi moins d’offres aujourd’hui concernent ce département. Il a été modernisé à la fois dans sa structure de rémunération et dans ses modes de fonctionnement. De nouveaux métiers sont apparus et facilitent encore plus les passerelles métiers pour répondre aux projets professionnels de nos collaborateurs. »

 

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.