Prix Cyrlight (Steeple-chase) : Altesse du Berlais en démonstration

Courses / 01.04.2022

Prix Cyrlight (Steeple-chase) : Altesse du Berlais en démonstration

Bordeaux-Le Bouscat, vendredi

Pour sa rentrée et ses débuts en steeple à Toulouse, Altesse du Berlais (Martaline) avait fait le job. Nous nous attendions à mieux dans le Prix Cyrlight à Bordeaux et la représentante de Gianni Caggiula, Palmyr Racing, Gilles Barbarin, Guillaume Luyckx et du haras du Berlais s’est imposée dans un canter. Attentiste en quatrième position, elle s’est rapprochée dans le deuxième tournant. Au milieu de la ligne d’en face, elle est venue sur la ligne de tête et elle a perdu sa principale rivale à ce moment de la course, Iris d’Aubrelle (Montmartre), tombée au fence alors qu’elle avait du gaz. Altesse du Berlais s’est alors assuré les commandes puis elle s’est détachée dans son action. Entre les deux dernières haies, elle avait une confortable avance et son jockey, Baptiste Le Clerc, s’est permis de regarder derrière lui. Puis il a remis ses lunettes sur son casque, flatté sa partenaire et il a pu attendre tranquillement de passer le poteau. Sans forcer, la pensionnaire de Guillaume Macaire et d’Hector de Lageneste l’a emporté de dix longueurs devant Cuzco du Mathan (Martaline), restant invaincue en deux sorties en steeple. L’animatrice, Idylle du Seuil (Gris de Gris), a conservé la troisième place.

Elle a pris de la maturité. Déjà bonne à 3ans sur les haies, Altesse du Berlais semble mieux se gérer dans un parcours désormais. Elle doit pouvoir se faire une place dans les Groupes en steeple. Son partenaire a déclaré au micro d’Equidia : « Mes impressions sont bonnes ! Lorsque l’on est en selle sur cette pouliche, on n’a pas l’impression d’aller très vite. Mais, en trois foulées, elle s’est montrée au-dessus du lot. Elle a du train, mais aujourd’hui, ça ne servait à rien de régler l’allure pour les autres. Si on veut gagner un Groupe, il faudra qu’elle sache courir en attendant comme aujourd’hui. Elle a pris du plomb dans la tête, elle en avait besoin. Ce n’était que sa deuxième sortie en steeple. Elle sait se servir de sa force. Elle a la tête d’une championne. Pour sa rentrée à Toulouse, nous savions qu’elle avait de la marge. C’était un parcours d’apprentissage comme aujourd’hui. »

La petite-fille de Royale Athénia. Élevée par le haras du Berlais et Ballantines Racing Stud, Altesse du Berlais est une fille de Martaline (Linamix) et d’Hermine du Berlais (Saint des Saints), gagnante du Prix du Défilé à 3ans, à Auteuil, et quatrième du Prix Bournosienne (Gr3 à l’époque). C’est la sœur de Colbert du Berlais (Poliglote), lauréat du Prix Le Gualès de Mézaubran (L). Après Altesse du Berlais, Hermine du Berlais a donné Étoile du Berlais (Great Pretender), une 3ans à l’entraînement chez Robert Collet, tout comme Mazarin du Berlais (Great Pretender), un 2ans. Son produit de l’année dernière par Masked Marvel (Montjeu) est décédé. En 2021, elle a été saillie par Zarak (Dubawi).

La deuxième mère n’est autre que la championne Royale Athénia (Garde Royale), lauréate de six Groupes à Auteuil, dont le Prix Renaud du Vivier, et deuxième du Grand Prix d’Automne (Grs1). Royale Athénia a donné l’étalon du haras du Lion Castle du Berlais (Saint des Saints), gagnant du Prix Roger de Minvielle (L), et Sire du Berlais (Poliglote), deuxième de la Stayer’s Hurdle (Gr1) à Cheltenham. Royale Athénia est la sœur d’Ytalsa Royale (Arokar), lauréate du Prix Ferdinand Dufaure (Gr1), de Crylza Royal (Northern Fashion), deuxième du Prix Léon Olry-Roederer (Gr2), de Royal Rosa (Garde Royale), gagnant d’un bumper labelisé Gr1, et de Royal Paradise (Cadoudal), gagnant de Gr1 sur les claies de Leopardstown.

 

 

 

Mendez

 

 

Linamix

 

 

 

 

Lunadix

 

Martaline

 

 

 

 

 

Sadler’s Wells

 

 

Coraline

 

 

 

 

Bahamian

ALTESSE DU BERLAIS (F4)

 

 

 

 

 

 

Cadoudal

 

 

Saint des Saints

 

 

 

 

Chamisène

 

Hermine du Berlais

 

 

 

 

 

Garde Royale

 

 

Royale Athénia

 

 

 

 

Crystalza