Prix Hopper (Gr3, Steeple-chase) : Ma Beauté dure au mal

Courses / 26.04.2022

Prix Hopper (Gr3, Steeple-chase) : Ma Beauté dure au mal

Compiègne, mardi

1re       MA BEAUTÉ

2e        LA BOÉTIE

3e        GIBRALFARO

Connue comme étant une pouliche qui va de l’avant, Ma Beauté (Montmartre) n’avait jamais lutté comme elle a eu à le faire ce mardi. La représentante de madame Joseph Shalam a en effet mis son cœur sur la piste pour s’offrir un premier Groupe dans le Prix Hopper (Gr3). Attentiste, en cinquième position, elle a parfaitement sauté en face, venant sur la ligne de l’animatrice, La Boétie (Saint des Saints), à l’amorce du tournant final. Elle a pris l’avantage après le fence et a débouché en tête dans la ligne droite. La Boétie l’a suivi avant de l’attaquer sitôt l’ultime obstacle franchi. La pouliche défendant les couleurs de l’écurie Zingaro s’est assuré une demi-longueur d’avance et a longtemps fait illusion. Mais, dans un dernier coup de rein, après une belle passe d’armes, Ma Beauté a finalement passé le poteau une courte tête devant La Boétie. Elle a ainsi remis à l’honneur les couleurs Shalam que nous avions vu briller avec Katiki (Cadoudal), lauréat notamment d’un Grand Prix d’Automne (Gr1), ou encore Fair Mix (Linamix), en plat.

Un train qui a joué en sa faveur. Entraîneur de Ma Beauté, qui venait d’ouvrir son palmarès sur le steeple de Compiègne, Marcel Rolland nous a déclaré : « Je pense que nous avons été servis par le train de la course. Ma Beauté a tendance à être assez brillante. Nous savions que La Boétie irait devant et nous avions pris la décision de nous faire emmener. J’étais un peu inquiet lorsque je l’ai vue venir dans le dernier tournant, mais son jockey ne pouvait faire autrement. C’est la pouliche qui vient d’elle-même. À partir du moment où il est venu devant, Ludovic [Philipperon, ndlr] a décidé de ne pas attendre les autres. La jument est toutefois venue un peu tôt aux avant-postes et, après la dernière haie, La Boétie lui a pris une encolure. Heureusement, elle a su revenir dicter sa loi en donnant un bon coup de rein. Souvent, elle baissait de pied pour finir. Mais, lorsque nous l’avions travaillée mardi dernier, nous avions attendu et elle avait prouvé qu’elle pouvait placer une belle accélération en étant patiente. Le propriétaire est également éleveur, donc c’est une victoire importante. Nous allons certainement retourner à Auteuil, nous verrons. » De son côté, Ludovic Philipperon, fidèle jockey de Ma Beauté, a ajouté : « J'ai eu une bonne course mais j'ai peut-être démarré un peu tôt. Je savais qu'elle faisait bien la côte de Compiègne, donc j'ai durci de bonne heure. Je pensais ainsi faire mal à mes rivaux. Mais elle s'est retrouvée un peu regardante sur la dernière haie. Au final, grâce à cela, elle a pu remettre un petit coup de rein pour finir. La Boétie m'avait pris une petite encolure à cent mètres du poteau mais Ma Beauté n'a pas craqué. »

Gibralfaro, un métronome. Gibralfaro (Prince Gibraltar) est un poulain qui fait toutes ses courses. En particulier à Compiègne. Il s’est très bien défendu, concluant net troisième derrière Ma Beauté et La Boétie. Deux de ses copropriétaires étaient présents dans l’Oise, Jean-Paul Mercier et Erwan Barichard. Ils nous ont dit : « Le cheval a bien couru mais je pense que les pouliches étaient un peu au-dessus de lui. Il était aussi le seul à porter du poids car le seul à avoir gagné une Listed. Notre souhait était de le revoir à Compiègne et cette performance nous confirme qu'il est tout aussi capable de faire Auteuil. Il est arrivé à maturité. Au début de sa carrière, il n'était pas très concerné et sautait n'importe comment. Mais il s'est déclenché du jour au lendemain, lors de sa troisième sortie, à Royan. Au départ, il était à l'entraînement chez Jean-Claude Rouget. Or, Gibralfaro s'est montré bien plus tardif que ce à quoi nous nous attendions. » Drop the Pilot (Protectionist) a signé de bons débuts en steeple, finissant quatrième devant Showly (Spider Flight), décevant, qui a accumulé les petites fautes.

Une mère double gagnante de Groupe en haies. Élevée par sa propriétaire, Ma Beauté est une fille de Montmartre (Montjeu), étalon au haras du Hoguenet, et de la bonne Libaute (High Yield), gagnante des Prix Pierre de Lassus et André Michel (Grs3) pour le même entourage. Libaute s'était imposée en plat, mais aussi sur les haies d'Auteuil et d'Enghien, où elle avait remporté le Prix de Besançon (L). Avant Ma Beauté, elle avait produit Dinolit (Doctor Dino), lauréat sur les haies de Moulins à 4ans. En 2021, Libaute a eu une pouliche nommée Libana (Nirvana du Berlais). La deuxième mère, Libellule (Highest Honor), s'est imposée à huit reprises en plat entre 2.000m et 2.700m et elle s'est aussi placée sur les haies. Outre Libaute, elle a donné trois autres chevaux qui ont dépassé les 120.000 € de gains : Loulane (Commands), lauréate en plat et mère de Marlonne (Martaline), deuxième du Prix Pierre de Lassus, lauréate du Prix Calabrais (L) et vendue 80.000 € à la dernière vente d’automne Arqana à Chauvigny Global Equine, Libore (Starborough) et Liblos (Numerous).

 

 

 

Sadler’s Wells

 

 

Montjeu

 

 

 

 

Floripedes

 

Montmartre

 

 

 

 

 

Linamix

 

 

Artistique

 

 

 

 

Armarama

MA BEAUTÉ (F4)

 

 

 

 

 

 

Storm Cat

 

 

High Yield

 

 

 

 

Scoop the Gold

 

Libaute

 

 

 

 

 

Highest Honor

 

 

Libellule

 

 

 

 

La Générale