Dark Angel, le bébé étalon devenu classique

Élevage / 16.05.2022

Dark Angel, le bébé étalon devenu classique

Quand l’histoire commerciale de l’élevage sera écrite, d’ici une trentaine d’années, Dark Angel (Acclamation) aura droit à son chapitre. Dimanche, Mangoustine a offert à son père un premier succès classique très attendu… Il manquait cela à l’étalon, qui a 17 ans, pour douze générations en piste, 47 gagnants de Groupe dont onze de Gr1.

Par Franco Raimondi

Quand la Commonwealth Cup n’existait pas

C’est à la fin de la saison 2007 que la famille O’Callaghan a acheté celui qui était le meilleur sprinter de 2ans de sa génération. Il avait couru neuf fois, atteignant son meilleur niveau en fin de saison. En moins de deux semaines, il avait remporté les Mill Reef Stakes (Gr2) et les Middle Park Stakes (Gr1). Son entraîneur, Barry Hills, lui avait ensuite demandé d’aller sur plus long dans les Dewhurst (Gr1), mais le poulain avait craqué après avoir animé les débats…

La Commonwealth Cup (Gr1), grand objectif pour les sprinters de 3ans, n’existait pas à l’époque de Dark Angel. Le marché pour les étalons de vitesse pure n’était pas aussi fort qu’il ne l’est maintenant. Les O’Callaghan ont formulé une belle offre que les propriétaires, Catherine Corbett et Chris Wright, ont accepté. Catherine Corbett avait alors commenté : « Nous avons discuté avec son entraîneur et mon associé. Il n’aurait de toute façon pas couru les classiques, car c’est un cheval de 1.200m. L’année de 3ans, avec un poulain déjà lauréat de Gr1, est difficile. La décision de le vendre a été logique. »

Un choix commercial

Dark Angel n’était pas le premier étalon retiré à la fin de sa saison de 2ans. L’année précédente, Holy Roman Emperor (Danehill), était parti au haras fin mars, alors qu’il avait les Guinées en ligne de mire. La raison : il devait remplacer chez Coolmore l’infortuné  George Washington (Danehill), stérile. En 1999, Fasliyev (Nureyev), invaincu lauréat des Phoenix Stakes et du Prix Morny (Grs1), a été retiré suite à une fracture d’un paturon et a été offert à 25.000 livres irlandaises par Coolmore. Aux États-Unis et plus loin dans l’histoire, en 1961, Hail to Reason (Turn-To) s’est blessé après 18 sorties à 2ans, et il est devenu un grand étalon. C’est aussi  ce qui est arrivé deux ans plus tard à Raise a Native (Native Dancer), parti au haras invaincu en quatre sorties car un tendon avait bougé. Dark Angel, au contraire des autres, n’a pas changé de métier pour des problèmes de santé où de marketing.

Un départ à 10.000 €

Dark Angel a effectué ses débuts à 10.000 € et a reçu un bon accueil du marché, avec une première génération de 93 foals qui sont passés aux ventes de yearlings en 2010. Les premiers produits de Dark Angel ont affiché un prix moyen de 35.419 €, pour 57 vendus. Les deux top prices, à 140.000 et 105.000 guinées, ont été Heeraat et Sovereign Debt et ils ont gagné leur Groupe plus tard dans leur carrière. Presque 90 % des premiers Dark Angel sont passés en vente, c’est-à-dire que les clients étaient des éleveurs-vendeurs. La seule gagnante en France de cette première génération est Boulba d’Alben, élevée par le haras de Beauvoir, lauréate d’un réclamer à 3ans à Fontainebleau et qui avait été dénichée à l’amiable à la vente d’élevage alors qu’elle était foal, pour 3.000 €, par Bénédicte Ferry Abitbol.

La chute de la demande

Les premiers Dark Angel ont connu de la réussite. Il a eu 31 gagnants de 2ans, mais il a terminé troisième du classement des first crop sires 2011, derrière Dutch Art (Medicean) et Red Clubs (Red Ransom), qui ont fait jeu égal avec 33 lauréats. Il a eu une lauréate black type, la pouliche Lily’s Angel, achetée 8.000 £ à Doncaster, qui a remporté les Empress Stakes (L) sous l’entraînement de Richard Fahey : c’est très important en première génération.

Dark Angel, comme cela est ma coutume pour les jeunes étalons de son segment, a connu une baisse de marché. Son tarif a chuté à 7.500 € en deuxième saison et à 7.000 € pour la troisième et la quatrième. La deuxième génération ne comptait que 62 produits et la troisième 39... Les résultats corrects aux ventes et les bruits d’entraînement favorables de ses premiers juniors ont redonné de la confiance aux éleveurs-vendeurs et, pour la première fois, il a eu plus de cent foals (119) en 2012.

Mangoustine conçue à 85.000 €

Le premier gagnant de Groupe de Dark Angel est Alhebayeb, issu de sa deuxième génération, qui a remporté les July Stakes (Gr2) à 2ans, en 2012 pour la casaque du cheikh Hamdan Al Maktoum qui a soutenu l’étalon depuis ses débuts. Le tarif de Dark Angel est monté à 12.500 € en 2012 avant de passer à 27.500 € en 2014 et à 60.000 € en 2016. La génération de Mangoustine est la première conçue à 85.000 € et compte sur trois autres lauréats de Groupe, dont Angel Bleu, double gagnant de Gr1 à 2ans. Les six premières générations, conçues à 12.500 € ou moins, rassemblent 580 produits et ont fourni plus de la moitié (26) des gagnants de Groupe de Dark Angel, alors que les cinq suivantes, avec plus de foals (801), en ont donné 21. Dark Angel a 132 juniors et 117 yearlings conçus à 85.000 €, avant que son tarif ne soit baissé à 60.000 €.

Un C.A. de 91 millions aux ventes depuis 2015

La victoire de Mangoustine est la première au niveau classique et va offrir à son père, qui est désormais dans la seconde mi-temps de sa carrière, d’autres grandes opportunités. Depuis 2015, le prix moyen des yearlings par Dark Angel a franchi les 100.000 € et le CA affiché par les 565 qui ont trouvé preneurs est de 91,36 millions. Il a eu sa première millionnaire en Guinées dans le book 2 de Tattersalls, en 2019, quand le cheikh Hamdan Al Maktoum a investi 1,05 millions pour Tarhib, gagnante de deux courses. Les éleveurs qui font courir ont un peu pris le relais sur les éleveurs-vendeurs.

La vitesse… et un peu plus

La production de Dark Angel est très marquée par les attitudes de l’étalon. Les gagnants de Groupe sur 1.600m et plus représentent un peu plus d’un tiers (17 sur 47) de sa production. Ceux qui ont brillé sur plus de 2.000m sont l’américain Hunt, lauréat de Gr1 sur le mile mais aussi du Del Mar Handicap (Gr2) sur 2.200m, et Valac, qui a remporté la Queen Cup (Gr3) sur 2.500m en Australie.

Et c’est bien logique ! L’éleveur qui fait le choix d’envoyer une jument à Dark Angel ne cherche pas un Derby winner mais à apporter de la vitesse (pas forcément de la précocité) dans un pedigree. Dernière chose sur Dark Angel, auteur d’un fait très rare… Il n’a jamais fait la navette dans l’hémisphère Sud et n’a pas un seul produit enregistré au stud book australien ! Il n’a jamais été un étalon comme les autres…

 

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.