APPLEBY, LE VAINQUEUR DES JEUX

Courses / 16.05.2022

APPLEBY, LE VAINQUEUR DES JEUX

Longchamp, dimanche

Emirates Poule d'Essai des Poulains (Gr1)

1er       MODERN GAMES

2e        TEXAS

3e        TRIBALIST

Le dernier lauréat de l’Emirates Poule d’Essai des Poulains (Gr1) était Victor Ludorum (Shamardal), ce qui veut dire le "vainqueur des Jeux"… C’était en 2020. Tout juste deux ans après, c’est Modern Games (Dubawi) – ce qui signifie "Jeux modernes" – qui offre un sixième succès aux Boys in Blue dans le classique de Longchamp. Mais si l’on doit décerner le titre unifié de vainqueur des jeux classiques, ce sera cette année à Charlie Appleby ! Quinze jours après avoir vu Coroebus (Dubawi) et Native Trail (Oasis Dream) se classer respectivement premier et deuxième des 2.000 Guinées de Newmarket, le maître de Moulton Paddocks remporte les French Guineas. Du travail d’orfèvre.

Et pourtant, il a failli tomber au départ…

William Buick, fraîchement revenu des États-Unis puisqu’il montait Yibir (Dubawi) samedi dans les Man O’War Stakes (Gr1) à Belmont, a dû avoir une petite frayeur au départ : Modern Games a trébuché en sortant des stalles et cela aurait pu mal se finir. Mais le poulain s’est vite relancé et a foncé, se retrouvant en tête. Le début de course a été une véritable charge : à l’extérieur de Modern Games, Texas (Wootton Bassett) et Claymore (New Bay) ont sprinté pour tenter de contrer leur 15 et 16 dans les stalles, sans parler de Tribalist (Farhh), qui a signé le partiel de 200m le plus rapide de tous les concurrents dans la section située entre 1.400m et 1.200m du poteau ! Voilà qui est tout dire sur un début de course effréné...

Texas a pris la tête dans la descente, Claymore se retrouvant bloqué sur une troisième épaisseur, tandis que William Buick a pu avoir le parcours en or derrière l’animateur.

À la sortie du tournant, Modern Games est venu à l’intérieur de Texas qui lui a offert une belle réplique jusqu’aux 200m, mais Modern Games avait moins puisé dans ses réserves. Il s’impose d’une longueur un quart devant Texas. Tribalist, vu à l’intérieur de Modern Games dans le parcours, est troisième à trois quarts de longueur – lui aussi pénalisé par sa section record du début de parcours et par un numéro à la corde piège (le 1). Mais avec le recul, on peut se dire que les jockeys de Texas et de Tribalist ont bien fait de forcer pour être près de la tête car l’arrivée était affichée à l’entrée de la ligne droite...

Ancient Rome (War Front), vu dans le sillage de Tribalist, est quatrième à une tête, se frottant un peu à l’immense Nesr Shalghoda (Due Diligence), bouillant dans le tournant avant d’entrer dans la fausse ligne droite. À cet endroit, Lassaut (Almanzor) a aussi pris des coups, rentrant dans la lice et perdant du terrain. Il a dû faire un effort dans la fausse ligne droite et, compte tenu de tous ces éléments, sa cinquième place à trois quarts de longueur n’est pas mauvaise. Il est le seul, parmi les cinq premiers, à avoir dû voyager loin dans le peloton. Quant à Welwal (Shalaa), il a vécu un cauchemar, coincé en épaisseur et un moment brillant. Il est sixième à une courte encolure.

Rendez-vous dans le Qatar Prix du Jockey Club

Modern Games était, avec Bayside Boy (New Bay), le seul poulain à effectuer sa rentrée dans l’Emirates Poule d’Essai. Il avait fait un galop sur le Rowley Mile de Newmarket le 29 avril, mais n’avait pas été revu en compétition depuis sa victoire dans le Breeders’ Cup Juvenile Turf (Gr1), en novembre, sur le tourniquet de Del Mar. Modern Games est le deuxième gagnant de Poule d’Essai à être passé par la Breeders’ Cup à 2ans, l’autre étant Flotilla ** (Mizzen Mast), gagnante de la Poule d’Essai des Pouliches en 2013.

Charlie Appleby – qui était aussi à Belmont quelques heures auparavant ! – nous a dit : « Je suis ravi ! Nous étions confiants avant la course. Sur ce qu’il avait fait à 2ans, il était le poulain de classe du lot. J’avais dit à William [Buick, ndlr] d’essayer de prendre un bon départ et, si quelqu’un venait ensuite, de le couvrir puis de le laisser faire. Le poulain est bien sorti, même s’il a trébuché. Il est très professionnel ! Ils sont allés à un bon rythme et Modern Games a montré sa classe pour finir. C’est un vrai cheval de course dans son attitude : il se met à plat ventre pour finir et ne lâche rien. Cela fait un moment que nous visons la Poule d’Essai avec lui. Je pense depuis un moment qu’il pourrait aller sur plus long et William en est également convaincu : nous allons le diriger vers le Prix du Jockey Club (Gr1). Aujourd’hui, tout était en sa faveur : j’étais ravi en consultant la météo car je crois que les pistes rapides sont un plus pour lui. Le tracé de Longchamp lui a plu et il a continué à accélérer jusqu’au bout. »

Un vrai lion

Modern Games n’est pas très grand et fait un peu "poney" lorsqu’on le voit dans le rond, avec sa jolie tête, sa robe alezane, son physique de petit costaud et ses trois balzanes… Mais il a une très belle attitude en piste où il se transforme en lion ! Il était très calme avant la course et très calme après aussi. Il a vraiment l’air "bien dans ses baskets", ce que Charlie Appleby confirme : « Ce n’est pas un poulain très grand, mais il est très sain et, de 2ans à 3ans, il a bien évolué, prenant de la force comme le font souvent les Dubawi. Surtout, il est très facile, avec beaucoup de mental. Nous l’avions constaté l’an dernier à Del Mar dans tout le micmac autour du Breeders’ Cup Juvenile Turf, où il était dans les stalles, est ressorti, a été déclaré non partant puis finalement de nouveau partant ! Cela ne l’avait pas ému. » Souvenez-vous : Charlie Appleby avait deux partants dans le Breeders’ Cup Juvenile Turf. Albhar (Dubawi) s’était agité dans sa stalle et était tombé, et le starter avait ouvert la stalle d’à côté, celle de Modern Games, qui était sorti en trottinant. Dans la panique, les vétérinaires avaient déclaré Modern Games non-partant, avant de finalement l’autoriser à courir car le poulain n’avait pas pris de coup. Mais trop tard pour les parieurs américains : il n’était pas possible, au niveau des prises de paris, d’annuler la déclaration de non-partant. Modern Games avait gagné très facilement. Sans l’argent des parieurs américains, mais sous leurs sifflets colériques…

Le troisième mousquetaire Appleby/Godolphin

Godolphin et Charlie Appleby sont bien armés chez les mâles de 3ans et l’entraîneur pourrait bien réussir le grand chelem des épreuves classiques et "super-classiques" d’Angleterre, de France et d’Irlande en 2022 : « Nous avons beaucoup de chance avec nos 3ans cette année puisque nous avons aussi Coroebus et Native Trail. L’idée va être de ne pas les faire s’affronter le plus longtemps possible : Coroebus va vers les St James’s Palace Stakes et Native Trail vers les 2.000 Guinées d’Irlande. Les trois avaient déjà montré beaucoup de moyens à 2ans et nous sommes ravis de les voir confirmer à 3ans. C’est très bien pour tout le monde à Godolphin : nous avons des gagnants de 2.000 Guinées de Newmarket et de Poule d’Essai, Coroebus et Modern Games, qui sont élevés par Godolphin et tous deux par Dubawi. »

La Grande-Bretagne n’avait pas remporté la Poule d’Essai des Poulains depuis 2005 : c’était avec Shamardal (Giant’s Causeway), entraîné par Saeed bin Suroor et donc sous casaque Godolphin. Les Boys in Blue ne réalisent pas le jumelé gagnant dans la Poule d’Essai comme dans les 2.000 Guinées, mais prennent aussi la troisième place du classique de Longchamp grâce au pensionnaire d’André Fabre, Tribalist.

Texas pas loin de l’exploit

Tout l’entourage de Texas a dû y croire ! Le poulain de l’écurie Jeffroy n’a rien lâché jusqu’au bout mais, même s’il n’a pas craqué, Modern Games en avait plus gardé sous le pied en vue des 200 derniers mètres. Henri-François Devin, son entraîneur, nous a dit : « J'ai un instant cru qu'il allait le faire ! Je suis très fier du travail accompli à l'écurie. C'est un peu frustrant d'être deuxième d'un classique, surtout que cela nous est déjà arrivé [avec Physiocrate (Doctor Dino), deuxième du Diane 2015, ndlr]. C'est ainsi. Texas court très bien et je suis ravi de sa performance. Pourtant, avec ce numéro dans les stalles, c'était presque impossible. Je ne dis pas que nous aurions pu donner chaud au gagnant avec un meilleur numéro de corde, mais il aurait fait moins d'efforts. Texas a été très courageux et très lutteur. C'est un cheval extraordinaire. En plus il est magnifique ! J'ai beaucoup de chance de l'avoir à l'entraînement. Quand il est bien, il est capable de fournir ce changement de vitesse. Trois semaines avant le Prix de Fontainebleau (Gr3), il était encore au trot. Je savais qu'il allait monter sur sa course. Aujourd'hui, c'était la bonne et nous ne sommes pas passés à côté. Clément Lecœuvre est vraiment un excellent jockey, je pense qu'il a une grande carrière devant lui. Finalement, j'étais assez confiant jusqu'au jour du tirage des numéros de corde... Mais Texas fait plus que de répondre à nos attentes. À l'entraînement, il était parfait. Je ne pense pas le courir dans le Jockey Club. Je vais en discuter avec ses propriétaires, je pense qu'il n'a pas assez de tenue. Il en faut pour cette course. Il pourrait toutefois être dirigé vers le Prix Jean Prat (Gr1). »

Benoît Jeffroy, copropriétaire et coéléveur de Texas, a ajouté : « C'est super ! Hier, nous parlions avec Henri-François Devin et nous nous disions qu’il allait peut-être pouvoir effacer son numéro de corde grâce à sa vitesse de base. Et il a réussi. Il a beaucoup progressé sur la préparatoire et, ce coup-ci, il n'a pas craqué pour finir. À 200m du but, on y croyait encore ! Il penche un peu à gauche pour finir... Il paye peut-être l'effort qu'il a fourni pour venir en tête. Cette deuxième place est comme une victoire. Nous sommes quand même une petite écurie... Texas est issu d'une famille très vivante, qui ne fait que briller en ce moment, notamment avec Just Beauty (Shalaa) et Tekao (Doctor Dino) [deux 3ans qui ont gagné pour leurs débuts ces dernières semaines, ndlr]. Pour notre structure, c'est extraordinaire. »

Une course à oublier pour les Rouget

Lassaut qui prend des coups côté corde… Welwal qui se retrouve contré et coincé en épaisseur… Les pensionnaires de Jean-Claude Rouget n’ont pas eu la chance de leur côté dans la Poule d’Essai. Les deux n’ont pas démérité : Welwal, en 11’’08, trace les meilleurs 400m aux 200m de la course avant de décélérer pour finir. Lassaut trace les meilleurs 600m aux 400m, en 11’’12, portion où Modern Games, par exemple, est en 11’’22. Il réalise le troisième meilleur partiel des 400m aux 200m (en 11’’17, contre 11’’15 pour Modern Games) ainsi que des 200m à l’arrivée, en 11’’77 (11’’76 pour Modern Games).

L’entraîneur a quelques regrets : « Le parcours de la grande piste de Longchamp n’est pas évident... Lassaut a pris des coups dans la descente. Il faut oublier cette course pour les deux. Le gagnant est un très bon poulain. Texas, c’est la performance de la course. Les trois premiers à l’entrée de la dernière ligne droite sont les trois premiers à l’arrivée... C’est Longchamp ! Désormais, l’objectif sera de faire gagner un Groupe à mes deux pensionnaires. Rien n’est décidé pour le Jockey Club. »

PEDIGREE WEATHERBYS : https://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/Docutheque/2022/Modern-Games.pdf

Le doublé de Guinées de Dubawi

Élevé par Godolphin, Modern Games est issu de l’étalon vedette de la maison Dubawi (Dubai Millennium), qui réalise donc le doublé des Guinées, après le succès de Coroebus dans les 2.000 Guinées. Sa mère, Modern Ideals (New Approach), a couru deux fois – et sans succès – sous l’entraînement d’André Fabre. Modern Games a donné trois autres gagnants, dont le bon Modern News (Shamardal), qui vient de gagner sa Listed à Windsor, et Mawj (Exceed and Excel), une 2ans qui a gagné en débutant samedi à Newmarket, pour l’entraînement de Saeed bin Suroor. Modern Ideals a une yearling par Mastercraftsman (Danehill Dancer) et a été saillie en 2021 par Ribchester (Iffraaj).

La deuxième mère, Épitome (Nashwan), élevée par Gerald Leigh, a été achetée comme poulinière par Darley et a donné́ l’étalon du haras du Logis Ultra (Manduro), lauréat du Qatar Prix Jean-Luc Lagardère (Gr1), mais également Synopsis (In the Wings), gagnante du Prix Minerve (Gr3).

La troisième mère, Proskona (Mr Prospector), était une excellente jument de course dans le créneau de la vitesse, ayant remporté le Premio Umbria (Gr2) et le Prix de Seine-et-Oise (Gr3). C’est une sœur de Korveya (Riverman), qui a donné à la casaque Niarchos le champion des 2ans Hector Protector (Woodman), le gagnant de la Poule d’Essai Shanghai (Procida), mais aussi, pour Gerald Leigh cette fois, la classique Bosra Sham (Woodman). De cette souche descend aussi la vedette des milers de Hongkong Golden Sixty (Medaglia d’Oro). Plus loin dans le pedigree de Modern Games, on retrouve le nom de Royal Statute (Northern Dancer), la troisième mère de Lammtarra (Nijinsky), le gagnant de l’Arc invaincu de la famille Maktoum.

 

 

 

Seeking the Gold

 

 

Dubai Millenium

 

 

 

 

Colorado Dancer

 

Dubawi

 

 

 

 

 

Deploy

 

 

Zomaradah

 

 

 

 

Jawaher

MODERN GAMES (M3)

 

 

 

 

 

 

Galileo

 

 

New Approach

 

 

 

 

Park Express

 

Modern Ideals

 

 

 

 

 

Nashwan

 

 

Épitome

 

 

 

 

Proskona

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Du départ à 1.000m : 37’’55

De 1.000m à 600m : 23’’18

De 600m à 400m : 11’’33

De 400m à 200m : 11’’17

De 200m à l’arrivée : 12’’07

Temps total : 1’35’’30

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.