EMIRATES POULES D’ESSAI J -1 : Ellon et sa lune de miel avec Les Poules

Courses / 13.05.2022

EMIRATES POULES D’ESSAI J -1 : Ellon et sa lune de miel avec Les Poules

EMIRATES POULES D’ESSAI J -1

Ellon et sa lune de miel avec Les Poules

Même si, dans son haras d’Ellon, une dernière poulinière doit mettre bas prochainement, Thierry de la Héronnière a pris sa décision : il sera dimanche à Longchamp. Il faut dire que dans chacune des Emirates Poules d’Essai, il aura un élève au départ : Scherzo (Wootton Bassett) chez les mâles, et Daisy Maisy (Wootton Bassett) chez les pouliches.

« C’est une grosse satisfaction d’avoir un partant dans chacune des Poules. C’est l’aboutissement de notre métier d’éleveur. Un partant dans un classique sur le mile, c’est le top ! Et ça motive aussi mon équipe, des jeunes très investis… » Thierry de la Héronnière, qui fait naître une quarantaine de produits par an (on mesure la performance d’avoir deux espoirs classiques !), a déjà connu l’émotion d’une victoire dans un classique. C’était en 2018, grâce à Teppal (Camacho), lauréate de la Poule des Pouliches, née à Ellon pour le compte du Gestut Zur Kuste AG, l’entité d’élevage de Maurice Lagasse. « La joie est la même qu’il s’agisse d’un produit de mon élevage ou de juments de clients. Je dirais même que dans le second cas, il y a en plus ce sentiment du devoir accompli, du travail bien fait, de la reconnaissance de la confiance que m’accordent mes clients. Même si cela ne génère pas le même résultat économique ! »

Maurice Lagasse confie plusieurs poulinières à Ellon. C’était le cas de la mère de Teppal, comme celle de Daisy Maisy, Shasta Daisy (Champs Élysées), qui descend d’une très belle souche Juddmonte, celle qui a donné Showcasing, Camacho… Thierry de la Héronnière se souvient : « Daisy Maisy était un prix de beauté. Ce modèle parfait, associé à un pedigree de premier plan, explique le prix qu’elle a réalisé chez Arqana : 240.000 € ! C’était une très belle vente. Il y avait eu une belle bataille d’enchères entre Nicolas de Watrigant et Yann Barberot, agissant pour les époux Allaire. Philippe Allaire la voulait vraiment et il n’a rien lâché ! La mère est toujours chez moi. Elle a un yearling de Kodi Bear, une foal de Persian King et elle est de nouveau pleine de Persian King… » Daisy Maisy est entraînée à Deauville par Yann Barberot, comme ce fut le cas de Scherzo en début de carrière. « Lui, je l’ai vendu yearling pour 50.000 €, à l’amiable. J’étais très déçu ! C’était l’année 2020, celle du Covid, et la vente n’avait pas été simple dans sa globalité. Le poulain était mignon, mais sans doute un peu petit. Malcom Parrish avait eu son frère, Calvados Blues, et c’est pour cela qu’il a voulu l’acheter. Il a fait une bonne affaire car le poulain s’est classé deuxième d’Ancient Rome dans le Prix des Chênes (Gr3) et a été vendu 420.000 € à la vente de l’Arc ! J’ai suivi ses résultats cet hiver au Qatar… Il a bien performé, et même s’il ne l’aligne pas avec une première chance, il a le droit d’être au départ ! » Ce que Thierry de la Héronnière ne dit pas, par pudeur, c’est que Scherzo représente une souche qui lui est particulièrement chère. Sa mère, Persian Belle (Machievellian), 21ans désormais, que Thierry a achetée à Tattersalls pour 7.000 Gns et qui lui a donné tant de bons chevaux (Calvados Blues, Volta, Plain Vanilla, Manduro’s Son…), est issue de la souche maternelle de Vitiges, le meilleur cheval élevé par son père, sur ses mêmes terres d’Ellon…