Emmanuelle Malecaze-Doublet : « Je suis optimiste sur notre capacité à délivrer 820 millions pour la filière »

Autres informations / 06.05.2022

Emmanuelle Malecaze-Doublet : « Je suis optimiste sur notre capacité à délivrer 820 millions pour la filière »

Emmanuelle Malecaze-Doublet : « Je suis optimiste sur notre capacité à délivrer 820 millions pour la filière »

Présente jeudi à Lyon-Parilly pour inaugurer les nouveaux locaux de la direction régionale Auvergne-Rhône-Alpes, Emmanuelle Malecaze-Doublet nous a expliqué ce choix stratégique. La directrice générale adjointe du PMU en a également profité pour nous livrer un premier bilan de 2022.

Par Guillaume Boutillon

Jour de Galop. - Après Bordeaux, vous avez inauguré vos nouveaux locaux à Lyon-Parilly. Pourquoi le PMU installe-t-il ses sièges régionaux sur des hippodromes ? 

Emmanuelle Malecaze-Doublet. - En effet, nous venons d’inaugurer les nouveaux locaux de notre direction régionale Auvergne-Rhône-Alpes, qui est située au sein de l’hippodrome de Lyon-Parilly. Nos équipes y sont installées depuis deux ans déjà, mais l’inauguration avait été repoussée jusqu’alors en raison de la crise sanitaire. Avec ce nouveau siège lyonnais, nous disposons désormais d’un cadre moderne qui offre un vrai confort de travail à nos collaborateurs.

Installer nos sièges régionaux et nos équipes au sein des hippodromes, c’est un mouvement naturel pour le PMU qui illustre bien notre transformation. Cela permet un réel rapprochement avec tout notre écosystème et d’être encore plus immergé dans le monde des courses et du pari. C’est un vrai atout pour valoriser le pari hippique, par exemple lorsque nous recevons nos partenaires, nos prospects ou nos parties prenantes.

Quel est le périmètre de la direction régionale Auvergne-Rhône-Alpes ? Combien pèse cette région en termes d’enjeux ?

La direction régionale regroupe une vingtaine de collaborateurs sédentaires et itinérants. Elle couvre quatorze départements, de l’Ain à la Haute-Savoie. Nos équipes commerciales sur place ont pour principales missions d’accompagner au quotidien nos 1.400 partenaires et de développer le réseau de points de vente.

Dans la région, le PMU rassemble environ 360.000 parieurs, dont un quart dans la métropole lyonnaise, pour un montant d’enjeux qui s’est élevé à plus de 679 millions d’euros en 2021.

Les chiffres enregistrés par le PMU au premier trimestre sont très encourageants. On imagine que vous êtes satisfaite que le PMU soit reparti après deux années compliquées…

Le premier trimestre 2022 a été en effet très positif. En matière d’enjeux hippiques, nous sommes au global en croissance de près de 5 % par rapport au premier trimestre 2019, qui est la dernière année d’activité que l’on peut qualifier de "normale". C’est une grande source de fierté pour moi et pour toutes les équipes. Au-delà de cette performance globale, il faut souligner que ces résultats positifs concernent l’ensemble des canaux : points de vente, international, et bien sûr, le digital en très forte croissance ces deux dernières années.

Le PMU s’appuie sur son réseau "historique" de partenaires pleinement mobilisés grâce à l’engagement des forces de vente, tandis que le online s’affirme comme un véritable pôle d’innovation, d’expérimentation et de modernisation qui irrigue toute l’entreprise. Enfin, à l’international, la signature de partenariats, comme au Sénégal avec la LONASE, démontre l’attractivité de notre offre.

Enfin, et c’est sans doute le plus important, les turfistes ont répondu présent durant cette période. Nos efforts à leur égard ont été appréciés ; à titre d’exemple l’opération "Pariez sur un turfiste" ou l’évolution du Simple Jackpot que nous avons mis en place ont été de vrais succès.

Après un premier trimestre très encourageant, le PMU a, semble-t-il, marqué le pas au mois d’avril. Comment l’expliquez-vous ? Êtes-vous optimiste pour l’avenir ?

Le mois d’avril a été marqué par un ralentissement de l’activité par rapport à la dynamique observée depuis le début de l’année. Nous l’avions anticipé. C’est notamment un mois de vacances scolaires et d’élections ; la météo a également joué un rôle défavorable sur la fréquentation des points de vente. Par ailleurs, le contexte international pèse non seulement sur le moral des Français mais aussi sur leur pouvoir d’achat. Pour autant, l’activité redémarre très bien en ce début du mois de mai. Je suis optimiste pour les prochains mois et sur notre capacité à délivrer cette année un résultat net pour la filière de 820 millions d’euros. Les équipes du PMU poursuivent d’ailleurs tous les projets avec une grande ambition. Nous venons de lancer les paris boostés dans le réseau ; le démarrage est très prometteur. Et une grande opération sur le Quinté est prévue en juin.

Jean-Claude Ravier, le président de la Société des courses lyonnaises : « Cette installation du PMU dans les hippodromes est une très bonne nouvelle »

Covid oblige, ce n’est que deux ans plus tard que les nouveaux locaux de la direction régionale Auvergne-Rhône-Alpes, situés au sein de l’hippodrome de Lyon-Parilly, ont donc pu être inaugurés officiellement. Jean-Claude Ravier, le président de la Société des courses lyonnaises, nous a confié à ce sujet : « On ne peut que se réjouir de cette évolution du PMU, c’est une très bonne nouvelle. Je constate qu’ils font venir des dizaines de gérants de points de vente très régulièrement, ce qui permet à ces derniers de mieux comprendre ce que sont les courses et ce pour quoi ils travaillent. C’est le plus important. Ensuite, et c’est une chance, cette installation nous permet de faire davantage vivre au quotidien notre hippodrome. »

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.