Emmanuelle Malecaze-Doublet : « Le PMU est au service de l’émotion et du lien social »

Magazine / 28.05.2022

Emmanuelle Malecaze-Doublet : « Le PMU est au service de l’émotion et du lien social »

Environ 210 parieurs remportent chaque année 100.000 € et plus au PMU. Pour la seconde fois, la première sur un hippodrome de galop, l’opérateur historique en a convié certains à l’occasion d’une "journée grands gagnants". Retour sur une opération qui a eu lieu dimanche dernier à Auteuil.

Par Guillaume Boutillon

C’est essentiellement une histoire de lien. Un lien fort qui unit le PMU et ses parieurs, comme nous l’a expliqué Emmanuelle Malecaze-Doublet, la directrice générale adjointe du PMU, présente dimanche à Auteuil : « Le PMU est avant tout une entreprise au service de l’émotion et du lien. Et cette "journée des grands gagnants" [il est bien question ici de parieurs ayant gagné au Quinté + en point de vente ou sur pmu.fr, ndlr] illustre l’importance du lien qui nous unit à tous nos parieurs, à nos gagnants, et la fierté qu’ils représentent pour nous. Il est primordial pour le PMU de les connaître, de les accompagner et aussi, d’une certaine manière, d’en faire nos ambassadeurs au service de la transmission. Tous les trimestres, nous accueillons certains de nos grands gagnants sur un hippodrome pour une journée immersive unique. Ce nouveau parcours a été mis en place en début d’année, la première ayant eu lieu à Vincennes, le jour du Prix de Belgique. C’est primordial que ce rendez-vous ait lieu sur un champ de courses puisque les grands gagnants n’ont pas tous la chance de pouvoir venir sur un hippodrome et de vivre le spectacle des courses au plus près. Au même titre que tous les parieurs, ils font partie de notre écosystème car ils contribuent directement à faire vivre la filière. À cette occasion, nous les faisons se rencontrer afin qu’ils puissent partager leurs belles histoires ; nous leur faisons découvrir les coulisses des courses avec l’aide des équipes de France Galop, du Trot et du GTHP ; ils rencontrent des socioprofessionnels ; nous leur remettons un coffret avec un cadeau collector et puis ils vivent également la réunion du jour avec des animations autour du pari hippique. »

Le réseau, fournisseur principal de grands gagnants. Une très grande majorité de ces joueurs ont validé leur ticket en point de vente. C’est pourquoi, pour l’opérateur, il est important de continuer à investir sur le réseau, qui, malgré la montée en puissance indéniable du online, réalise encore 85 % de son chiffre d’affaires. « Plus de 80 % de nos clients disent venir jouer en point de vente pour la convivialité, a précisé Emmanuelle Malecaze-Doublet. À cela s’ajoute le fait que 70 % de nos joueurs ont été initiés par quelqu’un de leur entourage ou par un partenaire PMU. Ils viennent vraiment pour partager des émotions et c’est aussi la raison pour laquelle nous voulions créer un tel événement, fondé sur la convivialité. Pour toutes ces raisons, il est important de rester aussi mobilisés sur le développement du réseau, qui fait partie de notre ADN, en ouvrant de nouveaux points de vente – nous avons un réseau plus fort aujourd’hui qu’il ne l’était avant la Covid –, mais aussi en investissant sur un nouveau merchandising que nous déployons actuellement, sur des bornes de nouvelle génération ou encore via un nouveau programme Partenaire que nous mettrons en place à partir de septembre. »

Yvan *, gagnant de 1.078.992 € au Quinté + : « J’ai cru que j’allais faire une attaque »

Comme tous les grands gagnants qui le désirent, Yvan, âgé d’une soixantaine d’années, a à sa disposition un numéro d’appel dédié au PMU et il peut être accompagné, voire orienté en cas de besoin. Lui en tout cas n’a pas hésité à répondre favorablement à l’invitation du PMU pour assister à la réunion du Grand-Steeple. Accompagné de son épouse, il nous a confié : « Aussi bizarre que cela puisse paraître, c’est la première fois que je me rends sur un hippodrome. J’ai commencé à regarder les courses tout petit, avec mon grand-père, dans le Nord. Il ne jouait à l’époque que le dimanche et je l’ai imité dès que j’ai eu l’âge pour commencer à parier. Mes jeux ont évolué au fil du temps et, depuis la naissance de ma fille, aujourd’hui âgée d’une trentaine d’années, j’inclus sur mes tickets des numéros en lien avec cette date. Ensuite je "bidouille", en fonction de ce que je peux lire. Je joue plus au galop qu’au trot car le rêve peut s’arrêter quelques mètres après le départ chez les trotteurs (rires). Ces derniers mois, j’avais d’abord trouvé le Quinté + dans le désordre en décembre. » Puis est arrivé ce fameux 3 avril 2022 estampillé Prix du Président de la République et support du Quinté + du jour : « J’ai d’abord vu que j’avais le Tiercé dans l’ordre, puis le Quarté et enfin le Quinté et, là, j’ai crié ! J’ai même cru que j’allais faire un arrêt cardiaque. C’est vraiment lorsque les journalistes d’Equidia ont assuré que l’ordre allait rapporter gros que j’ai réellement réalisé. Pour l’instant, nous n’avons pas touché à cette somme. Nous avons encore un peu de mal à assimiler que nous avons remporté plus d’un million d’euros [1.078.992 € très précisément, ndlr]. Nous investirons sans doute dans une maison plus grande et de plain-pied, pour nos vieux jours. En tout cas, pour moi, être ici, assister à ce spectacle, avoir pu caresser des chevaux pour la première fois de ma vie, c’est comme si le rêve se poursuivait… Surtout que c’est ici, à Auteuil, que la belle histoire a commencé. Je vous assure, si je pouvais venir tous les jours sur les hippodromes, je le ferais ! »

* Le prénom a été changé

Un bijou avec les crins de L’Autonomie offert aux grands gagnants

En plus des autres privilèges qui les attendaient à l’occasion de cette journée immersive, les grands gagnants se sont vu remettre chacun un coffret-cadeau contenant un objet de collection : un bracelet réalisé à partir des crins de LAutonomie, grâce au soutien de Catherine Coiffier, propriétaire de la jument. La grande championne n’a pas été choisie au hasard : la protégée de François Nicolle cumule plus de 1,2 million d’euros de gains et elle a déjà fait le bonheur de nombreux parieurs du PMU.

Matériel brut, singulier et censé porter bonheur, le crin est la grande spécialité de la Maison Ausica, artisan-joaillier à qui le PMU fait appel pour la confection de ces bracelets. Laura Osika, cavalière mais surtout fondatrice de cette marque devenue en dix ans leader en Europe sur le marché du bracelet en crins, nous a expliqué : « Nos bijoux constituent un lien très fort entre l’histoire du cheval et la personne concernée, qui peut être le cavalier, le propriétaire ou, ici, le parieur PMU… D’ailleurs, beaucoup de personnes des courses nous sollicitent. Pour le premier exemplaire du bracelet Grands Gagnants du PMU, Pierre Pilarski et Thomas Bernereau nous avaient confié les crins de Bold Eagle. Pour cette seconde édition, en rapport avec l’obstacle, il s’agit de crins de la championne de Mme Coiffier, L’Autonomie. Tous les bracelets sont sérigraphiés et numérotés. Ces bracelets uniques que nous avons réalisés l’ont été dans notre atelier de Chantilly. En acier inoxydable, chacun d’entre eux est composé d’environ 200 crins et représente trois heures de travail environ. »