Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) : Sel Jem, la nouvelle superstar d’Auteuil

Courses / 22.05.2022

Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) : Sel Jem, la nouvelle superstar d’Auteuil

Auteuil, dimanche

1er       SEL JEM

2e        GEX

3e        FRANCO DE PORT

Quel champion ! Sel Jem (Masked Marvel) a vraiment été impérial dans le Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) 2022. Le sauteur de la famille Papot était programmé pour cette grande épreuve depuis l’automne de ses 4ans et sa deuxième place dans le Prix Maurice Gillois (Gr1). Toute la préparation du cheval a été parfaite, ses courses préparatoires ont été idéales. Il lui fallait juste se faire sa mémoire du corps, comprendre qu’il ne fallait pas hausser son rythme après un tour et demi de course. Mais il ne pouvait rien lui arriver, si ce n’est un incident de parcours.

Attentiste au centre du peloton, il n’a pas fait une faute de tout le parcours. Il s’est rapproché librement dans le sillage des leaders au rail-ditch pour sortir du tournant final en deuxième position. Il a sauté un peu fort la double barrière, comme il en a l’habitude, mais il s’est assuré l’avantage sur l’animateur, Général en Chef (Martaline), entre les deux derniers obstacles. Sur le plat, déployant une magnifique action, Sel Jem s’est envolé pour l’emporter de huit longueurs. Il a décroché son troisième Groupe et son premier Gr1, le jour où il le fallait. Pour Guillaume Macaire, c’est une septième victoire dans le Grand Steeple et il devient ainsi le seul recordman des succès dans l’épreuve chez les entraîneurs. Pour son associé, Hector de Lageneste, c’est une première victoire tout comme pour l’éleveur du cheval, Florence Lormand. Quant à la famille Papot, elle a enlevé pour la troisième fois le Grand Steeple.

Guillaume Macaire : « Maintenant, je peux mourir, je suis tranquille ! »

C’est en route pour aller récupérer le trophée des vainqueurs et savourer la Marseillaise que Guillaume Macaire a répondu à nos questions. Avec la satisfaction du devoir accompli…

Jour de Galop. - On vous sent quasiment libéré d’un poids d’avoir remporté votre septième Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) et de devenir le seul recordman des succès dans la course…

Guillaume Macaire. - C’est à peu près cela ! Maintenant, je peux mourir, je suis tranquille ! Cela fait peut-être un peu gloriole, mais si on reste sur le roll of honour, c’est quand même beau ! Je voulais gagner ce septième Grand Steeple pour être le seul à avoir le record de victoires. Je suis fier. C’est du bonheur !

Comment avez-vous vécu la course ?

Sel Jem était parfait. Il a filé tout le temps, il n’a fait aucun effort, il a été obéissant, juste comme il faut. Le cheval était bien à l’écoute de son jockey. C’est génial ! Il a avancé à sa main, sans jamais commander le cheval. Sel Jem est venu de lui-même. C’est trop bien ! C’est comme dans un rêve !

Sel Jem est vraiment le steeple-chaser presque parfait. Il est au bouton, il accélère quand il faut, il sait attendre, il saute parfaitement…

Il faut dire qu’il a quand même pris de l’expérience. Cela compte. Il n’a couru que dix fois, mais il n’a pas beaucoup de trous dans son papier. Il avait perdu le Prix Maurice Gillois (Gr1) au balancier. Il a pris de la dureté avec l’âge, il a évolué favorablement.

Quelle saveur a cette victoire par rapport à votre première dans le Grand Steeple avec Arenice ?

C’est différent ! Arenice, c’était ma première victoire. Mais dans les deux cas, c’était un accomplissement. Ce succès a une saveur particulière également. Je vais pouvoir embrasser le gazon d’Auteuil maintenant…

---------------------------------------------------

Hector de Lageneste : « Lorsque l’on vit des moments comme aujourd’hui, on sait que nous sommes vivants et on sait pourquoi on vit ! »

Hector de Lageneste a signé son premier succès dans le Grand Steeple en tant qu’entraîneur. Associé avec Guillaume Macaire depuis décembre 2020, après avoir entraîné en solitaire à Pau, il a vécu un très grand moment. Au retour du podium, il nous a fait part de ses sentiments.

Jour de Galop. - Comment avez-vous vécu la course ?

Hector de Lageneste. - J’ai bien regardé la course et j’ai trouvé cela extrêmement long d’ailleurs (rires !). L’épreuve a été régulière, le cheval était parfait et nous avons eu une course de rêve. Après la dernière, il a montré une nouvelle fois qu’il est un champion. Nous avons la chance de l’avoir avec nous.

Qu’est-ce que vous ressentez ?

J’ai conscience que je vis tout cela grâce à Guillaume [Macaire, ndlr]. Je le remercie énormément. Merci aux chevaux, à toute l’équipe, qui travaille vraiment dur tous les jours pour vivre des moments comme celui-là et remporter des épreuves comme le Grand Steeple. Je suis fier de notre équipe et ils peuvent être fiers d’eux. C’est une belle récompense. Lorsque l’on vit des moments comme aujourd’hui, on sait que nous sommes vivants et on sait pourquoi on vit !

Vous aviez vécu la préparation au Grand Steeple et les victoires de Storm of Saintly (Saint des Saints) ou encore de Bel la Vie (Lavirco) en étant assistant. Est-ce qu’il y a des différences dans l’émotion vécue ?

L’intensité était la même qu’aujourd’hui. Avoir son nom sur le programme ou pas, cela ne changeait pas car j’étais déjà investi dans la carrière des chevaux. Ce qui compte est d’être fier des chevaux que nous avons présentés. C’est plus important que d’avoir son nom dans une colonne.

---------------------------------------------------

Le troisième Grand Steeple de la famille Papot

La famille Papot était venue en nombre ce week-end. Après avoir enlevé la Grande Course de Haies d’Auteuil (Gr1) avec Hermès Baie (Crillon), ils ont enlevé l’autre grande course d’obstacle de l’année, la plus belle, le Grand Steeple. Et ce pour la troisième fois après les triomphes de Bel la Vie (Lavirco) en 2013 et d’On the Go (Kamsin) en 2018. Xavier Papot a vécu la course en apnée et a fini l’épreuve à terre dans le rond de présentation, à la limite du malaise. Il nous a expliqué : « Pour Guillaume comme pour moi, c’est extraordinaire. Ce sont des week-ends de folie. Le cheval, nous l’avons acheté comme un tableau. Il n’avait aucun papier mais il était magnifique. Je pense aussi à la famille Gabeur, que je ne veux pas oublier. C’est fantastique ! J’étais en apnée toute la course. Je voyais qu’il allait très facile. Lorsque j’ai vu Feu Follet en difficulté, je me suis dit que, s’il ne se passait rien, nous devions gagner. Nous avons un sport formidable ! Il ne galope pas, il vole ce cheval ! Je n’ai pas réussi à respirer pendant la course. Heureusement, je n’étais pas Sel Jem ! Depuis plusieurs jours, je ne dormais que trois heures par nuit. C’est extraordinaire ! Il faut surtout parler du cheval. Je suis content aussi pour son jockey, qui enlève son premier Gr1. »

Un premier Gr1 dans le Grand Steeple pour Johnny Charron

Johnny Charron a enlevé son premier Gr1 dans ce Grand Steeple après avoir monté une course parfaite. Il a dit au micro d’Equidia : « C’est kiffant quand même ! Je sentais que j’avais beaucoup de ressources ! Je pense que tous les autres chevaux du Grand Steeple sont comme lui. Mais lui, il a un cerveau de champion. Il m’a écouté à tous les obstacles ! Il a toujours fait ce que je lui ai demandé. Comme dit monsieur Macaire, ce n’est pas le meilleur cheval qui gagne mais celui qui s’est le mieux comporté. Il a un potentiel énorme. Je n’ai jamais monté un cheval comme lui. »

Gex lève tous les doutes

Troisième de la Grande Course de Haies d’Auteuil (Gr1) pour sa sixième sortie seulement, Gex (Khalkevi) est maintenant deuxième du Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) alors qu’il découvrait la piste extérieure. C’est vraiment un cheval pétri de classe ! Après avoir patienté dans la seconde moitié du peloton, il a fait mouvement librement pour aller sur le rail-ditch. Le représentant de Lord Daresbury et d’Andrée Cyprès est entré dans le tournant final avec du gaz et il a haussé le ton entre les deux derniers obstacles pour venir prendre une nette deuxième place sur le plat. Le pensionnaire d’Emmanuel Clayeux a confirmé qu’il avait énormément de talent. Il a la pointure pour remporter un Gr1 en steeple, c’est certain, car il a de la marge. Avec plus de métier, il va faire de grandes choses.

À son sujet, Jacques Cyprès nous a confié : « C’est fantastique car c’était un très gros challenge ! Gex a couru à merveille. Le jockey, James Reveley, lui a donné un super parcours. Le cheval a fait une faute après le rail-ditch mais je ne suis pas sûr que cela lui coûte la course. Désormais nous savons de quoi il est capable dans un tel lot. J’ai élevé des bons chevaux mais lui, il fait partie des très bons. »

Franco de Port, troisième et meilleur des Mullins

Willie Mullins a sellé trois chevaux dans ce Grand Steeple : Franco de Port (Coastal Path), Al Boum Photo (Buck’s Boum) et Burrows Saint (Saint des Saints). Avec le premier nommé, il nous avait dit cette semaine qu’il prenait la température pour espérer revenir les années suivantes. Bien vu ! Franco de Port a gagné son billet pour revenir puisqu’il a conclu troisième. Après un beau parcours d’attente concocté par son jockey, Danny Mullins, il a refait du terrain dans le dernier kilomètre pour priver Niko Has (Great Pretender) de la troisième place sur le plat. Son entraîneur, Willie Mullins, nous a donné son avis sur la course de ses trois protégés : « Franco de Port, c’est la surprise ! C’était sa dernière chance aujourd’hui. Il est par Coastal Path et n’avait jamais été testé sur une distance aussi extrême : il a gagné l’Arkle de Leopardstown, vous imaginez donc plutôt un cheval de vitesse. C’est très bien et nous allons peut-être viser le Grand Steeple avec lui l’an prochain. Al Boum Photo n’a jamais été heureux dans la course. Il a mal sauté la haie d’essai et cela a été pareil durant le parcours. C’est dommage, il nous paraissait en bonne forme. Quant à Burrows Saint, il a bien sauté mais a trouvé le temps long pour finir. »

Un Niko Has, prometteur quatrième

Niko Has était la meilleure chance de François Nicolle et il l’a confirmé en piste. Lui aussi a été patient dans le parcours, il a bien sauté et le représentant d’Hamel Stud a même fait illusion pour la troisième place. Sur le plat, il n’a pu contrer Franco de Port et sa pointe, et il termine excellent quatrième. À l’image de Sel Jem ou de Gex, il avait peu d’expérience en steeple et sa marge est grande. Son entraîneur, François Nicolle, a également conclu cinquième avec Happy Monarch (Saint des Saints) et septième avec Glorice (Network), fautif au rail-ditch. Quant à Eddy de Balme (Cachet Noir), il est tombé.

L’entraîneur de Saint-Augustin nous a dit : « Je suis très content. Avant le coup, mes pensionnaires ne détenaient pas les meilleures chances de la course. Honnêtement, j’y ai cru pour Niko Has ! Il a fait une faute à la double barrière et il a ensuite coincé un petit peu à 100m du poteau, mais c’est vraiment de bon augure pour la suite. Happy Monarch court bien. Dans le parcours, il n’a pas fait la moindre erreur sur les obstacles. Malheureusement, je regrette la faute de Glorice dans la ligne d’en face. J’avais l’impression qu’il gambadait ! Franchement, ce sont tous de très bons chevaux… Pour la suite, il y aura peut-être le Prix des Drags (Gr2) pour Eddy de Balme et Glorice. Niko Has a le droit d’avoir des vacances et il reviendra cet automne. De plus, il y a certainement quelque chose qui tourne en ce moment à l’écurie. Sans ça, je peux certainement les améliorer de cinq ou six longueurs… »

Parmi les favoris, Feu Follet (Kapgarde) a fait quelques petites fautes et hésitations. Il a cédé en face et conclut neuvième.

La grande réussite des étalons d’Étreham

Depuis 2014, les étalons portant la bannière du haras d’Étreham dominent le Grand Steeple avec cinq victoires sur huit Grands Steeples grâce à Sel Jem, On the Go (Kamsin), So French (Poliglote), double gagnant, et Storm of Saintly (Saint des Saints).

LIEN PEDIGREE https://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/SEL-JEM-1.pdf

Un croisement remarquablement efficace

Élevé par Florence Lormand, Sel Jem est un fils de Masked Marvel (Montjeu), étalon au haras de la Tuilerie, et de l’inédite Ȋle des Saintes (Saint des Saints). Au total, Masked Marvel a eu dix partants avec des filles de Saint des Saints (Cadoudal). Et déjà quatre sont black types : Sel Jem, Maskada (Pertemps Network Mares’ Chase, L), Pacha Senam (3e du Prix Georges Courtois, Gr2) et Arbarok (2e du Prix Hennessy Chase, L).

Sel Jem est le frère de Jem Bien (Dream Well), vainqueur d’un réclamer sur le steeple palois. En 2021, Île des Saintes a été saillie par Latrobe (Camelot). La deuxième mère, Jemyca (Akarad), a gagné quatre courses à conditions en province à 3ans et à 4ans sur 1.600m, 1.900m et 2.000m. On lui doit notamment Jemykos (Nikos), lauréat de ses quatre premières courses en obstacle sur les haies paloises, dont la Grande Course de Haies de Pau (L), avant de conclure quatrième du Prix Juigné (Gr3). Jemyca est aussi la deuxième mère de Jemy Baie (Crillon), lauréat du Prix Troytown (Gr3) et deuxième du Prix Georges Courtois (Gr2), mais aussi troisième des Prix Héros XII et Ingré (Grs3), et d’Aroma Baie (Crillon), deuxième du Prix Montgomery (Gr3).

Pour mieux connaître l’éleveur de Sel Jem, Florence Lormand, cliquez ici https://www.jourdegalop.com/2022/03/sel-jem-le-chef-d-%C5%93uvre-de-florence-lormand?q=florence+lormand&docid=101785)

 

 

 

Sadler’s Wells

 

 

Montjeu

 

 

 

 

Floripedes

 

Masked Marvel

 

 

 

 

 

Mark of Esteem

 

 

Waldmark

 

 

 

 

Wurftaube

SEL JEM (H5)

 

 

 

 

 

 

Cadoudal

 

 

Saint des Saints

 

 

 

 

Chamisène

 

Île des Saintes

 

 

 

 

 

Akarad

 

 

Jemyca

 

 

 

 

Lady Belly

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.