Grand Steeple J-3 : Willie Mullins emmène du lourd à Auteuil !

Courses / 18.05.2022

Grand Steeple J-3 : Willie Mullins emmène du lourd à Auteuil !

Par Christopher Galmiche

Mardi après-midi, Willie Mullins a répondu favorablement aux sollicitations de France Galop qui l'invitait à assister à la conférence de presse organisée via Zoom. L’entraîneur irlandais a pris le temps de répondre aux questions… alors qu’il était sur la route du Curragh pour assister à un galop qu’il a finalement raté ! Très sport, le maître de Closutton a déclaré qu’il avait tout son temps pour parler de ses partants. Cette année, il va emmener sept chevaux pour le grand week-end d’Auteuil, dont quatre ont brillé au niveau Gr1. Parmi lesquels le double gagnant de Gold Cup Al Boum Photo. Rien que ça !

Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) - Franco de Port/Al Boum Photo/Burrows Saint

« Al Boum Photo mérite de courir le Grand Steeple. C’est un double vainqueur de la Cheltenham Gold Cup (Gr1). Ce serait beau d’avoir un cheval qui puisse faire Auteuil et Cheltenham. Il a beaucoup de tenue et saute très bien. Les propriétaires seront là ce week-end [les époux Donnelly, ndlr] et c’est probablement Paul Townend qui va le monter. Burrows Saint a remporté le Grand National Irlandais, il a de la tenue et saute suffisamment bien pour Auteuil. Cette année, dans le Grand National de Liverpool, il a fait tomber son jockey à un tour de l’arrivée à The Chair [l’un des plus gros obstacles du parcours, ndlr] alors qu’il allait bien. Il n’est pas encore revenu à son top-niveau. Il est vrai qu’il avait subi une opération afin de régler un problème respiratoire, la saison dernière. Mais le cheval est bien et mérite de tenter sa chance. Franco de Port possède un pedigree pour tenir la distance. Il saute très bien. Nous verrons ce qu’il va faire dans le Grand Steeple 2022 mais cela nous donnera des indications pour le futur. Il pourrait ainsi prendre ses marques afin de revenir disputer d’autres Grands Steeples. »

La préparation au Grand Steeple

« C’est une course que nous avons essayé de remporter à plusieurs reprises. Cette année, nous avons une bonne équipe pour tenter de l’emporter. Notre préparation n’est jamais évidente puisqu’il nous faut enchaîner Cheltenham et Punchestown. Dans le futur il est possible que je fasse l’impasse sur Punchestown avec quelques chevaux afin d’axer la préparation sur le Grand Steeple. Il est vrai que ce n’est pas facile de venir avec un steeple-chaser habitué aux fences anglais. Votre rivière des tribunes est très grande. Bien plus que celles que l’on connaît en Angleterre. Nous n’avons pas non plus de bull-finch ici. Il faut avoir des chevaux qui puissent s’adapter suffisamment rapidement aux obstacles français. Vous avez aussi vos gros obstacles d’en face, mais un bon sauteur peut s’en accommoder. Mes pensionnaires vont avoir une séance d’entraînement sur vos obstacles lorsqu’ils vont arriver en France. Mais ce sont de bons sauteurs. Je ne suis pas vraiment inquiet. »

Le point de vue de Guillaume Macaire sur l’entraînement étranger pour les courses françaises

Avant d’accueillir Willie Mullins en Zoom, France Galop avait convié la presse à poser des questions à François Nicolle, puis au tandem Macaire-Lageneste. Guillaume Macaire, qui a triomphé aussi bien en France qu’en Angleterre, sur les claies comme les fences, a livré son analyse sur la préparation d’un cheval anglais ou irlandais pour les courses d’obstacles françaises : « Autant en haies, les concurrents anglais et irlandais réussissent bien, autant en steeple, nous savons que c'est différent. Les fences anglais sont tous semblables. Ils sont rigides et il faut les respecter. Ce n'est pas la même chose chez nous car chaque obstacle est différent. Un bull-finch, ce n'est pas un mur, la rivière, ce n'est pas le rail-ditch. Pour les anglais et irlandais, c'est un problème. Des chevaux comme Mandarin et The Fellow avaient réussi sur les deux tableaux mais ils avaient acquis une grande expérience de la France auparavant. C'est beaucoup plus facile pour les chevaux français de s'adapter au steeple anglais car ils connaissent les fences. La variété des obstacles français peut dérouter les chevaux britanniques car ils n'en ont pas l'habitude. En général, ils font beaucoup trop d'efforts. Ils ne sont pas assez économes car ils sautent les obstacles français comme des fences anglais, ce qu'il ne faut pas faire. »

Grande Course de Haies d’Auteuil (Gr1) - Klassical Dream/Kemboy/Tornado Flyer

« Klassical Dream a remporté deux fois la Grande Course de Haies irlandaise à Punchestown. C’est l’un des meilleurs hurdlers d’Angleterre et d’Irlande. Cette année, il a très bien couru à Cheltenham [5e de la Stayer’s Hurdle, Gr1, ndlr]. C’est un très, très bon cheval et c’est probablement ma meilleure chance du week-end. Je pense que la piste d’Auteuil va lui plaire. Il l’avait d’ailleurs déjà pratiqué dans sa jeunesse. Le seul problème est que c’est un cheval délicat à monter. Parfois, il peut être électrique au départ et ses sauts peuvent ensuite poser des problèmes. Nous avions engagé Kemboy dans le Grand Steeple mais la distance de la Grande Course de Haies lui sera plus favorable. Je pense qu’il va apprécier les haies françaises. Il est probablement meilleur en bon terrain. Il peut aller devant. Enfin, Tornado Flyer a gagné le King George VI Chase (Gr1), puis il a déçu. Il peut aller sur tous les terrains. Danny Mullins le connaît et va le monter. Cependant, ses courses printanières ne sont pas souvent ses meilleures. Ceci dit, lorsqu’il est en pleine forme, il peut livrer une grande performance. »

Prix d’Arles (L)-Instit

« Sa dernière course à Punchestown est bonne. Elle est assez douée pour être compétitive dans cette épreuve. »