Kamchatka, le cheval des premières d’Étienne d’Andigné

Courses / 05.05.2022

Kamchatka, le cheval des premières d’Étienne d’Andigné

Mardi 19 avril, Étienne d’Andigné a remporté sa première course à Auteuil dans le Prix Claude Cohen (Haies). Kamchatka, le poulain qui lui a apporté cette victoire, va désormais relever le défi d’affronter les meilleurs de sa génération dans le Prix Alain du Breil (Gr1), le 22 mai. Il s’agira du premier partant du jeune entraîneur dans un Groupe, en obstacle.

Par Salomé Lellouche

Installé à Tiercé depuis 2018, Étienne d’Andigné, a commencé sa carrière avec seulement trois chevaux. Quatre ans plus tard, il peut non seulement se targuer d’avoir enlevé son premier Groupe avec l’AQPS Irish Point (Joshua Tree) dans le convoité Prix Jacques de Vienne (Gr1 AQPS), mais également d’être à la tête d’un effectif d’une vingtaine de chevaux dont Kamchatka (Masked Marvel), qu’il prépare pour le Prix Alain du Breil (Gr1). Le 19 avril à Auteuil, ce dernier a ouvert plaisamment son palmarès à l’occasion de sa quatrième sortie, malgré une faute sur la dernière haie : « Dernièrement, lorsqu’il s’est imposé, nous étions assez confiants avant la course car la ligne du Prix Ventriloque (Haies) a bien répété. Gagner à Auteuil apporte des émotions qui sont assez indescriptibles. Après ce succès, Kamchatka pouvait aussi aller sur le Prix Miror (L) mais, comme il est très généreux, il a besoin de temps entre ses courses. Trois semaines de récupération me semblaient trop justes. Mon choix s’est donc porté sur le Prix Alain du Breil. Certes, c’est un pari osé mais le poulain n’a pas encore tout montré : il est encore très compliqué et je pense qu’il sera meilleur à chacune de ses sorties. Dans le Prix Alain du Breil, il gravit plusieurs paliers en une seule fois mais il a les moyens de prendre une place, surtout qu’il a bien évolué dernièrement. »

Un lot relevé au départ du Gr1. Kamchatka va affronter les meilleurs éléments de sa génération dans le Prix Alain du Breil. À commencer par la ligne du Prix Amadou (Gr2) comprenant la lauréate, Hawaï du Berlais ** (Martaline), West End Girl (Great Pretender), deuxième ce jour-là, Norville (Air Chief Marshal), troisième, You’re the Boss (Karaktar), quatrième, ou encore Kirov (Dark Angel), sixième… pour ne citer qu’eux ! Concernant l’opposition, Étienne d’Andigné analyse : « Kamchatka sera plus à l’aise sur une piste qui ne soit pas trop profonde car il peut se montrer un peu allant. Hawaï du Berlais affectionne quant à elle les pistes plus lourdes mais malgré cela, si elle court, elle sera à mon sens intouchable. Nous allons courir pour les places mais également avec comme objectif de le faire vieillir. Le Prix Alain du Breil devrait être rythmé. Cela va lui permettre d’être bien détendue durant le parcours. Pour moi, si nous arrivons déjà à bien le régler en haies, il sera capable de faire le steeple et même de tenir la distance en vieillissant. Après ce Gr1, Kamchatka partira en vacances et sera revu à l’automne. En vue du Gr1, je vais le travailler un peu plus dur. Mais de façon mesurée quoi qu’il en soit car il s’agit d’un cheval qui se livre beaucoup le matin. Je n’ai pas vraiment de chevaux pour aller avec lui le matin mais, finalement, il n’a besoin de personne ! »

Associé à Angelo Gasnier. Lauréat du Prix des Drags (Gr2) avec Bon Augure (My Risk), Angelo Gasnier avait laissé de côté le métier de jockey pour devenir agent immobilier. Mais le pilote a repris sa licence cette année et il est devenu le jockey maison d’Étienne d’Andigné en parallèle de son autre activité : « Angelo Gasnier est un ami de longue date. Lorsque j’ai augmenté ma capacité d’accueil cet hiver, je n’avais pas de jockey maison et lui voulait remonter un peu plus en compétition. J’avais besoin d’un jockey comme lui, qui soit capable de monter aussi bien les petits cross de province que les Groupes d’Auteuil. En plus, Angelo a perdu beaucoup de poids pour venir travailler chez moi. C’est un véritable homme de challenge et il s’entend très bien avec Kamchatka. Il vient sauter les chevaux une fois dans la semaine. Outre Angelo, j’ai la chance d’avoir une très bonne équipe à mes côtés : le jeune jockey Thomas Gaulier, mon second, mon beau-père mais aussi ma femme. J’ai aussi de nouveaux propriétaires et de plus anciens qui me sont fidèles depuis mes débuts. Je tiens à tous les remercier. »

Un cheval au fort caractère. Étienne d’Andigné partage la copropriété de Kamchatka avec son éleveur, Pascal Barthélemy : « Son copropriétaire et éleveur m’avait envoyé une jument, qui n’a pas pu courir. Comme le feeling était bien passé entre nous, il a décidé de m’en confier un nouveau : Kamchatka, son seul cheval à l’entraînement. Pascal Barthelemy n’a que trois poulinières à l’élevage. À côté de cela, il possède une pension de chevaux non loin d’Angers. Kamchatka est à l’entraînement depuis son début d’année de 3ans. C’est un cheval qui a un fichu caractère. Au départ, nous avons mis un mois et demi avant de réussir à le faire sauter… alors qu’il avait sauté au pré-entraînement ! J’ai donc décidé de l’avancer dans son travail en faisant de bons canters. J’ai aussi changé son cavalier d’entraînement. Petit à petit, en sautant de petits obstacles, il s’est pris au jeu. Puis, il a fini par franchir les haies dans le manège. J’ai toujours estimé Kamchatka. Il dégage quelque chose que je n’avais pas encore connu chez un cheval. Le matin, il montre de réelles facilités. Il fallait juste qu’il gagne en maturité. Au départ, nous avions visé le Prix Finot mais, le jour de la course, il n’avait pas bien mangé. »