Le Grand Steeple de l’avenir

Courses / 23.05.2022

Le Grand Steeple de l’avenir

Par Christopher Galmiche

L’édition 2022 du Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) a livré son verdict. Un peu plus tôt au cours du printemps, nous avions pourtant quelques craintes à émettre, lorsque les forfaits de renom se sont accumulés. Y aurait-il suffisamment de partants le jour J ? Quelles seraient les têtes d’affiche ? Au final, seize compétiteurs étaient en lice et le sommet de l’obstacle a donné lieu à une arrivée qui peut mettre sur orbite de "jeunes" sauteurs détenant beaucoup de marge. Trois d’entre eux ont plus particulièrement retenu notre attention.

Sel Jem, un grand vainqueur

Cela faisait plusieurs semaines que, pour la majorité des observateurs, Sel Jem (Masked Marvel) était le favori du Grand Steeple. Sur la piste, c’était le vainqueur le moins expérimenté présenté par Guillaume Macaire (en association avec Hector de Lageneste). En effet, dimanche, il n’en était qu’à sa dixième sortie. En regardant le passé, nous avons étudié le passé des vainqueurs du Grand Steeple sellés par Guillaume Macaire dans l’épreuve reine. Arenice (Brezzo) avait débuté sa carrière chez François Rohaut avant de passer chez le professionnel royannais. Le Grand Steeple était sa 34e sortie. Bel la Vie (Lavirco) en était à 27e course. En revanche, So French (Poliglote) courait pour la 13e fois lorsqu’il a gagné son premier Grand Steeple et On the Go ** (Kamsin) en était à sa 12e sortie. Avec dix courses au compteur et âgé de 5ans seulement, on peut penser que Sel Jem a encore une certaine marge. Assez incroyable pour un cheval qui a atteint le Graal en obstacle et, on se dit que le meilleur est peut-être à venir avec lui. En résumé, Sel Jem peut marquer une époque et remporter plusieurs Grands Steeples.

Il a fait ses derniers 1.000m en 1’11’’46, un temps quasi-similaire à celui de Docteur de Ballon (Doctor Dino) en 2021 (1’11’’49), sur une piste plus rapide il est vrai. La réduction kilométrique de Sel Jem confirme la rapidité de la piste (1’14’’89). Lorsque l’on scrute les temps, on peut se dire que si Sel Jem et Docteur s’affrontaient, cela pourrait nous valoir un match magnifique et équilibré.

Aucune fausse note ne survient à la lecture des performances du représentant de la famille Papot. Dix courses pour six victoires et quatre deuxièmes places. Sa musique est comme son parcours dans le Grand Steeple, fluide et parfait. C’est un sauteur au bouton, presque le cheval idéal.

Vivement la belle avec Let me Love

Comme prévu, Let me Love (Authorized) a fait l’impasse sur le Grand Steeple. Dans le Prix Maurice Gillois (Gr1), elle avait devancé Sel Jem de peu mais sûrement. On a donc hâte de la revoir face au pensionnaire de Guillaume Macaire et d'Hector de Lageneste. Reste à déterminer la date !

Le grand Gex

Ce Grand Steeple a été marqué par une arrivée composée majoritairement de chevaux ayant peu de métier sur les gros obstacles. C’est l’un des faits importants. Comme nous l’avait expliqué Guillaume Macaire, il va devenir de plus en plus difficile à de futurs chevaux de Grand Steeple de débuter à 3ans, puis de poursuivre leur carrière sans interruption jusqu’à la grande épreuve. Pourquoi ? Tout simplement car le rythme des épreuves pour 3ans n’est plus le même qu’il y a une dizaine d’années. Les 3ans sont plus professionnels, ils vont plus vite et cela entame le potentiel. L’imposant Gex ** (Khalkevi) n’a pas eu ce problème puisqu’il a débuté victorieusement, d’une manière impressionnante, au mois de décembre de ses 4ans. Dans le Grand Steeple, le cheval de Lord Daresbury n’en était qu’à sa quatrième sortie en steeple. Après une longue course d’attente, dans la seconde moitié du peloton, il a affronté la piste extérieure pour la première fois en refaisant constamment du terrain. Il a conclu net deuxième, levant tous les doutes qui pouvaient entourer sa candidature. Lorsqu’on regarde son palmarès, le pensionnaire d’Emmanuel Clayeux est un sauteur hors norme. Troisième de la Grande Course de Haies d’Auteuil (Gr1) pour son sixième parcours et désormais deuxième du Grand Steeple pour sa découverte du rail-ditch. Lui aussi peut devenir un grand steeple-chaser. D’autant qu’il est dans une écurie où l’on sait attendre les chevaux et les faire vieillir.

Niko est un Has

Niko Has ** (Great Pretender) est un peu dans le même cas de figure que les deux chevaux précédemment cités. Le Grand Steeple n’était que sa neuvième course. Sur ces neuf courses, six avaient eu lieu sur les gros obstacles d’Auteuil et la dernière lui avait permis de découvrir victorieusement la piste extérieure dans le Prix William Head (L). Le représentant d’Hamel Stud possède donc suffisamment de marge pour faire de grandes choses au plus haut niveau, en steeple. De plus, une piste plus pénible ne sera nullement un souci pour lui. Avec plus de métier, il devrait pouvoir faire des merveilles à l’automne. Ce qui est amusant, c’est de voir que la ligne des 4ans répète, ce qui démontre la haute valeur des chevaux en question. Dans le Prix Bayonnet (L), Sel Jem s’était imposé devant Niko Has.

Franco de Port a décroché son billet retour

Autre jeune cheval, parfaitement dans la mentalité des chevaux d’obstacle britanniques, Franco de Port ** (Coastal Path) n’a que 7ans. Au papier, on ne lui voyait guère de chance, mais Willie Mullins avait prévenu dans le zoom organisé par France Galop qu’il venait pour "prendre la température" en vue d’éventuellement revenir courir d’autres Grands Steeples avec lui. Franco de Port a décroché son billet retour pour Auteuil en revenant de nulle part terminer à toute allure – 58,25 km/h, soit presque aussi vite que Sel Jem – pour s’emparer de la troisième place tout à la fin. Si Willie Mullins est prêt à faire l’impasse sur Punchestown avec certains chevaux, comme Franco de Port, pour mieux préparer le Grand Steeple, il tient potentiellement un cheval pour briller à Auteuil. D’ailleurs, Franco de Port lui a permis d’obtenir son meilleur classement dans l’épreuve reine en France à ce jour...