Prix Alain du Breil-Course de Haies de Printemps des Quatre Ans (Gr1) : Hawaï du Berlais au sommet de son art

Courses / 22.05.2022

Prix Alain du Breil-Course de Haies de Printemps des Quatre Ans (Gr1) : Hawaï du Berlais au sommet de son art

Auteuil, dimanche

1re       HAWAÏ DU BERLAIS

2e        WEST END GIRL

3e        NORVILLE

Hawaï du Berlais (Martaline) a survolé le Prix Alain du Breil (Gr1). La représentante de la famille Bryant a perdu un sérieux rival en route, Kyrov (Dark Angel), le vainqueur du Prix Cambacérès (Gr1), qui a fait tomber son jockey, Gwen Richard, à la troisième haie du parcours. Montée au contact des leaders, Hawaï du Berlais a suivi facilement. Au milieu de la ligne d’en face, elle a relayé l’animatrice, Royale Margaux (Doctor Dino), en compagnie de West End Girl (Great Pretender). Mais, à la troisième haie de la ligne d’en face, tout aurait pu s’arrêter. Hawaï du Berlais a fait une faute sérieuse. Elle a réussi à conserver sa vitesse de base élevée et, à l’entrée de la ligne droite, elle allait au-dessus du lot. West End Girl était à sa hauteur, mais la représentante de la casaque MacLennan a commis deux fautes sur les deux dernières haies. Hawaï du Berlais a alors pris aisément le meilleur et elle s’est détachée sur le plat pour s’imposer de six longueurs et demie. Pour son entraîneur, Arnaud Chaillé-Chaillé, la boucle est bouclée puisqu’il a ainsi enlevé le dernier Gr1 qui lui manquait. En revanche, pour la famille Bryant, présente en nombre, avec casquettes et chapeaux rouges, c’est une nouvelle aventure qui commence de la meilleure des manières

Arnaud Chaillé-Chaillé a maintenant gagné tous les Grs1 d’obstacle français

Arnaud Chaillé-Chaillé nous avait confié qu’Hawaï du Berlais était sa meilleure chance du week-end pour la victoire. La pouliche lui a donné raison. Elle a été magistrale pour enlever son quatrième Groupe et son premier Gr1. Maintenant, rendez-vous à l’automne pour la belle avec Kyrov. En ce qui concerne l’entraîneur charentais, il a gagné le dernier Gr1 qui manquait à son palmarès. Il nous a dit : « C’est le seul Gr1 que je n’avais jamais remporté. Il fallait le gagner et c’est fait ! C’est magnifique, avec une jument magnifique. Malheureusement Kyrov est tombé, l’obstacle c’est cela, mais c’est dommage pour le sport. Elle a fait une faute en face, moi aussi j’ai failli tomber ! Je savais que j’avais la pointure sur les autres chevaux. Kyrov nous avait battus facilement en début d’année. Même si je savais que ma jument était au top, nous redoutions Kyrov. Je suis très satisfait ! Il n’y a pas beaucoup d’entraîneurs à avoir gagné tous les Gr1, c’est une satisfaction personnelle. Merci à tous les gens qui m’ont fait confiance. C’est une grande jument. Je ne sais pas ce qui est décidé pour la suite, c’est son propriétaire et son éleveur qui décideront. Elle va se reposer et nous préparerons l’automne. Elle aura trois courses à courir. Son programme est simple. »

L’œuvre de Magalen se poursuit…

C’est une victoire émouvante que celle d’Hawaï du Berlais. Quelques mois après la disparition de Magalen Bryant et de David Powell, qui gérait son écurie, voir les couleurs bleues à toque rouge passer le poteau en tête dans un Gr1 est un beau symbole. L’œuvre de Magalen va perdurer et la nouvelle aventure de la famille Bryant commence idéalement. Richard Powell, ému presque aux larmes, nous a confié : « C’est une victoire magique ! C’était la dernière fois où je ne suis pas officiellement le racing manager, c’est encore mon père [David Powell, ndlr]. C’est son œuvre. C’est beau que la casaque de Magalen Bryant brille dans cette épreuve puisqu’elle avait très bien connu Alain du Breil. Et, la dernière fois que nous avions gagné le Prix Alain du Breil, c’était avec mon cheval de cœur, Blue Dragon (Califet)… Nous repartons sur une page vierge avec la famille Bryant. Nous allons faire des choses nouvelles… »

Un Pierre Dubourg reconnaissant

Jockey de la lauréate, Pierre Dubourg a monté une belle course et il a eu aussi le mérite de ne pas passer par la fenêtre à la troisième haie, en face. Il a déclaré au micro d’Equidia : « Nous avons été très vite, donc elle a forcément eu besoin d’air. Elle m’a fait comprendre que c’était en face. Je l’ai écoutée, mais elle m’a vite repris le mors. Elle était au-dessus presque tout le long de la course du départ à l’arrivée. Arnaud Chaillé-Chaillé me fait énormément confiance. Il a commencé à me faire monter les belles courses alors que j’étais jeune. Malgré mes erreurs, il continue de me faire confiance. Le fait de lui offrir le dernier Gr1 qui lui manquait me flatte, cela me rend fier. Je veux dire bravo à toute l’équipe. Avant de partir pour ce week-end, je leur ai dit que j’allais ramener un Gr1. Il a mis du temps à venir mais il est bien là. »

Une course en demi-teinte pour François Nicolle

François Nicolle a conclu deuxième avec West End Girl, cinquième avec You’re the Boss (Karaktar), fautif, et Kyrov est tombé. Il nous a confié au sujet de ses trois protégés : « Rien à dire sur West End Girl. Elle court très bien et est battue par une championne. Concernant Kyrov, je suis déçu. C’est un cheval de plat à la base… Il va falloir reprendre des choses avec lui et travailler dessus, faire des réglages. S’il n’avait pas fait un tour, il aurait couru la prochaine mais là… Quant à You’re the Boss, il est en dessous des meilleurs et je crois qu’il sera plus fort en steeple. »

Norville, de mieux en mieux

Norville (Air Chief Marshal) avait annoncé la couleur dans le Prix Amadou (Gr2) en finissant plaisant troisième. Dans le Prix Alain du Breil, le représentant de la casaque de Benoit Connan a fait mieux que confirmer. Parti dernier décollé, il a suivi facilement et il a tracé un superbe dernier kilomètre pour venir s’octroyer aisément la troisième place sur le plat devant Imprenable (Chœur du Nord).

LIEN PEDIGREE https://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/Docutheque/HAWAI-DU-BERLAIS.pdf

Une mère lauréate du Prix André Michel

Élevée par le haras du Berlais, Hawaï du Berlais est une fille de Martaline (Linamix) et de la bonne Hilton du Berlais (Saint des Saints), laquelle était aussi entraînée par Arnaud Chaillé-Chaillé. Hilton du Berlais a débuté victorieusement à Nantes avant de prendre neuf places de Groupe et de remporter le Prix André Michel (Gr3). Hilton du Berlais a déjà produit Havane du Berlais (Martaline), deux fois placée sur les haies à Paris. Après Hawaï du Berlais, elle a eu une 3ans, Haïti du Berlais (Martaline), sixième du Prix Wild Monarch (L), un 2ans, Holigan du Berlais (Doctor Dino), et un yearling nommé Hacker du Berlais (Doctor Dino). Elle a rencontré Born to Sea (Invincible Spirit) en 2021.

La deuxième mère, Anaïs du Berlais (Dom Pasquini), s’est imposée sur le steeple de Mont-de-Marsan. C’est la mère de Madison du Berlais (Indian River), vainqueur du Bowl Chase (Gr1), du Levy Board Chase (Gr2) et deuxième du King George VI Chase (Gr1), de Shanon du Berlais (Turgeon), gagnante du Prix Renaud du Vivier (L) à Pau et deuxième du André Michel, et de Jameson du Berlais (Royal Charter), vainqueur du Prix Santo Pietro (L). Il s’agit de la famille de Cokydal (Cadoudal), troisième du Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) et gagnant du Prix Edmond Barrachin (Gr3).

 

 

 

Mendez

 

 

Linamix

 

 

 

 

Lunadix

 

Martaline

 

 

 

 

 

Sadler’s Wells

 

 

Coraline

 

 

 

 

Bahamian

HAWAÏ DU BERLAIS (F4)

 

 

 

 

 

 

Cadoudal

 

 

Saint des Saints

 

 

 

 

Chamisène

 

Hilton du Berlais

 

 

 

 

 

Dom Pasquini

 

 

Anaïs du Berlais

 

 

 

 

Irona

 

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.