Prix de Barbeville (Gr3) : Le "good day" pour The Good Man

Courses / 01.05.2022

Prix de Barbeville (Gr3) : Le "good day" pour The Good Man

Prix de Barbeville (Gr3)

Le "good day" pour The Good Man

Stéphane Wattel se souviendra longtemps du jour de ses 58 ans ! The Good Man (Manduro) lui a offert le plus beau des cadeaux d’anniversaire en s’imposant dans ce Prix de Barbeville (Gr3) ! Jusqu’à présent, le représentant d’Adrian Pratt, de Martin Ingram, de Peter David Anwyl-Harris, de Lord Clinton et donc de Stéphane Wattel, n’avait jamais couru sur plus de 2.500m. Mais la performance qu’il a livrée pourrait largement lui ouvrir les portes des Grs1 chez les stayers.

Le bon parcours. Avec le numéro dans les stalles, The Good Man a pu prendre une place de choix, le long de la lice intérieure, bien caché par l’animateur Palus Argenteus (Silver Frost). Le futur lauréat s’est montré particulièrement à l’aise sur le rythme imposé par ce dernier, à l’inverse d’autres concurrents comme Call the Wind (Frankel) qui n’a jamais vraiment pu suivre. Toujours dans le sillage du leader à 350m du but, The Good Man a dû contourner Joie de Soir (Fastnet Rock) qui venait de prendre l’avantage, pour trouver le passage. Puis, bien équilibré et épaulé par Bubble Smart (Intello), il a placé une excellente pointe de vitesse pour l’emporter facilement. Bubble Smart, qui faisait sa rentrée, prend une honorable deuxième place à trois quarts de longueur. Une tête plus loin, Joie de Soir, qui avait course gagnée au niveau du premier poteau, n’a pu contenir les attaques pour finir. Encore à cheval, Théo Bachelot, le jockey lauréat, a déclaré, au micro d’Equidia : « Il a fait une grosse année 2021 en montrant qu’il pouvait être compétitif face aux bons chevaux sur 2.400m. Il a terminé deuxième du Grand Prix de Deauville... C’était éblouissant. Cette année, The Good Man a fait une très bonne rentrée. Le matin, nous étions confiants. L’équipe a fait du super boulot. Je dédicace cette victoire à Morgan Delalande car c’est lui qui le monte tous les matins… Le cheval était parfait cette après-midi. C’était un test sur la distance mais, quand un cheval fait du rythme en tête, cela change les courses. Lui, ça l’a avantagé. Le fait d’être un peu enfermé dans la ligne droite lui a permis de bien s’équilibrer. C’est un cheval qui termine très bien ses courses. Là, sur la distance avec des chevaux qui accélèrent un peu moins fort, cela l’encourage vraiment. Quand il est dans son action, il est imperturbable. Je suis très satisfait de cette victoire. »

Le premier Groupe de sa carrière. The Good Man a vraiment franchi un cap l’année dernière après avoir remporté deux handicaps quinté d’affilée à Saint-Cloud et à Longchamp. Par la suite, il a notamment terminé deuxième du Prix d’Hédouville (Gr3), deuxième du Lucien Barrière Grand Prix de Deauville (Gr2), mais aussi troisième du Prix du Conseil de Paris (Gr2). Il s’agit donc d’une première victoire au niveau Groupe pour celui qui venait de se classer troisième pour sa rentrée dans le Prix de la Porte de Madrid (L). Stéphane Wattel, son entraîneur, nous a dit : « Le terrain était bon et on ne voulait surtout pas aller contre notre numéro de corde. Le cheval a vraiment voyagé en étant décontracté, ce qui était une bonne chose pour la première fois sur cette distance. Sur des distances plus courtes, il est capable d’accélérer très fort. Et comme il n’a fait aucun effort durant le parcours, il n’y avait pas de raisons qu’il ne puisse pas le faire aujourd’hui. Bien qu’il soit rallongé, nous étions confiants. Le cheval était de plus en plus calme. Lors de sa rentrée, The Good Man avait été prudent et il avait été débordé par un rythme très sévère. Nous avions aussi l’impression qu’il aborderait des lots plus faciles en montant sur la distance pour courir les Groupes. Quand le test est réussi, on sait qu’il y a tout un programme derrière. Il faut quand même voir comment il récupère. Avec Morgan Delalande, son jockey du matin, le cheval ne touchait vraiment pas terre. Nous avions donc hâte d’arriver au Prix de Barbeville. »

La bonne rentrée de Bubble Smart. Bubble Smart n’avait plus été vu en compétition depuis sa troisième place dans le Qatar Prix du Cadran (Gr1). Et pour sa rentrée, la représentante de Zak Bloodstock n’a vraiment pas démérité puisqu’elle a terminé en avançant, ce qui est de très bon augure. Après la course, Mikel Delzangles, son entraîneur, nous a confié : « C’est une très bonne rentrée. Nous sommes tout simplement battus par un cheval qui a été meilleur que nous aujourd’hui. Son travail public qu’elle avait effectué en amont de cette course lui a fait du bien. Pour courir ces courses, il faut vraiment être prêt physiquement. C’est très bien et nous allons continuer notre chemin... »

https://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/THEGOODMAN.pdf

Le frère d’un bon sauteur. Élevé par la Sarl haras de Saint-Faust, le haras d’Idernes et Gérard Larrieu — comme Garden Park ou Who Knows — The Good Man est un fils de Manduro (Monsun) qui faisait la monte au haras du Logis et de So Good (Galileo) qui a évolué en 31,5 de valeur sans parvenir à gagner. Au haras, elle a donné quatre vainqueurs et The Good Man est à ce jour son meilleur produit. C’est notamment Juska (Kheleyf), lauréate de Classe 2 sur 1.600m et d’Obession (Tin Horse), vendu en Irlande après une belle victoire sur les haies d’Auteuil.

La poulinière a une 2ans, The Good Girl (Muhtathir), à l’entraînement chez Stéphane Wattel et une yearling par Zarak (Dubawi). Elle a été saillie en 2021 par Goliath du Berlais (Saint des Saints). La deuxième mère, Luas Line (Danehill), est gagnante du Garden City BC Stakes (Gr1, 1.800m) et s’est également placée troisième des Irish 1.000 Guineas (Gr1, 1.600m) entre autres. Outre So Good, elle a notamment donné Jolly Gene, anciennement Impulsive Moment (Galileo), deuxième des Classic Trial Stakes (Gr3, 2.000m) avant d’être exporté à Hongkong où il s’est imposé trois fois.

Konigsstuhl

Monsun

Mosella

Manduro

Be My Guest

Mandellicht

Mandelauge

THE GOOD MAN (M5)

Sadler’s Wells

Galileo

Urban Sea

So Good

Danehill

Luas Line

Streetcar

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Départ à 1.000m : 2’17”67

1000m à 600m : 24’’26

600m à 400m : 11’’75

400 à 200m : 11’’44

200m à l’arrivée : 11’’58

Temps total : 3’16”70