Prix de La Boétie (Classe 2) : Or Gris brise un écart de trente mois

Courses / 20.05.2022

Prix de La Boétie (Classe 2) : Or Gris brise un écart de trente mois

Longchamp, jeudi

Avant sa victoire dans ce Prix de La Boétie (Classe 2), Or Gris (Gris de Gris) n’avait plus passé le poteau en vainqueur depuis plus de trente mois ! Son dernier succès remontait au 13 novembre 2019, à Angers, dans le Prix Claude Munet - Grand Prix d’Angers (Classe 1). Entretemps, ce n’est pas pour autant que le représentant de Marie-Cécile de Saint-Seine et d’Étienne et Grégoire Leenders a aligné les bulles sur sa feuille de programme… Or Gris a plutôt été dans la forme de sa vie en décrochant son black type minuscule ! Durant cette période, il s’est en effet classé deuxième du Grand Prix de la Ville de Craon, troisième du Prix du Grand Camp et aussi troisième du Grand Prix de Lyon (Ls). Dernièrement à Saint-Cloud, dans le Prix Querido (Classe 2), Or Gris a été très malheureux à l’entrée de la dernière ligne droite pour terminer finalement cinquième. Mais quand tout se passe bien, c’est un modèle de régularité !

Sa victoire s’est construite en patientant au sein d’un peloton emmené à allure régulière par Blue Swan (Rajsaman). Profitant ensuite du sillage de Whispering Ocean (Le Havre) dans le dernier tournant pour se rapprocher de la tête de course, Or Gris a été l’un des premiers à attaquer dans la ligne droite. Vivement accompagné par son jockey, Christophe Soumillon, le pensionnaire d’Étienne et Grégoire Leenders a su repousser jusqu’au bout le retour de Smile Makers (Kendargent) et de Media Storm (Night of Thunder). Revenu de très loin, ce dernier se classe finalement deuxième à trois quarts de longueur. À une courte tête, Smile Makers est troisième.

Un chic cheval. L’un de ses entraîneurs, Grégoire Leenders, a confié : « Or Gris est un chic cheval ! Il est toujours à l’arrivée de ses courses… En dernier lieu, à Saint-Cloud, il avait été très malheureux à l’entrée de la ligne droite. Sans cet incident, nous aurions été deuxième. À 6ans, il reste toujours le même et il a encore montré qu’il aimait lutter. C’est typiquement le genre de cheval que tout le monde aimerait avoir. En fonction de la météo, c’est lui qui nous dira ce qu’il veut courir. Nous pensons actuellement à une Classe 1 à Longchamp ou à une Listed à Chantilly. Rien n’est encore décidé. »

La famille de Maia Eria. Élevé par Étienne et Christine Leenders, Or Gris est un fils de l’étalon du haras de la hêtraie Gris de Gris (Slickly) et de Caprice Flore (Kotky Bleu), deux fois deuxième sur le steeple de Meslay-du-Maine et de Nantes. Or Gris est le seul gagnant de sa mère.

Sa deuxième mère, Eria Flore (Hero’s Honor), est gagnante, à 3ans, de son maiden sur 2.150m à Machecoul. Au haras, elle a donné Pierreti (Sleeping Car), lauréat pour ses débuts en plat sur 2.400m à Saumur et ensuite gagnant à deux reprises sur les haies de Pau et de Nantes, et Caprice Meill (French Glory), deuxième des Prix Scaramouche et Denisy (Ls). Cette dernière n’est autre que la mère de Renneti (Irish Wells), gagnante en plat des Loughbrown Stakes (Gr3, 3.200m) en Irlande. Sur les obstacles, elle a remporté le Ballybin Hurdle (Gr2) et s’est classée deuxième du Bar One Racing Royal Bond Novice Hurdle (Gr1).

Enfin, sous la troisième mère, on retrouve le nom de la championne Maia Eria (Volochine), gagnante des Prix Cambacérès, Renaud du Vivier (Grs1) et Georges de Talhouët-Roy (Gr2), et également deuxième du Prix Belle de Nuit (L) en plat.

 

 

 

Linamix

 

 

Slickly

 

 

 

 

Slipstream Queen

 

Gris de Gris

 

 

 

 

 

Lead on Time

 

 

Déesse Grise

 

 

 

 

Grey Goddess

OR GRIS (H6)

 

 

 

 

 

 

Pistolet Bleu

 

 

Kotky Bleu

 

 

 

 

Kakira

 

Caprice Flore

 

 

 

 

 

Hero’s Honor

 

 

Eria Flore

 

 

 

 

Soldouna

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.