Prix Ferdinand Dufaure (Gr1, Steeple-chase)  Altesse du Berlais, reine des 4ans, sauteuse au grand cœur

Courses / 22.05.2022

Prix Ferdinand Dufaure (Gr1, Steeple-chase) Altesse du Berlais, reine des 4ans, sauteuse au grand cœur

Auteuil, dimanche

1re ALTESSE DU BERLAIS

2e IMPRESSIVE

3e ICEO MADRIK

Sur le papier, le Prix Ferdinand Dufaure (Gr1) annonçait un grand moment de sport. En piste, nous n’avons pas été déçus puisque Altesse du Berlais (Martaline) a été sacrée reine des 4ans sur le steeple alors qu’elle participait pour la première fois à une épreuve aussi importante. La jument, qui reste invaincue en steeple en quatre sorties, a fait vivre un rêve à ses propriétaires : Gianni Caggiula et Guillaume Luyckx, à qui elle apporte un premier Gr1 à Auteuil, Jean-Marc Lucas (haras du Berlais), qui est aussi son éleveur, Palmyr Racing, sans oublier Gilles Barbarin, qui attendait sa revanche dans le Prix Ferdinand Dufaure depuis 1997… C’est aussi un rêve pour ses entraîneurs, Hector de Lageneste et Guillaume Macaire, qui remportent un nouveau Gr1 dimanche, un peu plus d’une heure après la victoire de Sel Jem (Masked Marvel) dans le Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1). Quant à Baptiste Le Clerc, son jockey, il décroche le premier Gr1 de sa carrière.

Tout en décontraction

Belle jument, avec d’impressionnants points de force et un poil de souris, Altesse du Berlais était très calme au rond. Elle a sauté la haie d’essai, seule, très concentrée avec les oreilles bien pointées. Une fois les élastiques lâchés, la future lauréate a galopé au centre du peloton, en étant très relaxe. Elle s’est montrée appliquée et a sauté la rivière des tribunes à merveille. En face, Altesse du Berlais est venue sauter le gros open-ditch en deuxième position puis s’est expliquée avec l’animateur, Icéo Madrik (Chœur du Nord), dans le dernier tournant. Ensuite, elle est entrée en tête dans la ligne droite, a franchi la double barrière, a assuré la dernière difficulté et s’est envolée vers le succès. Sur le plat, Altesse du Berlais a été capable de déployer de très grandes foulées. En mettant son cœur sur la piste, elle a pu se détacher de quatre longueurs. Son compagnon de box Impressive (Kapgarde) réalise une superbe performance en prenant la deuxième place. Il venait de finir troisième du Prix Philippe Ménager (L). Icéo Madrik, qui restait sur une chute pour sa découverte de la distance dans le Prix Fleuret (Gr3), se classe troisième, trois quarts de longueurs plus loin.

Elle devrait être invaincue

Altesse du Berlais a débuté le 5 juillet à Clairefontaine en faisant impression. Elle a couru une deuxième fois sur ce tracé en faisant une démonstration de force avant de se présenter grande favorite du Prix Pelat (L) en septembre. Ce jour-là, les températures étaient très élevées à Auteuil et la jument avait terminé deuxième, battue d’une encolure par West End Girl (Great Pretender). Par la suite, elle avait conclu cinquième du haras d’Étreham - Prix de Chambly (Gr3). Mais cette dernière sortie comporte des excuses puisqu’Altesse du Berlais avait été malade. Après une absence de six mois, elle a fait sa rentrée à Toulouse en découvrant le steeple et s’est baladée. Ce fut pareil à Bordeaux-Le Bouscat, le 1er avril, puis à Auteuil dans le Prix Maguelonne (Steeple-chase), tout en montrant sur 3.500m que les 4.400m du Prix Ferdinand Dufaure ne seraient pas un problème pour elle. Après la course, Guillaume Macaire nous a dit : « C’est bien, je suis content. C’est une sorte de Sel Jem avec sa grande action. Il lui faut des courses rythmées car sinon elle sauterait moins bien. Le travail n’a pas été fait là. Il a été fait avant. Cette jument a coché toutes les cases au bon moment. Elle a débuté il y a moins d’un an à Clairefontaine en gagnant. Ensuite, elle a regagné. Puis, pour sa première sortie à Auteuil, elle se classe deuxième mais elle n’aurait pas dû être battue. Après, elle a été malade. Nous avons été contraints de l’arrêter longtemps. Elle est même retournée au haras. Nous l’avons reprise à la fin de l’hiver et nous lui avons fait faire sa rentrée à Toulouse. Nous avons procédé par étapes pour ne pas lui donner de courses trop dures. En plus, c’est le premier Gr1 de Baptiste. Je suis aussi réellement ravi pour l’équipe. C’est une belle journée ! »

Ses limites sont inconnues

Dimanche, Altesse du Berlais affrontait un lot très relevé. Les meilleurs éléments de la génération des 4ans en steeple étaient sur les rangs, à commencer par La Manigance (No Risk at All), également invaincue dans la spécialité avant ce Gr1 et qui venait de dominer des chevaux comme Latino des Isles (Martaline), également de la partie, et Sans Bruit (Triple Threat) dans le Prix Jean Stern (Gr2). Mais, en mettant son cœur sur la piste, Altesse du Berlais a montré qu’elle était une championne et qu’elle dominait largement sa génération. Elle en a peut-être même fait un peu trop… Après la course, la jument a eu besoin de récupérer un bon moment. Elle est restée longtemps à trotter sur la piste. Hector de Lageneste, qui a accompagné sa pensionnaire de la piste jusqu’au cercle des vainqueurs, a déclaré au micro d’Equidia : « C’est super. Ce sont deux bons chevaux. Bravo à toute l’équipe qui travaille dur tous les jours pour vivre des journées comme celle-là. Bravo à son éleveur, à ses propriétaires, bravo à Baptiste. Elle a été malade en fin d’année. Après avoir été soignée au haras du Berlais, elle est revenue. Aujourd’hui nous avons monté une grosse marche avec elle mais nous ne connaissons pas ses limites. » Guillaume Macaire a ajouté : « Quand elle a débuté en steeple, Jean-Marc Lucas était à la maison ce jour-là, je lui avais confié qu’on ne connaissait pas ses limites. Altesse du Berlais a été malade en fin d’année. C’est une jument qui pourrait quasiment être invaincue. Elle pourrait tout à fait courir le Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) l’année prochaine. »

Un premier Gr1 en France pour Gianni Caggiula et Guillaume Luyckx

Avec Athéna du Berlais (Martaline), Gianni Caggiula et Guillaume Luyckx, les journalistes bien connus sur l’antenne d’Equidia, avaient déjà obtenu une victoire de Gr1 à Merano dans le Premio Steeple-Chases d’italia. Plus heureux que jamais, Gianni Caggiula a déclaré : « Je suis sur une autre planète ! C’est un rêve éveillé, je profite de chaque seconde ! C’est à Auteuil que la passion est née, quand je venais à vélo ici. Gagner un Gr1 ici, avec Gilles… et je pense à Guillaume, qui est au Croisé-Laroche ! Je le salue ! C’est facile à dire mais j’étais assez confiant, j’avais déjà réservé le restaurant d’ailleurs ! Elle est faite pour le steeple. »

Gilles Barbarin prend sa revanche dans le Ferdinand Dufaure

Gilles Barbarin n’en est pas à sa première victoire de Gr1 à Auteuil. Il avait notamment remporté le Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) avec Mandarino (Trempolino) en 1999. Mais cette victoire dans le Prix Ferdinand Dufaure a une saveur particulière pour lui puisqu’il avait été battu d’une courte tête par Vieux Beaufai (Le Nain Jaune), toujours avec Mandarino, dans cette course en 1997 ! Au moment où la jument tournait sur la piste, il a dit : « Elle a pris une course ! C’était la première fois qu’elle faisait la distance et même s’il y a de l’air, il fait lourd. J’espère que ça va bien se passer. J’ai regardé la course là où j’ai vu le Grand Steeple avec Mandarino. J’ai eu peur car il y avait une barrière mais David Cottin est passé par un petit passage secret, là où il y a les enfants. Donc je suis passé par là ! Je suis un peu superstitieux, même si cela porte malheur… » Après la remise des trophées, Gilles Barbarin a ajouté : « C’est une magnifique victoire. Je ne veux pas dire qu’on l’attendait. Mais secrètement, si. J’étais assez confiant durant la course. J’espérais simplement qu’il n’y ait pas d’accident, une chute qui aurait pu nous faire rétrograder. C’est vite arrivé en obstacle. Cette association de propriétaires a commencé l’année dernière avec Athéna du Berlais et Vanille du Berlais. Je rends hommage à Jean-Marc Lucas, à son fils et à leur entourage. Il nous permet d’accéder grâce à la location à de très belles origines. Cette victoire est une petite revanche dans le Ferdinand Dufaure car, en 1997, j’avais été battu avec Mandarino d’une courte tête par Vieux Beaufai. »

Un premier Gr1 aussi pour Baptiste Le Clerc

À ce jour, Baptiste Le Clerc n’avait jamais remporté de Gr1. Au passage du poteau, il a d’ailleurs laissé éclater sa joie et, au cheval émetteur d’Equidia, il a déclaré : « Les courses sont magiques. Tout à l’heure nous avons pris une sacrée douche froide avec Feu Follet, mon cheval de cœur. J’aurais aimé gagner mon premier Gr1 avec lui mais je suis heureux de gagner avec Altesse. C’est une superbe jument. Je n’avais pas du tout ces ordres-là, je devais patienter un peu plus. J’ai fait confiance à ma jument. Elle m’a fait une faute sur le talus. Je l’ai remise devant moi, et je suis venu en avançant tout le tournant. Elle a donné tout ce qu’elle avait, c’est une chic jument. »

Un Latino des Isles très prudent

Arrivé quatrième, Latino des Isles venait de finir troisième du Prix Jean Stern (Gr2), où il s’était fait peur sur la plage d’Auteuil. Déréglé après cet incident, il n’arrivait pas dans les meilleures conditions sur le Gr1. Après la course, Arnaud Chaillé-Chaillé, nous a confié : « Latino des Isles s’est fait très peur lors de sa dernière sortie. Aujourd’hui, l’objectif était de lui faire reprendre confiance. Dans le parcours, il s’est montré très prudent dans ses sauts par moments. De ce fait, le poulain s’est retrouvé assez loin de la tête de course. Mais sa fin de course a été incroyable ! C’est ainsi très rassurant pour la suite et, notamment, pour l’automne. »

PEDIGREE WEATHERBY https://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/ALTESSE-DU-BERLAIS.pdf

La petite-fille de Royale Athénia. Élevée par le haras du Berlais et Ballantines Racing Stud, Altesse du Berlais est une fille de Martaline (Linamix) et d’Hermine du Berlais (Saint des Saints), gagnante du Prix du Défilé à 3ans, à Auteuil, et quatrième du Prix Bournosienne (Gr3 à l’époque). C’est la sœur de Colbert du Berlais (Poliglote), lauréat du Prix Le Gualès de Mézaubran (L) et deuxième du Prix Renaud du Vivier (Gr1). Après Altesse du Berlais, Hermine du Berlais a donné Étoile du Berlais (Great Pretender), une 3ans qui vient de gagner brillamment à Compiègne, et Mazarin du Berlais (Great Pretender), un 2ans. Étoile du Berlais et Mazarin du Berlais sont entraînés par Robert Collet. En 2021, elle a été saillie par Zarak (Dubawi). La deuxième mère n’est autre que la championne Royale Athénia (Garde Royale), lauréate de six Groupes à Auteuil, dont le Prix Renaud du Vivier, et deuxième du Grand Prix d’Automne (Grs1). Royale Athénia a donné l’étalon du haras du Lion Castle du Berlais (Saint des Saints), gagnant du Prix Roger de Minvielle (L), et Sire du Berlais (Poliglote), deuxième de la Stayer’s Hurdle (Gr1) à Cheltenham. Royale Athénia est la sœur d’Ytalsa Royale (Arokar), lauréate du Prix Ferdinand Dufaure (Gr1), de Crylza Royal (Northern Fashion), deuxième du Prix Léon Olry-Roederer (Gr2), de Royal Rosa (Garde Royale), gagnant d’un bumper labellisé Gr1, et de Royal Paradise (Cadoudal), gagnant de Gr1 sur les claies de Leopardstown.

 

 

 

Mendez

 

 

Linamix

 

 

 

 

Lunadix

 

Martaline

 

 

 

 

 

Sadler’s Wells

 

 

Coraline

 

 

 

 

Bahamian

ALTESSE DU BERLAIS (F4)

 

 

 

 

 

 

Cadoudal

 

 

Saint des Saints

 

 

 

 

Chamisène

 

Hermine du Berlais

 

 

 

 

 

Garde Royale

 

 

Royal Athenia

 

 

 

 

Crystalza

 

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.