Prix Vicomtesse Vigier (Gr2) : Skazino conserve sa couronne

Courses / 27.05.2022

Prix Vicomtesse Vigier (Gr2) : Skazino conserve sa couronne

Prix Vicomtesse Vigier (Gr2)

Skazino conserve sa couronne

1er SKAZINO

2e JOIE DE SOIR

3e THE GOOD MAN

Déjà lauréat de l’édition 2021 du Prix Vicomtesse Vigier (Gr2), Skazino (Kendargent) a su conserver son titre un an plus tard ! Longtemps bloqué sur un troisième rideau, à la corde, le représentant du haras de la Gousserie aurait fort bien pu se retrouver dans une situation délicate... Mais son jockey, Mickaël Barzalona, a profité dun fait que le peloton s’écarte de la corde, à l’entrée de la dernière ligne droite, pour plonger en dedans ! Et, comme il avait pu le démontrer l’an dernier, Skazino est un vrai costaud ! Il résiste finalement au bon retour de Joie de Soir (Fastnet Rock), deuxième à une demi-longueur, et de The Good Man (Manduro), troisième à trois quarts de longueur.

La Gold Cup ? Pas impossible

En 2021, avant ce succès dans le Vicomtesse Vigier, Skazino s’était révélé dans le Prix de Barbeville (Gr3). Enchaînant ensuite par une deuxième place dans le Prix Maurice de Nieuil (Gr2), un succès dans le Darley Prix Kergolay (Gr2), une quatrième place dans le Qatar Prix du Cadran (Gr1), l’élève de Guy Pariente avait enfin bouclé son année par une deuxième place dans le Prix Royal-Oak (Gr1). Cette année, son premier essai dans une course black type s’était soldé par une septième place à Riyad, le 26 février, dans le Longines Red Sea Turf Handicap (Gr3). Malheureux ensuite dans le Prix de Barbeville, Skazino abordait la course de jeudi avec un esprit de revanche. Son entraîneur, Richard Chotard, a confié : « Le cheval était vraiment bien à l’entraînement. Lorsque nous avions effectué le déplacement à Riyad, Skazino n’était pas véritablement sorti de l’hiver... En dernier lieu, il courait vraiment de première bien qu’étant un peu gêné ! Étant donné que le cheval connaît des problèmes de pied, il a été vu par un maréchal-ferrant suisse. Actuellement, nous avons repris son ancien maréchal. Sa pointe de vitesse est remarquable... En partant hier de Marseille, le cheval faisait 523 kg. Pour un stayer, c’est rare ! » Pauline Chehboub, représentante du haras de la Gousserie, a ajouté : « Nous sommes vraiment ravis de sa course. J’ai une pensée pour son ancien entraîneur, Cédric Rossi, qui a fait un excellent boulot avec lui. Sa dernière course avait remis son jockey Mickaël Barzalona, ndlr en confiance. Il pensait avoir retrouvé le cheval de l’année dernière. Je trouve que Skazino affectionne la piste de Longchamp et, plus particulièrement, ce tracé. C’est, à mon sens, le meilleur stayer français ! Skazino est engagé dans la Gold Cup (Gr1) qui se courra lors du meeting de Royal Ascot. À voir comment il rentre, mais ce serait un rêve de courir face aux anglais ! C’est le cheval qui nous le dira... »

The Good Man fait sa valeur

The Good Man s’est révélé l’année dernière. Après avoir fait ses armes avec une certaine réussite dans la catégorie des handicaps, le représentant d’Adrian Pratt, de Martin Ingram, de Peter David Anwyl-Harris, de Lord Clinton et de Stéphane Wattel avait aligné les places dans les courses black types avant de finalement trouver son jour, le 1er mai, dans le Prix de Barbeville (Gr3), son premier essai au-delà de 2.500m. Confirmant cette valeur jeudi, Stéphane Wattel a confié au sujet de son pensionnaire : « C’est un cheval plutôt léger et, dans le Barbeville, il était peut-être plus prêt que les autres. Avec le recul, je pense que nous avions tout pour nous la dernière fois, et le fait qu’il ait été gêné lui avait peut-être permis de préserver sa pointe de vitesse. Aujourd’hui, le déroulement était différent : sa performance du jour reflète, je crois, sa véritable valeur. Peut-être qu’il avait surperformé la dernière fois, étant prêt avant ses rivaux dans le Barbeville. The Good Man a eu une longue carrière, il vient des handicaps et il est placé de Groupe 2. Aujourd’hui, on ne peut qu’être heureux lorsqu’un cheval comme lui réussit pareilles valeurs ! Il va se reposer un peu et viser le Kergorlay. C’est à domicile, nous ferons tout pour l’avoir à 100 % pour cette course. »

https://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/Docutheque/2022/Skazino.pdf

Skallet, quelle poulinière !

Skazino a été élevé par Guy Pariente, l’actuel deuxième au classement des éleveurs en France. C’est un produit de l’étalon du haras de Colleville Kendargent (Kendor). Il a été acheté 22.000 € par Paul Nataf à la vente de yearlings d’octobre 2017 Arqana. La mère, Skallet (Muhaymin), s’était classée troisième du Prix Pénélope (Gr3) avant de courir à réclamer en juin 2011. Guy Pariente a alors été très inspiré en mettant un bulletin à 42.100 €. La pouliche a ensuite gagné sa Listed – le Prix Occitanie – sous sa casaque et elle est montée sur le podium des Prix Fille de l’Air et André Baboin (Grs3). Plus important encore, Skallet se révèle une poulinière au palmarès irréprochable : trois produits vus en piste – tous par Kendargent – et trois black types ! Outre Skazino, elle a en effet donné Skalleti (Kendargent), lauréat de quinze courses comme les Prix d’Hispahan et deux fois le Qatar Prix Dollar (Grs2). Elle a aussi donné Skalleto (Kendargent), lauréat du Grand Prix de Marseille - Défi du Galop (L). Après deux années sans production, Skallet a un 3ans par Kendargent, propre frère de Skazino, nommé Skalli, à l’entraînement chez Pascal Bary.

Kenmare

Kendor

Belle Mécène

Kendargent

Linamix

Pax Bella

Palavera

SKAZINO (H6)

A P Indy

Muhaymin

Shadayid

Skallet

R B Chesne

Siran

Surubinha

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.