Une matinée sur les pistes avec Jean-Claude Rouget

Courses / 10.05.2022

Une matinée sur les pistes avec Jean-Claude Rouget

De très bons chevaux, des cracks-jockeys, de grands propriétaires-éleveurs… et un entraîneur en pleine forme. Récit d’une matinée réussie dans le cadre rêvé de Deauville.

Par Thomas Guilmin

6 h 30. Du beau monde sur les pistes

Voiture garée et tout juste la portière entrouverte, nous arrivons déjà à entendre les sabots des chevaux qui battent le fer pour rejoindre les pistes. Juste à côté, une voiture s’arrête. Celle de Cristian Demuro. Nous faisons la route avec lui jusqu’au rond des "Rouget", à droite de l’écran géant de l’hippodrome quand on regarde des tribunes. Le jour peine à se lever sous une légère couverture nuageuse. La température est printanière, environ 15 degrés. Sur les pistes, le premier lot de chaque structure d’entraînement arrive. Au loin, nous parvenons à reconnaître une silhouette, celle du bras droit de Jean-Claude Rouget à Deauville, Jean-Bernard Roth : « Bonjour à tous ! ». Tous, car nous sommes nombreux à attendre le premier lot de Jean-Claude Rouget. Les derniers travaux avant les Poules d’Essai ont motivé certains propriétaires à effectuer le déplacement. Et en particulier Nicolas de Chambure (haras d’Étreham), venu superviser son élève et représentant, Lassaut ** (Almanzor), Clément Troprès, l’homme de confiance de Tony Parker, accompagné d’un cameraman pour filmer Zelda ** (Zelzal), ou encore Nicolas de Watrigant, acheteur de Welwal ** (Shalaa). Venu voir Valloria ** (Dubawi), qui travaillait avec les probables partants des Poules, Andreas Putsch était aussi de la partie.

Pour retrouver la vidéo des galops de Chantilly et Deauville mardi, cliquez ici.

6 h 55. L’arrivée du boss

Quelques minutes après l’arrivée de son lot composé d’une vingtaine de pensionnaires, Jean-Claude Rouget nous rejoint à son tour. Il arbore un large sourire : « J’adore ce genre de matinées ! J’en rêve tout le temps. »

Dans la foulée, accompagné de Carole Artu, Christophe Soumillon salue tout le monde. Sans une minute à perdre, les deux jockeys qui n’étaient pas encore à cheval sont mis en selle pour leur premier galop ; Cristian Demuro monte Lassaut, tandis que "Soumi" s’associe à Erevann (Dubawi).

Jean-Bernard Roth joue son rôle : « Si cela vous ne dérange pas, je préfère que personne ne vienne autour du rond car les chevaux sont des athlètes, ils ont besoin de se concentrer avant de galoper. » À vos ordres, chef ! Nous nous exécutons en suivant du regard les poulains qui partent au fond de l’hippodrome pour s’élancer... Juste avant, Jean-Claude Rouget confie aux jockeys : « L’objectif est uniquement d’effectuer un travail d’entretien pour voir s’ils sont aptes à courir... pas plus ! »

Une fois la piste traversée, nous nous positionnons juste derrière la lice intérieure de la ligne droite de Deauville. Jean-Bernard Roth ajoute : « Alors là, nous allons voir passer Makaloun ** (Bated Breath), Lassaut et Erevann. » Une fois le galop effectué, nous attendons et regardons Nicolas de Chambure qui glisse : « Le travail de Lassaut m’a semblé bon. C’est déjà super d’avoir un cheval qui court la Poule. Maintenant il n’y a plus qu’à... » Tout juste le temps de déplacer notre regard sur la piste, que l’on aperçoit passer Zelda et Valloria. Ensuite, le groupe retourne au centre de l’hippodrome. Au loin, on distingue la fumée qui sort des naseaux des poulains et on parvient à entendre leur respiration.

Mais pas le temps de s’attarder. À peine le pied à terre, Cristian Demuro monte sur Osmose ** (Zoffany). Déjà en selle sur Yukata ** (Galileo), Coralie Pacaut lui emboite le pas, ainsi que Christophe Soumillon à qui l’on donne la jambe pour s’associer à Welwal, lequel est suivi par son leader, Calgary (Olympic Glory). Positionnés au même endroit que lors de la première vague des galops, nous voyons passer ces deux groupes. S’écartant de nous, Jean-Claude Rouget et Jean-Bernard Roth débriefent.

7 h 45. Compte-rendu avec le patron

En marchant, Jean-Bernard Roth nous remercie d’être venus, puis Jean-Claude Rouget nous debriefe sur les différents travaux de ses pensionnaires : « Parfois, juste après une épreuve, nous sommes encore sous le coup de l’émotion et nous n’analysons pas les courses de la meilleure des façons. Après le galop de ce matin, Yukata ne devrait donc pas être dirigée vers la Poule. Comme cela, elle ne prendra pas une course dure. Par ailleurs, Zelda et Osmose sont vraiment bien. Étant donné qu’Erevann est un poulain qui apprécie les pistes souples, je ne vais pas le présenter au départ de la Poule. En théorie, j’aurai donc deux partants chez les mâles et deux chez les femelles. Lassaut sera confié à Cristian Demuro et, en principe, si Christophe Soumillon ne monte pas Erevann, il pourrait être associé à Welwal. Osmose sera montée par Cristian Demuro et Zelda sera confiée à Coralie Pacaut. »

La pression retombe. En rejoignant les voitures, nous abordons des sujets plus légers. Une belle journée commence et l’on se réjouit en pensant à dimanche.

 

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.