Ces "frères de" et ces "sœurs de" à la vente d’août

Institution / Ventes / 26.06.2022

Ces "frères de" et ces "sœurs de" à la vente d’août

Vingt-deux lots catalogués lors de la vente d’août Arqana sont frères ou sœurs de gagnants de Gr1, ou issus d’une mère ayant gagné à ce niveau. Nous vous en avons présenté huit vendredi soir. Voici les autres, en deux parties ! [PARTIE 2 SUR 2]

Par Adrien Cugnasse

Le haras de Hus passe côté vendeur

#204    M        Mastercraftsman & Anabasis, par High Chaparral

            Vendeur(s) : Haras d’Haspel

            Éleveur(s) : Haras de Hus

Lorsque Xavier Marie a fondé le haras de Hus, son credo fut d’importer la meilleure génétique européenne – et en particulier allemande – dans l’élevage français du cheval de sport. Ce n’est probablement pas un hasard si au moment de se lancer dans le pur-sang anglais, il montre encore un fort intérêt pour les origines germaniques. Issue de la grande lignée des "A" du Gestüt Schlenderhan, Anabasis (High Chaparral) a coûté 320.000 € chez Arqana, alors qu’elle était âgée de 12ans et pleine de ce yearling par Mastercraftsman (Danehill Dancer). Précédemment, au Gestüt Karlshof, elle a donné trois bons chevaux, dont le sauteur Adjali (Kamsin), un troisième du Prix Stanley (L) à Auteuil qui n’apparaît pas dans la page de catalogue d’août. Mais Anabasis a aussi et surtout donné deux black types en plat avec Mastercraftsman. La meilleure étant bien sûr A Raving Beauty (Mastercraftsman). Pas courue à 2ans, quatrième de Listed à 3ans, elle a ensuite pris la deuxième place du Premio Lydia Tesio (Gr1). Présentée comme prospect poulinière à Deauville, elle a été repérée par Nicolas de Watrigant. Il l’a alors achetée pour "seulement" 225.000 €. Une super affaire quand on connaît la suite. En l’espace de 11 mois aux États-Unis, elle a gagné deux Grs1, amassant 1,19 million de dollars de gains avant d’être revendue 2 millions – vraiment comme poulinière cette-fois ci ! – au Japon.

Un vrai papier d’étalon outcross

#205    M        Wootton Bassett & Angel Falls, par Kingmambo

            Vendeur(s) : Écurie des Monceaux

            Éleveur(s) : Écurie des Monceaux, Écurie Loick Fouchet, Ralphy Meahjohn & Kastro Stud Farm

L’histoire peut parfois être cruelle avec un bon cheval. Angel Falls (Kingmambo) a déjà donné trois black types, le meilleur étant bien sûr National Defense (Invincible Spirit), un lauréat (spectaculaire) du Prix Jean-Luc Lagardère (Gr1) qui n’a pas eu la carrière qu’il méritait à 3ans. Au haras en Irlande, il a peu sailli et n’a pas fait la monte en 2022, s’étant accidenté dans l’hémisphère Sud. C’est vraiment dommage car il a donné 10 gagnants et deux black types avec (à peine) 20 partants, dont Wilight Gleaming (Breeders' Cup Juvenile Turf Sprint, Gr2, Prix de la Vallée d'Auge, L).  National Defense est même en tête des étalons de deuxième production en Europe selon l’indice génétique mis au point par Hubert de Rochambeau ! Il provient de la grande souche des "A" du Gestüt Röttgen, par une branche qui est restée durant quatre générations dans les mains du cheikh Mohammed Al Maktoum. L’an dernier, elle lui a offert une victoire dans le Derby avec Adayar (Frankel), qui a la même deuxième mère que ce yearling par Wootton Bassett (Iffraaj). S’il est assez bon pour entrer au haras, ce sera un outcross pour beaucoup de juments européennes…

La méthode Lepeudry

#239    M        Kodiac & Cloghran, par Muhtathir

            Vendeur(s) : Élevage de Tourgéville

            Éleveur(s) : Madame Pierre Lepeudry

Lorsque les Lepeudry – père et fils – se mettent au travail pour établir un croisement, ils ne laissent rien au hasard. Antoine Lepeudry nous avait expliqué en 2020 : « Avec les produits de cette jument, nous n'avons jamais eu de problème de manque de taille. Nous pouvons donc utiliser un étalon toisé 1,61m sans souci. Avec Kodiac (Danehill), nous rajoutons de la vitesse. Le modèle semblait compatible et les enfants ont jugé qu'au niveau du pedigree, la jument et l'étalon étaient très compatibles. Nous travaillons tous ensemble sur les croisements car à plusieurs… nous sommes plus forts ! » La mère a eu trois gagnants sur trois partants. Et ils ont tous montré de la qualité. Tilett (Rock of Gibraltar) est gagnante de Classe 2.  My Pleasure (Lethal Force) est passé à une encolure du black type dans le Prix La Force (Gr3).

Désormais étalon, Robin of Navan (American Post) est gagnant de quatre Groupes dont le Critérium de Saint-Cloud (Gr1) et 870.000 € de gains. Avec la lignée de Danehill (Danzig), cette famille a donné aux Lepeudry Ming Zhi Cosmos (Duke of Marmalade), gagnante du Premio Sergio Cumani (Gr3). Ce yearling a un inbreeding sur Lyphard (Northern Dancer), comme sa cousine Lys Gracieux (Heart’s Cry), triple lauréate de Gr1 au Japon…

Le croisement de Dabirsim et de Makahiki

#270    M        Saxon Warrior & Fancy Green, par Muhtathir

            Vendeur(s) : Coulonces

            Éleveur(s) : Abdullah Saeed M Almaddah

Cette Fancy Green (Muhtathir) est une jument étonnante. Elle a donné trois bons chevaux avec trois étalons différents. Fancytastic (Mastercraftsman), qui n’apparaît pas dans la page de catalogue, s’est classé troisième du Prix Dawn Run (L). Le 3ans My Fancy (Myboycharlie) a brillamment gagné à Chantilly avant de remporter le Prix Herod (L) et de se classer troisième du Prix Djebel (Gr3). MkFancy (Makfi) a gagné le Critérium de Saint-Cloud (Gr1). La deuxième mère? Fancy Stone (Rainbow Quest), a fait partie des deux premières générations élevées par l’écurie des Monceaux ! Saxon Warrior, le père du yearling, est un fils de Deep Impact (Sunday Silence). Avec les descendantes de Rainbow Quest (Blushing Groom), la lignée de Sunday Silence (Halo) a donné trois gagnants de Gr1 : Makahiki (Deep Impact), lauréat du Derby japonais (Gr1), Dabirsim (Hat Trick), meilleur 2ans européen de sa génération, et Beat Black (Miscast), gagnant du St Leger Japonais (Gr1).

De la vitesse et de la précocité pour Giofra

#283    M        No Nay Never & Giofra, par Dansili

            Vendeur(s) : Haras de la Pérelle

            Éleveur(s) : Haras de la Pérelle

Comme son père, Scat Daddy (Johannesburg), No Nay Never (Scat Daddy) réussit particulièrement bien avec les juments de la lignée mâle de Danzig (Northern Dancer), dont est issue Giofra (Dansili). Ce croisement a notamment donné les deux gagnants de Gr1 européens de No Nay Never : Alcohol Free (Cheveley Park Stakes, Coronation Stakes & Sussex Stakes, Grs1) et Ten Sovereigns (July Cup & Middle Park Stakes, Grs1).

No Nay Never est au "coude à coude" avec Kingman (Invincible Spirit), l’autre leader de cette génération, en ce qui concerne la réussite statistique. C’est un vrai vecteur de vitesse (distance moyenne de victoire de ses produits : 1.380m) et de précocité. Et c’est exactement ce dont a besoin Giofra (Dansili), une jument qui n’a pas couru à 2ans, qui a gagné sa Listed à 3ans et son premier Gr1 à 4ans.

Dietrich von Boetticher met sur le marché l'une de ses plus belles familles

#290    F          Blue Point & Golden Lilac, par Galileo

            Vendeur(s) : Gestüt Ammerland

            Éleveur(s) : Gestüt Ammerland

En l’espace de quelques décennies seulement, le Gestüt Ammerland est devenu une véritable légende de l’élevage européen. Avec un nombre de juments finalement assez réduit, Dietrich von Boetticher a gagné les plus grandes courses, dont deux fois l’Arc. Le plus impressionnant, dans son œuvre hippique, est certainement la manière dont les souches ont fleuri entre ses mains. Au début des années 2000, lorsqu’il a acheté Grey Lilas (Danehill), elle était issue d’un beau papier italien. Mais de là à prévoir que la famille allait prendre tant d’ampleur ! Grey Lilas (Danehill) a gagné le Prix du Moulin de Longchamp (Gr1), avant de produire Golden Lilac (Galileo), lauréate de la Poule d'Essai des Pouliches, du Prix de Diane Longines et du Prix d'Ispahan (Grs1). Cette classique a fait partie du premier carnet de bal du champion sprinter Blue Point (Shamardal) qui est représenté par ses premiers yearlings en 2022. Outre l’apport de vitesse, ce croisement permet de reproduire deux "valeurs sûres". C’est-à-dire Giant’s Causeway (Storm Cat) sur Galileo (Sadler’s Wells) et Giant’s Causeway sur Danehill (Danzig)…

La première belle saillie de la mère d’Helene Paragon

#300    F          Kodiac & High Zaff, par High Chaparral

            Vendeur(s) : Haras des Capucines

            Éleveur(s) : Deportivo Ecuestre Yeguada

Les associés du haras des Capucines ont une stratégie courageuse et minutieuse. Ils passent au peigne fin le stud-book et les campagnes pour retrouver les mères ou les produits utérins de très bons chevaux. Cette pouliche est une fille d’High Zaff (High Chaparral), déjà mère du bon Helene Paragon (Polan), double lauréat de Gr1 à Hongkong. En France, sous le nom de Sir Andrew, ce fils du modeste Polan (placé classique en Espagne) s’était classé deuxième du Prix Jean Prat (Gr1). Souvent croisée avec des étalons de petit calibre, High Zaff a aussi produit Alejandria (Alexandros), lauréate de six courses en Espagne. Avec le très confirmé Kodiac, elle ne peut que faire mieux ! Cette yearling a un inbreeding rapproché sur Danehill (Danzig) comme Campanelle (Kodiac), lauréate du Commonwealth Cup et du Prix Morny (Grs1). Elle a aussi un inbreeding sur Kris (Sharpen Up), comme Tiggy Wiggy (Kodiac), lauréate des Cheveley Park Stakes (Gr1). En 2017, Thierry Abadie (haras des Fontaines) nous avait expliqué en 2017 : « Nous avons élevé celui qu’il faut maintenant appeler Helene Paragon pour le compte d’Andres Jordan Torres, qui nous a quittés prématurément. Le cheval a été nommé – Sir Andrew – en sa mémoire. Il fut envoyé à l’entraînement à Madrid. Il avait gagné en débutant un super maiden le jour de la Copa de Oro, à San Sebastian. Ensuite, il a couru en France. Ses propriétaires avaient reçu une belle offre après sa cinquième place dans la Poule d’Essai des Poulains. Ils l’ont refusée, mais après la troisième place dans le Prix Jean Prat (Gr1), suite à une offre encore plus importante, le cheval est parti pour Hongkong. Après la disparition d’Andres Jordan Torres, ses chevaux et ses poulinières ont été repris par son oncle, le marquis de Villatoya, et toute la famille…»