Les forces en présence dans le Diane après les premiers forfaits

Courses / 13.06.2022

Les forces en présence dans le Diane après les premiers forfaits

Dimanche, Chantilly accueillera son deuxième classique de l’année. Lundi matin, France Galop a validé les forfaits 1. Elles sont encore 20 en lice, dont 16 françaises…

Contrairement au Qatar Prix du Jockey Club (Gr1), l’entraînement français sera majoritaire dans le Diane. C’est la confirmation d’une tendance qui dure : la moyenne est de 2,6 étrangers sur la dernière décennie.

Cette année, elles sont encore quatre. Joseph O’Brien a laissé Above the Curve (American Pharoah), lauréate du St Mark’s Basilica Coolmore Prix Saint-Alary (Gr1). Son père, Aidan, pourrait aligner Toy (Galileo), décevante dans l’Emirates Poule d’Essai des pouliches (Gr1).

Nashwa va courir

Du côté des candidatures britanniques, les Gosden ont encore Nashwa (Frankel), troisième des Oaks d’Epsom (Gr1). Teddy Grimthorpe, le racing manager du propriétaire, nous a expliqué : « Imad Alsagar aborde cette course avec enthousiasme. Elle a très bien couru dans les Oaks (Gr1) et nous étions très contents de sa performance. La pouliche est bien revenue de la course. Elle est en forme et l’entraînement se passe très bien. John Gosden a déjà gagné le Diane avec une pouliche venant de courir les Oaks, Star of Seville. Il y a donc un précédent positif. Nashwa sera associée à Hollie Doyle, qui connait une superbe réussite ces derniers temps. » Le plus français des entraîneurs anglais, David Menuisier, pourrait compter sur Ottilien (Holy Roman Emperor), récente quatrième d’une Listed sur 2.000m à Goodwood.

Nos françaises ont du talent !

Entraîneur le plus représenté avec quatre pouliches au départ, André Fabre devrait seller Agave (Dubawi), deuxième du Prix Greffulhe (Gr2) remporté par Onesto (Frankel), Place du Carrousel (Lope de Vega), deuxième du Prix Saint-Alary, Zellie (Wootton Bassett), bonne quatrième des 1.000 Guinées de Newmarket (Gr1), et Babala (Sea the Stars), facile lauréate d’une Classe 2 à Longchamp lors de sa dernière sortie. Également entraînée à Chantilly et portant la même casaque que Place du Carrousel, celle d’Al Shaqab Racing, Jouza (Toronado) est entraînée par Henri-François Devin. Elle reste sur une cinquième place dans le Prix Finlande (L). Enfin, Fall in Love (Sea the Stars) et Beauté Cachée (Literato) devraient tenter leur va-tout en tant qu’outsiders. Contacté, l’entraîneur de Beauté Cachée, Gaël Barbedette, nous a dit : « L’objectif est que tous les propriétaires se fassent plaisir. Beauté Cachée est une pouliche que nous avons toujours beaucoup appréciée. En dernier lieu, dans une course support d’évènement à Longchamp, la pouliche n’avait pas bénéficié d’un très bon parcours. On s’y rend donc avec une seule idée en tête, se faire plaisir ! Rosario Mangione lui sera associé. »

Deauville en force

Les sujets entraînés à Deauville confirment leur montée en puissance puisque cinq pouliches sont engagées. On retrouve notamment deux lignes : celle de la Poule d’Essai des pouliches avec Rosacea (Soldier Hollow), quatrième, et Daisy Maisy, cinquième. Ces dernières avaient été devancées par Times Square, troisième, qui figure aussi dans la liste pour dimanche. Joint lundi après-midi, l’entraîneur de Daisy Maisy, Yann Barberot, nous a dit : « Elle va très bien ! C’est un beau challenge. C’est la première fois que j’aurai un partant dans une course aussi prestigieuse, je suis vraiment content. Je trouve que c’est un challenge amusant et je pense que l’allongement de la distance devrait lui convenir. Elle est facile, sa mère est par Champs Élysées et, dans la Poule d’Essai, elle a été un peu froide avant de bien conclure pour finir dans le sillage de Mangoustine. S’il y a des orages et que la piste s’assouplit, ce ne sera pas un problème. Ses lignes sont aussi très bonnes, qu’il s’agisse de la Poule ou de la Grotte. Son éleveur, Thierry de la Héronnière, est venu la voir et il a trouvé qu’elle avait vraiment bien évolué physiquement. Elle est magnifique, on dirait presque un mâle ! Elle a de gros points de force. Les couleurs Allaire sont en forme puisqu’ils ont encore gagné des Groupes samedi à Vincennes : j’espère ne pas lui faire honte (rires) ! Grégory Benoist sera en selle. Cela va être un très beau week-end pour toute l’écurie puisque Longvillers pourrait courir aussi dimanche [dans le Bertrand du Breuil, ndlr] s’il y a des orages et Axdavila a vraiment très bien travaillé [en vue du Bois, ndlr]. Je suis vraiment content ! » Ayant besoin de courses rythmées, Rosacea pourrait bien bénéficier de l’aide de Galla (Frankel), laquelle a été spécifiquement engagée pour assurer ce rôle. L’autre ligne vient du Prix Finlande (L) car la gagnante, Nadette (Outstrip), sera partante dans le Diane. La pensionnaire de Romain Le Dren Doleuze tentera donc de confirmer sa supériorité face à Yukata (Galileo), malheureuse troisième de la Listed de Longchamp.

Maisons-Laffitte puissance deux

La dernière pouliche entraînée à Maisons-Laffitte qui a couru un Prix de Diane se nomme Grand Glory (Olympic Glory). En 2019, la pensionnaire de Gianluca Bietolini avait conclu à la troisième place. Et cette année, le centre d’entraînement mansonnien n’aura pas une cartouche, mais deux ! En effet, Carlos et Yann Lerner devraient aligner deux pouliches au départ : La Parisienne (Zarak), deuxième du Prix de la Seine (L), et Queen Trezy (Almanzor), troisième du Saint-Alary. Joint par téléphone, Carlos Lerner nous a expliqué : « Queen Trezy et La Parisienne ont fait un canter ce matin [lire mardi, ndlr]. Tout s’est bien passé : c’était juste de l’entretien, les deux pouliches sont prêtes. Ce sera tranquille pour le reste de la semaine, avec les grosses chaleurs annoncées. Concernant La Parisienne, elle avait fait un travail sérieux mardi dernier sur l’hippodrome de Chantilly avec celui qui sera son jockey, Gérald Mossé. Queen Trezy sera quant à elle associée à Ronan Thomas. Tout va bien. »

Tariyana va-t-elle courir à sept jours ?

Si Tariyana (Sea the Stars) est alignée au départ du Diane, l’élève et représentante de Son Altesse l’Aga Khan tenterait quelque chose de peu banal, en courant à seulement sept jours ! Dans l’histoire du Prix de Diane, peu de pouliches ont tenté un tel pari. En 2002, alors entraînée par André Fabre, Dance Routine (Sadler’s Wells) se présentait dans le Diane seulement neuf jours après avoir triomphé dans le Prix de Royaumont (Gr3). Dimanche, la deuxième sortie en compétition de Tariyana s’est soldée par une deuxième place dans le Prix Mélisande (L), où elle a été dominée par une pouliche qui semble s’être retrouvée au fil des courses, Raclette (Frankel). Avant de décrocher son caractère gras, la pensionnaire de Francis-Henri Graffard venait de débuter sa carrière par une victoire, le 16 mai, dans le Prix des Grès (Inédites) à Chantilly.

 

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.