Prix de Diane J-3 : Tariyana tente le pari

Courses / 15.06.2022

Prix de Diane J-3 : Tariyana tente le pari

Prix de Diane J-3

Tariyana tente le pari

Elle sera bien au départ du Prix de Diane Longines (Gr1), une semaine seulement après sa deuxième place dans le Prix Melisande (L) ! Tariyana (Sea the Stars) a été confirmée mercredi matin au départ du classique cantilien par son entraîneur, Francis-Henri Graffard. Contacté par téléphone, ce dernier nous a confié : « Il n’y a qu’un seul Prix de Diane dans l’année... Alors, nous allons tenter ce pari avec Tariyana. La pouliche est vraiment bien rentrée de sa course de dimanche à Longchamp. Ce matin lire mercredi, ndlr, à la lecture des restantes, nous avons voulu la laisser. C’est une décision mûrement réfléchie. Ma principale préoccupation était uniquement de voir comment la pouliche allait rentrer de sa course. À l’entraînement, son attitude est irréprochable : je la trouve désormais à l’écoute et plus posée. Dans le Diane, Tariyana sera confiée à Ioritz Mendizabal... »

Un pari déjà réussi dans le passé...

Courir un classique avec si peu de temps de récupération, ce n’est pas commun. Ces dernières années, deux pouliches avaient également réalisé ce défi. En 2015, lorsque Star of Seville (Duke of Marmalade) avait remporté le Diane, la pensionnaire de John Gosden avait été très malheureuse, la semaine précédente, dans les Oaks d’Epsom (Gr1), où elle avait été mise hors course dans la ligne droite ! En 2002, André Fabre avait également tenté un pari avec une certaine Dance Routine (Sadler’s Wells). Le 1er juin, la représentante de Juddmonte avait triomphé dans le Prix de Royaumont (Gr3). Huit jours plus tard, le 9 juin, elle n’était pas passée loin de l’exploit en échouant à seulement deux longueurs de la lauréate, Bright Sky (Wolfhound), dans le Diane.

En remontant plus loin dans le temps, on trouve le nom de Signorinetta (Chaleureux) qui avait défrayé la chronique en 1908 ! Proposée à la côte de 100/1 dans le Derby d’Epsom (Gr1), le 3 juin 1908, elle avait créé une énorme surprise en parvenant à s’imposer. Mais l’histoire ne s’arrête pas là : seulement deux jours après sa victoire, elle avait été jugée digne d’être alignée au départ des Oaks d’Epsom (Gr1), qu’elle avait aussi remportés ! Elle était alors entraînée par propriétaire italien excentrique, le chevalier Edoardo Ginistrelli.