Prix du Lys Longines (Gr3)  le drôle de moteur de Simca Mille

Courses / 19.06.2022

Prix du Lys Longines (Gr3) le drôle de moteur de Simca Mille

Chantilly, dimanche

1er       SIMCA MILLE

2e        VIRTUAL ROCK

3e        MARTEL

Portant le nom d’un célèbre modèle de voiture, Simca Mille (Tamayuz) a passé la sixième vitesse pour réussir une démonstration dans le Prix du Lys Longines (Gr3). Le poulain du haras de la Pérelle et de Stéphane Wattel a rapidement pris les commandes. Il a mené à sa main avant de démarrer en progression à 400m du but. Son jockey, Théo Bachelot, a monté une très belle course et il n’a pas été dur pour que Simca Mille se détache dans la phase finale et l’emporte de trois longueurs et demie. Si l’on excepte ses débuts sur un terrain très lourd à 2ans, dans le Prix de Saint-Désir, enlevé par Erevann (Dubawi), Simca Mille n’a jamais déçu. Son mentor a accompli un travail d’orfèvre afin de lui faire monter les échelons tout en progression, pensant en faire un super 4ans. Mais Simca Mille a progressé plus vite que prévu. Vainqueur de handicap puis d’une Classe 2 à Angers, il a franchi plusieurs marches ce dimanche. En attendant peut-être mieux d’ici le 14 juillet…

Sur un conseil d’Alain de Royer Dupré

Dans l’histoire de la victoire de Simca Mille, il y a plusieurs éléments à prendre en compte. C’est un poulain en retard de gains, qui a aussi bénéficié de la bonne tactique pour produire sa meilleure valeur. Une tactique appliquée sur les conseils d’un maître entraîneur cantilien. Stéphane Wattel nous a raconté : « Le défi est réussi ! Simca Mille est quand même assez impressionnant. Il allie une vitesse naturelle avec sa grande action et sa tenue. Nous avons choisi une tactique que je n’utilise pas souvent : celle d’aller au train, devant. Mais cette tactique lui a réussi. Alain de Royer Dupré a entraîné beaucoup de produits de Tamayuz. C’est sur ses conseils que nous avons appliqué la tactique d’aujourd’hui car il nous disait qu’il ne fallait pas hésiter à utiliser l’action des produits de Tamayuz. Il m’a dit cela juste avant le Diane, pour parler de Simca Mille. C’est quand même mon maître d’apprentissage, donc je l'ai écouté ! Je crois que vous le reverrez dans le Grand Prix de Paris (Gr1). À chaque fois que l’entraîneur supplémente, cela veut dire qu’il a fait une erreur de ne pas engager au bon moment. Mais vraiment, je ne pouvais pas savoir que Simca Mille allait atteindre ce niveau aussi vite. Je pensais bien que c’était un cheval qui allait bien vieillir et faire un bon 4ans. Le courir dans le Grand Prix de Paris, c’est un rêve que nous avons, nous, à l’écurie. Mais encore faut-il que le cheval puisse le faire. Dans ces cas-là, il faut que ce soit le cheval qui nous guide plutôt que nous nous mettions à fantasmer... S’il est bien, ce serait logique d’aller sur le Grand Prix de Paris. »

Des noms fun

Simca Mille porte donc le nom d’un célèbre modèle de voiture, mais aussi d’une chanson humoristique des Chevaliers du Fiel. Il a été nommé par Stéphane Wattel qui nous a expliqué : « L’anecdote est plutôt banale. J’ai eu la chance de pouvoir nommer Simca Mille et je donne toujours des noms un peu originaux à tendance humoristique car, si jamais le cheval devient assez bon, cela donne un côté un peu fun. C’est pour cela d’ailleurs qu’il y a eu des Boris de Deauville… D’ailleurs, plus personne ne me laisse nommer les chevaux désormais (rires) ! »

La marque des grands chevaux

Théo Bachelot est le fidèle jockey de Simca Mille et il a monté une belle course dans ce Gr3. Il a déclaré au micro d’Equidia : « C’est un cheval que nous avons toujours un peu estimé. Il avait débuté moyennement, mais c’était en terrain lourd et nous ne l’avions pas du tout condamné. On l’a laissé venir. Plus ça va, mieux il prend les choses. Son comportement reste le même, il est très calme, un petit peu joueur, ce qui le rend plus facile dans un parcours. Dans des courses peu sélectives comme on peut en avoir ici, ça ne le dérange pas de prendre les choses en main. L’autre jour, j’ai connu ça à Angers. Aujourd’hui, c’est le haut niveau et je suis très satisfait. Il monte les échelons petit à petit, c’est la marque des grands chevaux. »

Direction Deauville pour Virtual Rock

Vite deuxième dans le parcours, Virtual Rock (Fascinating Rock) a été tenace jusqu’au bout pour se classer deuxième. Comme le lauréat, il venait de gagner une Classe 2 dans l’Ouest, à Nantes. Son mentor, Satoshi Kobayashi, nous a déclaré : « C’est très bien, il n’y a rien à dire ! Virtual Rock a tout simplement prouvé sa qualité. C’est un poulain que nous avons toujours apprécié à l’écurie, mais prétendre faire l’arrivée à un tel niveau, ce n’est pas simple... Cela dit, lorsque j’avais fait le papier de cette course, le poulain de l’écurie Wertheimer & Frère [Martel, ndlr] me semblait, certes, difficile à battre, mais le reste de l’opposition était dans ses cordes. Puis, comme je n’avais pas forcément le choix des engagements, le pari que nous avons tenté a fonctionné ! Désormais, il n’est pas impossible que le poulain se rende à Deauville, d’autant plus qu’il apprécie les pistes bien plus souples. Cette deuxième place est vraiment encourageante pour l’avenir. »

Martel déferré

Martel (Frankel) a galopé à l’arrière-garde dans une course sans train et dans ces cas-là, la tâche est délicate. Malgré tout, le poulain de Wertheimer & Frère est revenu bien terminer à la troisième place. Représentant des propriétaires, Pierre-Yves Bureau nous a dit : « Il a été débordé toute la course mais il a réalisé une très belle ligne droite lorsqu'il a été équilibré. Ce n'était pas prévu qu'il soit aussi loin mais ce sont les circonstances de course. Maintenant, ce qui est rassurant c'est qu'il refait quand même du terrain. En plus, il s'est déféré, même si je ne pense pas que cela explique son départ un peu lent. Je n'ai pas l'impression que la course ait été très sélective... »

PEDIGREE WEATHERBYS

Le croisement de Précieuse

Élevé par son copropriétaire, le haras de la Pérelle, Simca Mille a été présenté à la vente de Sélection Arqana où il a été racheté 68.000 €. C’est un fils de Tamayuz (Nayef) stationné à Derrinstown Stud, un étalon avec des résultats solides (9 % de black types par partant).  Simca Mille est son quatorzième lauréat de Groupe.

La mère, Swertia (Pivotal), est gagnante de trois courses sur 2.400m et 2.500m à Craon et Deauville. Les filles de Pivotal (Polar Falcon) connaissent une grande réussite au haras, et dimanche à Chantilly, le sire de Cheveley Park Stud a aussi donné la mère de la gagnante du Diane… avec Tamayuz, il avait déjà donné Précieuse (Poule d’Essai des Pouliches, Gr1).

Simca Mille est le premier produit de Swertia. La jument a aussi une 2ans nommée Sadia (Kodiac) à l’entraînement chez Stéphane Wattel et une yearling par Invincible Spirit (Green Desert). Elle a une foal par Sea the Moon (Sea the Stars) et a été saillie cette année par Zelzal (Sea the Stars).

La deuxième mère, Sanjida (Polish Precedent), a gagné à 2ans et s’est notamment classée deuxième du Prix Volterra (L), troisième du Prix Cléopâtre, du Prix Pénélope et du Prix de Condé (Grs3). Polish Precedent (Danzig) est aussi le père de mère de Djo Français (Intello), lauréat du Prix Bertrand du Breuil (Gr3), dimanche à Chantilly.

Les six partants de Sanjida ont gagné, mais aucun n’est devenu black type. Le meilleur était certainement Sanaija (Pivotal), deux fois quatrième de Listed sur 2.400m et plus.

La troisième mère a donné Sarafina (Refuse to Bend), gagnante du Prix Saint-Alary, du Prix de Diane et du Grand Prix de Saint-Cloud (Grs1).

 

 

 

Gulch

 

 

Nayef

 

 

 

 

Haight of Fashion

 

Tamayuz

 

 

 

 

 

Nureyev

 

 

Al Ishq

 

 

 

 

Allez les Trois

SIMCA MILLE (M4)

 

 

 

 

 

 

Polar Falcon

 

 

Pivotal

 

 

 

 

Fearless Revival

 

Swertia

 

 

 

 

 

Polish Precedent

 

 

Sanjida

 

 

 

 

Sanariya

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Départ à 1.000m : 1’28’’06

1.000m à 600m : 25’’54

600m à 400m : 11’’78

400m à 200m : 11’’38

200m à l’arrivée : 11’’93

Temps total : 2’28’’69