Prix Philippe et Emmanuel Tassin (Classe 2) : Irésine fait le job

Courses / 04.06.2022

Prix Philippe et Emmanuel Tassin (Classe 2) : Irésine fait le job

Prix Philippe et Emmanuel Tassin (Classe 2)

Irésine fait le job

Plus revu depuis sa troisième place dans le Qatar Prix Foy (Gr2), en septembre dernier, Irésine (Manduro) était l’une des attractions de la réunion de ce samedi à Lyon-Parilly. Après le forfait de Lord Achilles (Rio de la Plata), le représentant de Bertrand Millière, de l’écurie Jean-Paul Gauvin, de Christian Goutelle et de Jean-Pierre Gauvin n’avait plus que trois adversaires face à lui dans ce Prix Philippe et Emmanuel Tassin (Classe 2). Et il a su les dominer en faisant parler sa classe. À cette occasion, Irésine reste invaincu en cinq sorties sur l’anneau de Lyon-Parilly.

Plus facilement que ne l’indique l’écart à l’arrivée

À la sortie des stalles, le futur lauréat a été placé en quatrième et dernière position. Il a pris le sillage de l’outsider, Sixième Sens (Davidoff), et s’est montré détendu malgré le train peu soutenu imprimé en tête par Folamour (Intello). Décalé dès la fin du dernier tournant, Irésine est venu assez facilement en pleine piste. Une fois à la hauteur de l’animateur, Marie Vélon a accompagné aux bras son partenaire pour dominer Folamour plus facilement que ne l’indique la demi-longueur à l’arrivée. Folamour venait d’effectuer une rentrée gagnante à Vannes et s’adjuge une honnête deuxième place devançant Good Question (Manduro)… de sept longueurs et demie ! Ce dernier trouvait sans doute une piste trop légère pour ses aptitudes. Encore à cheval, Marie Vélon, jockey d’Irésine, a déclaré : « C’est le Irésine que l’on attendait. Il le fait assez facilement mais avait quand même besoin de cette rentrée. Après cette victoire, je n’ai aucun doute concernant son retour au top niveau. La course n’a pas été très rapide et je suis contente que mon cheval n’en ait pas trop fait. Il était relax et avait l’air de prendre plaisir à courir : Irésine avait les oreilles en avant du début à la fin du parcours. »

Vers le Grand Prix de Lyon

Après ses débuts à Vichy, où il se classait troisième, Irésine avait réussi l’exploit de triompher sept fois d’affilée et avait atteint la valeur 50,5 en s’adjugeant La Coupe (Gr3). Il avait par la suite conclu quatrième du Grand Prix de Vichy (Gr3) et troisième du Qatar Prix Foy (Gr2). Nul doute qu’il va pouvoir retrouver les épreuves black types suite à ce succès. Joint par téléphone, son entraîneur, Jean-Pierre Gauvin, nous a confié : « Marie Vélon m’a dit qu’il s’était beaucoup repris en prenant l’avantage assez tôt. Folamour n’était pas non plus le premier venu. Mon cheval a fait son travail en gagnant dans une belle action. Nous allons voir comment il progresse. Irésine était peut-être un peu rouillé également. Il sera aussi mieux sur une piste un peu plus souple. Dans trois semaines, Irésine sera au départ du Grand Prix de Lyon (L). Par la suite, si tout va bien, il pourra aller sur le Prix de Reux (Gr3) et le Grand Prix de Deauville (Gr2). Après on verra ! »

Le neveu d’In Chambers

Élevé par Pierre Joyaux et la baronne Marie-Louise Van Dedem, Irésine a été présenté par le haras de Montaigu à la vente de yearlings d’octobre Arqana et a été acheté 6.000 € par Jean-Pierre Gauvin. C’est un fils d’Inanga (Oasis Dream), une jument qui a couru sept fois sans s’illustrer. Irésine est son premier gagnant. Elle a aussi donné Ilex (Style Vendôme), non placé en trois sorties. Elle a une 3ans nommée Purple Lady (Joshua Tree) et un yearling nommé Cedrus (Chemical Charge). Inanga est une propre sœur d’In Chambers (Oasis Dream), deuxième des Prix de Guiche et Daphnis (Grs3). C’est également une sœur de Too Marvelous (Dansili), la mère d’Earth Amber (Hurricane Run), deuxième des Sagaro Stakes (Gr3, 3.200m), et de Paper Profits (Kendor), mère de Double Look (Mastercraftsman), troisième des Prix Roland de Chambure, Maurice Caillault, du Critérium du Languedoc (Ls), et de Scarlet Honey (Holy Roman Emperor), deuxième du Prix Caravelle et troisième du Prix des Lilas (Ls). La troisième mère, Rêve de Reine (Lyphard), a terminé deuxième du Prix Vanteaux (Gr3). C’est une fille de Riverqueen (Luthier), lauréate de la Poule d’Essai des Pouliches, du Grand Prix de Saint-Cloud et du Prix Saint-Alary (Grs1).

Königsstuhl

Monsun

Mosella

Manduro

Be my Guest

Mandellicht

Mandelauge

IRÉSINE (H5)

Green Desert

Oasis Dream

Hope

Inanga

Woodman

Cas Royaux

Rêve de Reine