Prix Pierre et Parquet (Prix de l’Avenir) : Sea the Lady, une 2ans de la maison Barberot

Courses / 13.06.2022

Prix Pierre et Parquet (Prix de l’Avenir) : Sea the Lady, une 2ans de la maison Barberot

Craon, lundi

Douze poulains et pouliches de 2ans effectuaient leurs premiers pas dans le Prix Pierre et Parquet (Prix de l’Avenir) (Inédits). Et c’est l’entraînement de Yann Barberot qui s’illustre de nouveau avec la classe biberon pour la casaque Avatara SA. Sea the Lady est une fille de l’étalon Sea the Moon (Sea the Stars), qui fait la monte à Lanwades Stud. Sa mère, Blumenfee (Soldier Hollow), a brillé pour ses débuts à 2ans sur les 1.400m d’Hanovre puis elle s’est classée deuxième d’une Listed sur le même tracé. Au haras, on lui doit trois produits en âge de courir. Sea the Lady est son deuxième gagnant après Bojak (Sea the Moon), lauréat d’un handicap sur les 1.350m de Lyon-Parilly pour l’entraînement d’Andreas Suborics.

Un match entre deauvillais

Pour l’occasion, Sea the Lady était associée au jockey maison Grégory Benoist. Très bien sortie des stalles de départ, Sea the Lady a été placée à la hanche de la pensionnaire de Stéphane Wattel, Two Two Two (George Vancouver), qui était en tête de l’épreuve. À la sortie du tournant, Grégory Benoist a commencé à solliciter – uniquement aux bras – sa partenaire et cette dernière a remarquablement répondu, traçant une belle ligne droite. Elle s’impose d’un peu moins d’une longueur devant Two Two Two. Une longueur plus loin, Littéraire (Intello) réalise de bons débuts et complète le podium.

Après la victoire de Sea the Lady et la cinquième place de son autre représentante, Markswoman (Recoletos), Yann Barberot s’est exprimé au sujet de ses deux pensionnaires au micro d’Équidia : « Les deux pouliches courent très bien. La gagnante possède un peu plus de métier et elle est plus facile. Nous avons pris l’option de la monter plus offensivement alors que sa voisine de box a été plus prudente selon les ordres demandés. Je suis ravi des deux pouliches. » Grégory Benoist a ajouté : « Sea the Lady est une jument assez sérieuse le matin. Elle montrait de bonnes choses même si ce n’est jamais facile de débuter face à une opposition que l’on ne connaît pas. Mais nous attendions une bonne performance de sa part. À l’entrée de la ligne droite, je savais que la course allait se jouer entre la pouliche de Stéphane Wattel et la mienne. Théo Bachelot m’a donné une bonne réplique mais, lorsque j’ai sollicité ma jument aux bras, elle a été courageuse et a fait quelque chose. »

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.