Prix Ridgway (L) : Haya Zark, la belle surprise

Courses / 12.06.2022

Prix Ridgway (L) : Haya Zark, la belle surprise

Prix Ridgway (L)

Haya Zark, la belle surprise

À ce jour, Haya Zark (Zarak) n’a été vu qu’une fois au-dessus du mile. C’était dans le Prix Greffulhe (Gr2) et il n’avait pas mal couru en se classant quatrième à distance des premiers. Ce jour-là, le représentant et élève d’Odette Fau semblait avoir montré ses limites face à des espoirs classiques. Mais en descendant de catégorie, Haya Zark s’est imposé avec facilité dans ce Prix Ridway (L) ! Il faut dire qu’avec la présence de l’invaincu et estimé Epic Poet ** (Lope de Vega), Haya Zark n’était pas attendu sur la plus haute marche du podium (lui qui s’est élancé à 6,9/1).

Le bon parcours

Christophe Soumillon montait le poulain pour la deuxième fois. Il l’a placé au centre du petit peloton composé de cinq unités. Le futur lauréat a galopé le long de la lice intérieure, derrière Ayrton (Toronado), alors que l’animateur Aigle Vaillant (Wings of Eagles) donnait du rythme à la course. Dans la ligne droite, Haya Zark a été décalé en pleine piste. Il a bien répondu aux sollicitations de son jockey et a repoussé les attaques du marocain de naissance Russipant Fal (Russian Cross), vu à l’arrière-garde durant le parcours.

Epic Poet s’est montré décevant même s’il n’a pas mal fini pour prendre la troisième place, une longueur et demie plus loin. Au micro d’Equidia, Christophe Soumillon, a déclaré : « J’ai eu une course de rêve. Avant coup, je montais plus pour une place, car Epic Poet semblait dur à battre. J’aimais aussi beaucoup le cheval de Joël Boisnard. Haya Zark a été très détendu. Puis, quand Théo Bachelot a fait forcer Marie Vélon devant, je buvais vraiment du petit lait. Je ne voulais pas venir prendre l’avantage trop tôt car il a tendance à se relâcher. Il l’a d’ailleurs un peu fait. Il a fallu le garder concentré jusqu’au poteau. Mais c’est bien. C’est encore un Zarak (Dubawi) qui fonce. »

Il surprend son entourage

Sur 1.600m, Haya Zark avait ouvert son palmarès en terrain lourd en fin d’année de 2ans. Il n’avait plus franchi le poteau en tête depuis. Pour sa rentrée, le poulain avait conclu à une courte encolure d’Erevann (Dubawi) tout en battant des chevaux estimés. Il était donc logique de le voir au départ du Prix de Fontainebleau (Gr3), où il n’a pu faire mieux que septième. Il venait de finir quatrième du Prix Greffulhe (Gr2). Joint par téléphone, Adrien Fouassier nous a confié : « On a vraiment bénéficié d’une course sur mesure avec deux leaders. Cela a permis à Haya Zark d’aller loin. Nous l’avions mis sur 1.600m car c’est un cheval un peu fougueux. Il a d’ailleurs un bonnet. Désormais, il s’assagit et nous pouvons le rallonger. Haya Zark a aussi énormément évolué mentalement. C’est pour cela que je n’avais pas hésité à lui faire courir le Prix Greffulhe (Gr2). Là, il descendait de catégorie mais malgré tout, je ne pensais pas gagner de cette façon-là ! Epic Poet était un favori avec des limites inconnues. Il faudra revoir les lignes. Maintenant que Haya Zark est gagnant de Listed, nous allons peut-être changer de direction avec lui. C’est un poulain qui a beaucoup couru à 2ans et 3ans, donc il va falloir voir comment il rentre. En fonction de cela, il pourrait bénéficier d’un break. C’est un cheval de bon terrain minimum et plus les pistes seront souples, mieux ce sera pour lui. Il est aussi vraiment meilleur corde à gauche. »

Epic Poet n’a pas fait sa course

Au départ de cette course, Epic Poet était présenté invaincu. Il avait gagné le Prix de Belleville (Inédits) l’année dernière et avait fait une excellente rentrée dans le Prix de Croissy (Classe 1). Mais au rond de présentation et derrière les stalles, le poulain était plus tendu que d’habitude. Et il a connu la première défaite de sa carrière dimanche dans cette Listed. Après la course Jean-Claude Rouget, son entraîneur, nous a confié : « Comme je dis toujours, nous ne connaissons rien aux courses... Les penaltys, ça n’existe pas ! Epic Poet n’a tout simplement pas fait sa course. Aujourd’hui, Cristian [Demuro, ndlr] l’a trouvé très tendu derrière les stalles de départ. Puis, c’est également sa troisième course à Longchamp, je n’aime pas trop cela. En rentrant, nous allons faire des analyses pour voir si tout va bien. Et en dernier lieu, Epic Poet battait vraiment un tout petit lot... »

Un neveu d’Haya Landa

Élevé par Odette Fau, Haya Zark est le huitième black type de Zarak (Dubawi), stationné aux Aga Khan Studs, qui confirme de semaine en semaine avec ses premiers 3ans qu’il est une valeur montante du parc européen.

Sa mère, Haya City (Elusive City), n’est pas parvenue à briller en trois sorties. Haya Zark est son premier gagnant. La poulinière a une 2ans nommée Zarkhaya (Zarak) et a été saillie en 2022 par Anodin (Anabaa). Sa deuxième mère, Haya Samma (Pivotal) n’a pas couru. Au haras, on lui doit la bonne Haya Landa (Lando), à l’arrivée d’un Arc, mais aussi (et surtout) sur le podium d’un Grand Prix de Saint-Cloud (Gr1) et d’un Prix de la Nonette (Gr2), ainsi qu’Haya of Fortune (Soldier of Fortune), troisième d’un Critérium de l’Ouest (L). La troisième mère a donné Gin Jockey (Soviet Star), placé des Craven Stakes (Gr3)…

Dubai Millennium

Dubawi

Zomaradah

Zarak

Zamindar

Zarkava

Zarkasha

HAYA ZARK (M3)

Elusive Quality

Elusive City

Star of Paris

Haya City

Pivotal

Haya Samma

Singing Lark

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Départ à 1.000m : 1’08’’51

1.000m à 600m : 24’’88

600m à 400m : 11’’54

400m à 200m : 11’’25

200m à l’arrivée : 11’’59

Temps total : 2’07’’77