Qui se cache derrière Westerberg, triplement représenté dans le Jockey Club ?

International / 04.06.2022

Qui se cache derrière Westerberg, triplement représenté dans le Jockey Club ?

Qui se cache derrière Westerberg, triplement représenté dans le Jockey Club ?

Georg von Opel fait courir sous l’entité Westerberg. Copropriétaire de la gagnante des Oaks (Gr1) vendredi à Epsom et de celle du Saint Alary (Gr1), il est aussi associé dans trois partants du Jockey Club et autant dans le Derby d’Epsom.

Par Adrien Cugnasse

Né en Allemagne, ce petit-fils du fondateur de la marque automobile Opel vit en Angleterre. Et, lorsqu’il s’exprime en anglais, celui qui est listé parmi les principaux donateurs du parti conservateur a l’accent impeccablement distingué de l’aristocratie britannique.

Georg von Opel n’a d’ailleurs pas véritablement de lien avec les courses allemandes, ses chevaux à l’entraînement étant basés en Irlande, en Grande-Bretagne et en France. Sa seule incursion hippique, outre-Rhin, a eu lieu lorsque sa représentante Miss Yoda (Sea the Stars), une pensionnaire de John Gosden, a remporté le Preis der Diana (Gr1). Elle est désormais au haras à Coolmore.

En rupture avec la tradition familiale

La famille Von Opel, comme beaucoup de grands noms de l’industrie allemande, a connu la gloire du turf. Les cousins de Georg von Opel, Aline et Peter Rodde sont d’ailleurs toujours à la tête du haras familial fondé en 1912, le Gestüt Westerberg d’où quatre gagnants du Derby allemand (Gr1), le dernier en date étant Nicaron (Acatenango). Le Londonien a choisi de faire référence à l’élevage de ses aïeux en nommant sa propre entité hippique "Westerberg" (tout court). Mais il n’a pas pour autant de chevaux à l’entraînement en Allemagne ou de sujets d’élevage à demeure au Gestüt Westerberg.

L’émergence d’une grande casaque internationale

Le nom de Georg von Opel a commencé à circuler outre-Manche au tournant de 2018 et 2019. Il est apparu comme copropriétaire, avec les associés de Coolmore, de plusieurs yearlings achetés au-delà du million d’euros. Ses investissements, très importants également dans les chevaux à l’entraînement, lui ont permis d’être copropriétaire des O’Brien Santa Barbara (Beverly D. Stakes & Belmont Oaks, Grs1), Bolshoi Ballet (Belmont Derby Invitational Stakes, Gr1), Tuesday (Oaks, Gr1), Tenebrism (Cheveley Park Stakes, Gr1), Luxembourg (Vertem Futurity Trophy Stakes, Gr1), Above the Curve (Prix Saint-Alary, Gr1)… liste non exhaustive. Samedi dans le Derby d’Epsom (Gr1), Georg von Opel était triplement représenté avec Star of India (Galileo), Stone Age (Galileo) et Changingoftheguard (Galileo).

Aux États-Unis, il est associé sur Golden Pal (Breeders' Cup Turf Sprint, Gr1) et en Australie sur Nature Strip (Nicconi), meilleur sprinter du monde sur le gazon (avec son rating de 124).

Dimanche à Chantilly

Georg von Opel a dix chevaux à l’entraînement chez André Fabre, tous en association avec les piliers de l’équipe de Coolmore. Le meilleur étant bien sûr Ancient Rome (War Front), deux fois placé de Gr1 à 2ans et qui reste sur une quatrième place dans la Poule d’Essai des Poulains (Gr1). Il sera l’un des trois Westerberg au départ du classique cantilien, avec The Acropolis (Churchill), le neuvième de la Poule et Ivy League (Galileo). Georg von Opel a aussi deux chevaux chez Francis-Henri Graffard, dont l’allemande Tangut (Adlerflug). Enfin, il a une 2ans chez Jean-Claude Rouget, une Siyouni (Pivotal) achetée 650.000 € à Arqana…

Georg von Opel a l’ambition de bâtir un élevage de premier plan et il a aussi beaucoup dépensé sur le marché des poulinières. Il est conseillé par le courtier Jamie McCalmont.