Sportif(s)

Le Mot de la Fin / 28.06.2022

Sportif(s)

Staps, une revue scientifique dédiée aux sports, vient de publier une partie du travail mené (consultable en cliquant sur ce lien : https://www.cairn.info/revue-staps-2022-0-page-I58.htm?contenu=article) par deux chercheuses, Jocelyne Porcher et Sophie Barreau. Le sujet ? « Montrer que les chevaux de courses de galop sont des sportifs de haut niveau. » À partir du suivi d’un panel de 82 chevaux pur-sang et d’un travail bibliographique sur les footballeurs, il a été question de mettre en rapport la carrière d’un cheval de course avec celle d’un footballeur, à partir de quatre axes : la formation, l’entraînement, la compétition, la reconversion. Si les résultats obtenus montrent des similarités entre les deux univers, d’importantes différences sont soulignées, dues notamment à la question du bien-être animal, qui « occulte celle des conditions de travail ». Les deux scientifiques expliquent que, pour les galopeurs, c’est une question centrale étant donné que « leur destinée comme celle des footballeurs est dirigée par les mêmes règles économiques, la volatilité de la valeur capitalisable de leur talent, les ramifications internationales, le jeu et les conduites des parieurs, qui peuvent sur un événement – comme le coronavirus – fragiliser tout un secteur d’activité ». L’une de leurs conclusions est la suivante : si l’on veut trouver des solutions pour s’assurer que la pratique sportive, pour les chevaux comme pour les humains, permette aux individus de s’épanouir dans leur activité professionnelle et de rester en bonne santé, il est indispensable de se focaliser non seulement sur les performances et le bien-être, mais également sur les rapports de chaque individu au travail, aux conditions de travail et à son organisation.

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.