UN PEU LES BOULES

Courses / 17.06.2022

UN PEU LES BOULES

UN PEU

LES BOULES

On savait les courses capables de faire passer en quelques minutes du rire aux larmes, ou des larmes au rire… On a appris jeudi qu’un tirage au sort des places à la corde avait le même pouvoir. Celui du Qatar Prix du Jockey Club a eu lieu à deux reprises jeudi, une première fois à 11 h 15, la seconde à 17 h, à chaque fois en direct sur Équidia. Comment en est-on arrivé là ?

Jeudi en fin de matinée, les journalistes d’Équidia ont déjà tiré quelques noms de partants et leur numéro de corde, quand le nom de Point Lonsdale sort du chapeau. Or le pensionnaire d’Aidan O’Brien ne participe pas à la course : il a été déclaré avant 10 h 30 en "annulation partant probable". Une page de publicité est lancée le temps de comprendre la bévue. Dans la vasque contenant les noms des chevaux, il y a bien le nombre de boules requis… C’est donc qu’il manque un partant ! C’est celle de "Mister Saint Paul" – ajoutée pendant la coupure publicitaire et le tirage reprend. La direction des courses de France Galop est tenue informée en temps réel. Bien que la cérémonie se poursuive, la décision de recommencer le tirage est prise. Logique : pourquoi aller au terme d’un tirage qui est nul et non avenu ?

Les Leenders (entraîneurs de Mister Saint Paul) reçoivent un coup de téléphone pour leur expliquer la situation. Et tous les entourages reçoivent un communiqué vers 15 h.

Habituellement, le tirage au sort des places à la corde est effectué par un logiciel sécurisé, verrouillé, horodaté : aucune erreur n’est possible. Pour les grands rendez-vous, France Galop (ou LeTrot) a pris l’habitude de diffuser le tirage au sort sur Équidia, pour "scénariser" l’événement. Et dans ce cas, la main de l’homme (ou de la femme !) intervient pour placer les étiquettes des partants et des numéros dans les boules… Ces étiquettes avaient été préparées en amont, avant l’annulation des partants probables. La question qui se pose est la suivante : dans le cas où le tirage au sort n’est pas effectué via un logiciel, un membre du service technique de France Galop ne devrait-il pas être présent pour valider les opérations ? Selon nos informations, ce n’était pas le cas jeudi.

Mais une fois que l’on a dit cela, il serait tout de même regrettable de renoncer à ce type de mise en scène qui nous rapproche des standards des grands sports. L’UEFA elle-même s’est trompée lors d’un récent tirage de Ligue des Champions ; personne n’imagine pour autant renoncer à cette dramaturgie qui fait partie de l’événement. Les courses manquent suffisamment d’occasions de se médiatiser. N’en jetons pas une au feu sous prétexte qu’une fois, il y a eu une erreur.