Vente d’été Arqana : Mixte par excellence !

Institution / Ventes / 28.06.2022

Vente d’été Arqana : Mixte par excellence !

Jeudi et vendredi, Arqana accueille sa traditionnelle vente d’été, sous le soleil de Deauville. C’est une vente mixte par excellence : les 2ans – dont les canters ont lieu mercredi – ouvrent la vente, suivis des stores de 2ans. Le vendredi, on commence avec les juments pour finir avec les chevaux à l’entraînement : ouvrez le catalogue, il y a forcément un cheval pour chacun d’entre vous !

On est bien à Deauville !

Ventes au soleil, les pieds dans la mer ! Que demander de plus ? La vente a pris ses quartiers (d’été !) à Deauville en 2012, alors qu’elle se tenait initialement à Saint-Cloud. Une décision gagnante, comme le rappellent Éric Hoyeau, président-directeur général d’Arqana, Mathieu Legars et Thomas Leffray : « Le passage à Deauville a permis à la vente d’été de passer un cap, même s’il y avait, à l’époque, quelques doutes sur le fait de présenter des AQPS à Deauville ! Mais cela a permis de mettre en place un service maximum, de professionnaliser la vente et de présenter un plus grand nombre de chevaux tout en les mettant encore plus en valeur et en bénéficiant de tous les services sur place. Pour les 2ans montés, la PSF est à disposition pour les canters. Et c’est une vente avec une très bonne ambiance : les acheteurs, notamment étrangers, sont ravis d’être à Deauville ! » Si la première édition de la vente d’été in Deauville avait été dans la lignée des précédentes, le temps de prendre les marques, les suivantes ont enregistré une progression constante – exception faite d’une année 2020 marquée par le Covid et une vente réduite : le chiffre d’affaires, en-dessous des 4 millions à Saint-Cloud, est monté jusqu’à plus de 8 millions.

Jeudi 30 juin   11 h

Vendredi 1er juillet    11 h

Canters de plat le mercredi 29 juin à 13 h

Les stores après l’Irlande

Les vendeurs anglais et irlandais viennent de passer de belles journées après les deux grandes ventes National Hunt du printemps. La Land Rover Sale de Goffs et la Derby Sale de Tattersalls Irlande ont enregistré d’excellents résultats : les vendeurs de l’autre côté de la Manche sont les acheteurs de Deauville et vont pouvoir chercher des stores à revendre ensuite… avec le label "FR", gage de sélection et de qualité : « Les stores de 3ans se sont bien vendus et il peut y avoir un effet de restockage après d’assez bons rendements sur les pinhookings enregistrés. Le catalogue propose des stores bien nés, issus d’étalons confirmés comme Saint des Saints, No Risk at All, Doctor Dino ou Masked Marvel, d’étalons sur la montante comme Karaktar par exemple… Les poulains présentés viennent de partout dans le pays et sont la vitrine du savoir-faire français. »

La profondeur de l’élevage français d’obstacle

En consultant le catalogue des stores, les pages s’ouvrent sur quelques-unes des belles familles de l’obstacle Made in France : « La qualité des chevaux élevés en course se reporte logiquement sur les ventes. Nous présentons 26 frères et sœurs de black types, ou issus de juments avec de vraies familles d’obstacle, qui sont recherchées. »

Cela est d’autant plus frappant que l’on connaît l’existence d’un marché à l’amiable très important et fort du côté des foals d’obstacle, les acheteurs étant présents "à la source" pour faire leur shopping : les prés des éleveurs ! Or, sur le ring d’Arqana, entre juillet et novembre, les acheteurs trouvent encore des poulains, des yearlings aux stores 2 (parfois stores 3)… Et bien nés donc : un propre frère de la gagnante de Gr1 Stormy Ireland (Motivator), une sœur du Grand National winner One for Arthur (Milan), un frère par Muhtathir de Very Wood (Martaline), lauréat du Spa Novices’ Hurdle (Gr1), ou encore un fils de Doctor Dino et de la reine d’Enghien Miss de Champdoux (Voix du Nord). « Le marché des stores et des yearlings d’obstacle a enregistré une vraie progression puis une stabilisation depuis plusieurs années : jusqu’en 2019, puis il y a eu une rupture en 2020, année du Covid, avant de repartir à la hausse en 2021. Nous n’avons pas forcément, en France, une culture du store aussi importante qu’outre-Manche, pas d’acheteurs français faisant du pinhooking sur ces chevaux. Les éleveurs ont peut-être davantage une culture de production que de valorisation mais on constate que ceux ayant eu la patience d’attendre leur poulain obtiennent de bons résultats sur le ring et sont récompensés. Soulignons aussi que les acheteurs français sont présents sur le marché des stores. Oui, il y a le marché de l’export pour pinhooker ou exploiter, mais il y a un marché français pour exploiter en course : les entraîneurs sont présents, comme Guillaume Macaire, François Nicolle, David Cottin ou Patricia Butel, et les courtiers sont là aussi pour des clients exploitant en France : Sébastien Desmontils, Nicolas Bertran de Balanda, le haras de Saubouas, qui valorise en course pour revendre… Il y a un pilier d’acheteurs français qui est présent. Parmi les stores achetés à la vente de juillet et exploités en France, on trouve Galleo Conti, Srelighonn, ou plus récemment Peace Garden… » La partie stores 2 de la vente d’été Arqana a été mise à l’honneur récemment outre-Manche avec Gelino Bello (Saint des Saints), gagnant du Sefton Novices’ Hurdle (Gr1) d’Aintree, ou encore les gagnants de Groupe Stolen Silver (Lord du Sud – Silver Trophy Handicap Chase, Gr2) ou French Dynamite (Kentucky Dynamite – Pierce Molony Memorial Novice Chase, Gr3).

L’évolution du marché des stores 2 et yearlings d’obstacle à Arqana

Année

Vente

Catalogués

Présentés

Vendus

%

CA

Prix moyen

Prix médian

Top

2017

Stores 2

125

119

93

78,15 %

2.672.000 €

27 017 €

 23.000 €

 125.000 €

Yearling

175

164

123

75 %

2.961.500 €

24 077 €

 16.000 €

 120.000 €

Total

300

283

216

76,33 %

5.633.500 €

26 081 €

 20.000 €

 125.000 €

2018

Stores 2

172

162

107

66,05%

3.390.500 €

31.687 €

 22.000 €

 180.000 €

Yearling

157

154

98

63,64%

2.342.500 €

23.903 €

 17.000 €

 160.000 €

Total

329

316

205

64,87%

5.733.000 €

27.966 €

 20.000 €

 180.000 €

2019

Stores 2

172

164

129

78,66%

3.680.500 €

28.531 €

 20.000 €

 130.000 €

Yearling

170

160

123

76,88%

3.297.000 €

26.805 €

 20.000 €

 150.000 €

Total

342

324

252

77,78%

6.977.500 €

27.688 €

 20.000 €

 150.000 €

2020

Stores 2

152

145

90

62,07%

2.346.500 €

26.072 €

 16.000 €

 175.000 €

Yearling

189

177

119

67,23%

2.567.500 €

21.576 €

 14.000 €

 97.000 €

Total

341

322

209

64,91%

4.914.000 €

23.512 €

 15.000 €

 175.000 €

2021

Stores 2

195

178

127

71,35%

3.381.500 €

26.626 €

 20.000 €

 130.000 €

Yearling

185

169

135

79,88%

3.750.500 €

27.781 €

 20.000 €

 170.000 €

Total

380

347

262

75,50%

7.132.000 €

27.221 €

 20.000 €

 170.000 €

Un catalogue fourni dans la partie élevage

Les juments et les pouliches ouvrent la session de vendredi avec, en 2022, un lot plus fourni que d’habitude pour cette partie de la vente. Les juments sont présentes depuis peu finalement à la vente d’été : 2016. « Il y avait une demande pour présenter des juments et que, ainsi, nous nous retrouvions en ligne avec l’Angleterre : avons donc intégré les juments à la vente d’été. Cette année, nous avons une consignation Aga Khan assez conséquente, qui présente des juments issues de leurs belles souches, ce qui explique une vingtaine de lots en plus. Le Gestüt Ammerland a aussi choisi la vente d’été pour une jeune jument comme Lyra Star, une fille de Frankel de la proche famille de Lope de Vega. Citons aussi Mystery of Qatar (Dansili), une sœur de Flotilla et donc de la famille de Mangoustine (Dark Angel), lauréate cette année de la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1)… Les éleveurs d’obstacle peuvent aussi trouver des juments : on pense à Impala Wood (No Risk at All), une sœur du gagnant de Gr1 Franco de Port qui est présentée pleine de Blue Brésil, un étalon très recherché et dont il est désormais difficile d’obtenir des saillies. Les vendeurs comme les acheteurs jouent le jeu de la vente d’été : on sait que le marché est très tendu pour les bonnes pouliches et juments et ils n’hésitent pas à se manifester en juillet à Deauville. C’est une section récente de la vente, qui continue de progresser. »

Les chevaux à l’entraînement… et les Wild Cards !

On sait que les chevaux à l’entraînement sont un marché d’opportunité et, face aux ventes physiques, de plus en plus de ventes online viennent sauter sur les updates. Le catalogue de la vente d’été est assez remarquable, avec de jeunes performers aussi bien de plat que d’obstacle, à valoriser désormais sur un ring physique. Il est complété par l’arme majeure d’Arqana : les Wild Cards… Et comment ne pas parler d’une pouliche comme la 3ans Txope (Siyouni), récente gagnante des 1.000 Guinées allemandes. « Ce sont des opportunités assez rares et nous sommes heureux de la présenter. Nous avons un bon lot de jeunes chevaux qui ont bien débuté ou qui ont réalisé de belles performances dans les black types : Havana Angel (Havana Grey), troisième du Prix du Bois (Gr3), Mr Dreamer (Mr Owen), qui vient de s’imposer plaisamment pour sa deuxième sortie… Le timing est parfait pour ces chevaux-là : si vous voulez un 2ans clé en main pour les courses de l’été, vous pouvez le trouver à Deauville. C’est important d’avoir ces profils en vente physique. Les propriétaires-éleveurs peuvent aussi investir dans des pouliches sortant de l’entraînement. » Et trouver aussi des 3ans et plus avec de bons updates, comme Sitello (Intello), récent gagnant d’un gros handicap à Longchamp, Daddy Long Legs (Almanzor), battu d’un nez seulement lors de ses débuts à Saint-Cloud, ou encore Kalganov (Gutaifan), troisième du Prix Paul de Moussac derrière deux excellents poulains : Erevann (Dubawi), le fils d’Ervedya, et Tribalist (Farhh), auparavant troisième de la Poule d’Essai des Poulains (Gr1).

Les professionnels de l’obstacle seront aussi servis du côté des chevaux à l’entraînement : « Côté obstacle, le timing est tout aussi bon car c’est une date parfaite pour valoriser de jeunes chevaux d’obstacle et ensuite les fabriquer et les valoriser tout en leur permettant de garder leur statut de novices. Et les professionnels anglo-irlandais sont enchantés de venir à Deauville : la saison est finie là-bas et, pour eux, ce sont presque de petites vacances ! » Du côté des jeunes chevaux d’obstacle, citons la Wild Card Mombasa (Martaline), invaincu en deux sorties dont le Prix Stanley (L), Najima Star (Prince Gibraltar), lauréate du Prix Wild Monarch (L), ou encore les Wild Cards Dixon Cove (Earl of Tinsdal), parmi les bonnes pouliches de 3ans en haies du côté d’Auteuil, troisième notamment du Prix Sagan (Gr3), et Spanish Harlem, un 4ans par Spanish Moon qui a effectué des débuts remarqués le 4 juin à Auteuil… C’est à la vente d’été de Deauville que Greaneteen (Great Pretender) a été déniché, lui qui, la saison dernière, a gagné le mythique Tingle Creek Chase ainsi que le Celebration Chase (Grs1).

Les 2ans montés en ouverture

C’est une mini-breeze up qui ouvre la vente, après avoir effectué leurs canters sur la fibrée de Deauville mercredi, à 13 heures. Éric Hoyeau, Mathieu Legard et Thomas Leffray analysent : « Il y a une notion de rattrapage pour certains poulains qui n’ont pas pu passer sur le ring au mois de mai. C’est une breeze up que l’on peut qualifier un peu de service par rapport au mois de mai, mais l’offre est assez large et cette vente a révélé de bons éléments : Chez Pierre, qui avait très bien couru en France avant de gagner des Stakes aux États-Unis, ou Nadette, laquelle avait gagné sa place au départ du Prix de Diane après une belle victoire dans le Prix Finlande (L). Nous avons un lot un peu plus fourni que l’an dernier et un bon 2ans, qui se démarque, ne sera pas manqué par les acheteurs ! »

 

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.