Prix Jacques de Bremond (L) : Reshabar, lauréat d’un jumelé à l’accent allemand

Courses / 22.07.2022

Prix Jacques de Bremond (L) : Reshabar, lauréat d’un jumelé à l’accent allemand

Vichy, vendredi

À 5ans, Reshabar (Iffraaj) s’est offert la deuxième Listed de sa carrière en remportant le Prix Jacques de Bremond (L), vendredi ! Pourtant, à la lecture du papier, on attendait plutôt Runnymede (Dansili), autre concurrent allemand invaincu, lui, en quatre sorties en 2022. Rester côté corde à l’entrée de la dernière ligne droite, c’est certainement ce qui a permis au représentant d’Erich Schwaiger de s’imposer. Par la même occasion, Reshabar offre une deuxième victoire en deux jours sur les bords de l’Allier au tandem Markus Munch/Erich Schwaiger, récemment à l’honneur avec Nola (Siyouni).

Une tête qui fait toute la différence…

Bien parti, Reshabar a été repris après quelques mètres de course. Se retrouvant donc sur un deuxième rideau à l’intérieur, il a ensuite rejoint la majorité des autres concurrents venus profiter d’une portion de gazon moins hachée en pleine piste. Restée quant à elle isolée le long de la corde, Pamouschana (Showcasing) a vu le peloton revenir sur elle à l’entrée du tournant final. Profitant du sillage de cette dernière à l’entrée de la dernière ligne droite, Reshabar a pu bénéficier de la bonne option, restant côté corde, tandis qu’Amedras (Anodin) et Runnymede ont commencé à produire leur effort tout à l’extérieur de la piste. Refaisant mètre après mètre en fin de parcours, ce dernier n’a pu revenir sur Reshabar. Il échoue finalement d’une tête pour la victoire. À trois quarts de longueur, Amedras est troisième.

Il arrive à maturité à 5ans

L’année dernière, Reshabar avait remporté sa première Listed dans le Prix de Montretout (L). Confirmant ensuite en se classant troisième du Prix Bertrand du Breuil (Gr3), sa fin de saison 2021 et son début d’année 2022 ne reflétaient pas réellement ce qu’il avait pu dévoiler dans le passé. Aujourd’hui, il a assurément rassuré son entourage. Encore à cheval, le pilote lauréat, Mickaël Barzalona, a confié sur Equidia : « Avant le coup, la course était ouverte, mais je ne pensais pas pouvoir battre Runnymede. Toutefois, Reshabar a toujours évolué à un bon niveau. Maintenant, je le trouve plus calme et serein dans un parcours. Je trouve qu’il s’impose vraiment bien. C’est tout juste s’il n’arrive pas à maturité cette année. Une fois que l’on s’est regroupés dans le tournant final, nous n’avions plus d’avantage par rapport aux autres car on évoluait tous dans les trous. Si tout le monde était resté en dehors dans la phase finale, il est certain que j’aurais suivi le mouvement… »

Runnymede battu par manque de fraîcheur

Lauréat à neuf reprises au cours de sa carrière, Runnymede avait obtenu sa plus belle victoire en 2020, dans le Premio Carlo Vittadini (Gr3, 1.600m), à Milan. Une nouvelle fois, le représentant de la Stall Salzburg s’est montré solide pour s’emparer de la deuxième place, même s’il perd son invincibilité cette année. Il restait sur une victoire acquise à Longchamp, le 7 juillet, dans le Prix de l’Axe Majeur (Classe 1). Son entraîneur, Sarah Steinberg, a confié après la course : « Sa performance est vraiment bonne mais je pense qu’il n’a pas eu suffisamment de repos entre ses deux récentes sorties. Désormais, il va avoir un petit break. Nous avons une course à Baden-Baden, le Preis der Sparkasse Finanzgruppe (Gr3), fin août. Nous verrons après s’il revient courir en France. »

Amedras décroche son black type

Seul concurrent à ne pas avoir encore pu décrocher son caractère gras au départ du Prix Jacques de Bremond, Amedras a donc rempli son contrat en prenant la troisième place ! Passé par la catégorie des handicaps, il restait sur une cinquième place dans le Prix de la Porte Maillot (Gr3), son premier essai à ce niveau. Après la course, son entraîneur, Christophe Escuder, a confié : « C’est un bon cheval. La course était relevée mais il a encore répondu présent. J’avais dit à mes jockeys de ne pas aller en dedans aujourd’hui. Le cheval a franchi un palier. Amedras va gagner sa Listed en terrain lourd, c’est certain. Il est bien meilleur sur cette nature de sol. »

Le croisement de Nathra

Reshabar a été élevé par Hubert Honore au haras d’Ommeel pour le compte de son propriétaire, Erich Schwaiger (Concept Real AG). C’est un fils de l’étalon de Darley Iffraaj (Zafonic), qui est descendu à 17.500 £ en 2022. Le croisement a été réalisé par Tina Rau, qui avait aussi déniché la mère pour 72.000 € chez Goffs. La mère de Reshabar, Rait (Tamayuz) n’a pas couru. Elle a une 2ans, Ramree (Iffraaj), et une yearling par Iffraaj.

La deuxième mère, Rada (Danehill), n’a pas brillé en quatre sorties mais elle a donné quatre gagnants dont la bonne Nathra (Iffraaj). Issue du même père que Reshabar, cette dernière avait remporté les Nell Gwyn Stakes (Gr3) avant de monter sur le podium des Dubai Fillies’ Mile Stakes et des Kingdom of Bahrain Sun Chariot Stakes (Grs1). Old Domesday Book (High Top), la troisième mère, est aussi à l’origine d’Owington (Green Desert), meilleur 2ans de la saison 1993 en Allemagne et meilleur sprinter de 3ans en Europe en remportant la July Cup (Gr1).

 

 

 

Gone West

 

 

Zafonic

 

 

 

 

Zaizafon

 

Iffraaj

 

 

 

 

 

Nureyev

 

 

Pastorale

 

 

 

 

Park Appeal

RESHABAR (M5)

 

 

 

 

 

 

Nayef

 

 

Tamayuz

 

 

 

 

Al Ishq

 

Rait

 

 

 

 

 

Danehill

 

 

Rada

 

 

 

 

Old Domesday Book