Le mot de la fin : Cocteau

Le Mot de la Fin / 14.08.2022

Le mot de la fin : Cocteau

En couverture du programme broché distribué dimanche à Deauville, à l’occasion du Prix du Haras de Fresnay-le-Buffard - Jacques Le Marois, une photographie issue du tournage du Testament d’Orphée, un film réalisé par Jean Cocteau dans lequel il joue son propre rôle. Le poète est né à Maisons-Laffitte et il n’est donc pas étonnant que son œuvre fasse régulièrement allusion aux chevaux. Dans La Difficulté d’être, il écrit : « Maisons-Laffitte est une manière de parc d’entraîneurs semé de villas, de jardins, d’avenues de tilleuls, de pelouses, de plates-bandes, de jets d’eau sur des places. Le cheval de course et la bicyclette y régnaient en maîtres. On y jouait au tennis les uns chez les autres, dans un monde bourgeois que l’affaire Dreyfus divisait. La Seine, l’allée d’entraînement, le mur de la forêt de Saint-Germain où l’on pénètre par une petite porte, des coins à l’abandon où jouer aux détectives, le camp en contrebas, les guinguettes à tonnelles, la foire du village, le feu d’artifice, les prouesses des pompiers, le château de Mansard, ses herbes folles et ses bustes d’empereurs romains, tout composait pour l’enfance un domaine propre à flatter cette illusion qu’elle a de vivre dans des lieux uniques au monde. »