Le tour des haras - août 2022 : Des lots spectaculaires au haras d’Haspel

Élevage / 08.08.2022

Le tour des haras - août 2022 : Des lots spectaculaires au haras d’Haspel

Comme chaque année, les journalistes de JDG visitent les haras qui présenteront des yearlings en août chez Arqana. José Delmotte nous ouvre les portes du haras d’Haspel…

Après quinze années d’efforts et de travail, le haras d’Haspel connaît une période faste. Aux courses comme aux ventes. Native Trail (Oasis Dream), le cheval qui a fait rêver toute l’Europe à 2ans, a confirmé cette année à 3ans en remportant les 2.000 Guinées d’Irlande (Gr1). Dimanche, ce modèle de régularité est engagé dans le Prix du Haras de Fresnay-le-Buffard - Jacques Le Marois (Gr1)… Réponse mercredi avec les premiers forfaits !

L’an dernier au mois d’août, Godolphin a acheté sa sœur par Kingman (Invincible Spirit) pour 950.000 €. Le quatrième produit de Needleleaf (Observatory), une femelle par Siyouni (Pivotal), porte le numéro 62 de la vente d’août. José Delmotte explique : « Physiquement, elle sort du commun. Nous avons de bons yearlings et nous arrivons à cette vente avec des chevaux bien préparés… Ils sont sains et ont passé tous les examens. Native Trail et sa réussite, c’est très gratifiant. Surtout pour un jeune haras comme le nôtre. Mais les choses vont vite et peut-être que cette notoriété soudaine s’estompera avec son entrée au haras ! La roue tourne. En tout cas, quand on en a sorti un bon, on rêve d’en produire d’autres aussi doués (rires) ! C’est un travail de tous les jours. Un Native Trail, c’est une bénédiction. Comme pour beaucoup d’éleveurs, un cheval qui réussit c’est le fruit de beaucoup d’investissement et de travail. Depuis plusieurs années, nous avons fait de réels efforts pour améliorer la jumenterie. Et les bonnes juments sont chères. L’élevage est devenu très sélectif, face à de grandes entités avec des moyens extrêmement importants. A notre niveau, nous essayons d’investir suffisamment pour être compétitifs. Le fait de voir apparaître de temps en temps un Native Trail ne prouve pas qu’il est facile de l’être. Mais cela atteste du fait que c’est parfois possible. J’ai la chance d’avoir une fille et un beau-fils compétents et très impliqués. Sandra et Yannick se sont forgés sur le terrain. Sans eux, ce serait particulièrement compliqué… » Même quand on est bien entouré, la gestion d’un haras reste difficile : « La filière rencontre un grand problème de manque de personnel. Cela touche aussi bien l’entraînement que l’élevage. Et c’est une question dont l’urgence n’est pas suffisamment prise en compte. Lors de la période de préparation aux ventes, ce manque de vocations est par exemple criant. »

Investir dans la jumenterie

St Mark’s Basilica (Siyouni) a vraiment éclaboussé de sa classe la saison 2021 en Europe, et Haspel a le privilège d’avoir sa sœur Koala (Kodiac) au haras. Son premier produit, une femelle par Sea the Stars (Cape Cross) sera le lot 17 de la vente. Elle a un inbreeding sur Urban Sea (Miswaki), comme Onesto (Frankel) ou le classique Masar (New Approach). Le pedigree est assez spectaculaire car, outre St Mark’s Basilica, la mère est aussi la sœur d’un autre étalon de Coolmore, Magna Grecia (Invincible Spirit), gagnant des 2.000 Guinées et des Futurity Stakes (Grs1) ! Il y a quelques semaines, Sandra Delmotte nous avait dit : « C’est une très belle pouliche, avec visiblement une grande marge de progression. »

Parmi les autres achats relativement récents, il y a Scotesia (Galileo), achetée en décembre 2019 chez Tattersalls. C’est une fille de Regal Rose (Danehill), gagnante des Cheveley Park Stakes (Gr1) et par ailleurs aïeule de Regal Reality (Intello), troisième des Eclipse Stakes (Gr1). Le lot 127 est un fils de Le Havre et Scotesia, soit le croisement qui a donné quatre black types sur 32 partants, dont La Cressonnière (Poule d’Essai des Pouliches et Prix de Diane, Grs1). José Delmotte explique : « Ce yearling est vraiment magnifique. Il a beaucoup de classe et de prestance. Il est très sain aussi. Cela fait partie des derniers produits du père… » La jument a un 2ans prometteur sous les couleurs de Gemini Stud et Argella Racing.

Deux beaux updates

Le 4 août, God Blessing (Siyouni) s’est imposé en cheval de Groupe – et en invaincu ! – dans le Prix de Tourgéville - Fonds Européen de l’Élevage (L). Son prochain objectif devrait être le Prix Daphnis (Gr3), le 20 août sur le mile de Deauville… Sa sœur par Oasis Dream (Green Desert) portera le lot 278 de la vente d’août.

Dans cette famille qui donne des chevaux qui progressent beaucoup avec le temps, il faut parfois savoir lire entre les lignes.

Actuellement, le haras d’Haspel a trois chevaux chez Damien de Watrigant, dont les black types God Blessing et Galaxie Gold (Dariyan), ainsi qu’un 2ans qui n’a pas encore débuté : « C’est plus facile de travailler avec une personne en qui on peut avoir confiance. Et qui est un ami. Cela fait une décennie qu’on travaille ensemble… L’éleveur, qui connaît l’effort de production d’un cheval, doit parfois envoyer à l’entraînement ceux qui n’ont pas trouvé un acheteur aux ventes. Si on croit en ses chevaux, qu’ils sont sains et que l’on veut soutenir ses familles, c’est important. » L’exemple typique d’un cheval de qualité mais ayant un parcours malheureux, c’est le frère de ce lot 278 : Champagne Piaff (Le Havre). Il a gagné trois courses de plat en Angleterre et il est en 95 de rating (valeur 42,5 en France). Le caractère gras n’est pas loin… Ses trois victoires ont été acquises sur 1.400 et 2.000m, or son entraîneur (surtout connu pour l’obstacle) tente constamment de le rallonger sans succès. L’autre update vient de la deuxième mère qui a donné Galaxie Gold, bon deuxième du Prix Hocquart (Gr2). On lui doit aussi Bobbymurphy (Intello), gagnant de cinq courses en huit sorties. Il est engagé au niveau Groupe cet été et pourrait donc devenir le troisième update en l’espace de quelques semaines pour la page de catalogue de ce lot 278 !

Xavier Marie côté vendeur

Lorsque Xavier Marie a fondé le haras de Hus, son credo fut d’importer la meilleure génétique européenne – et en particulier allemande – dans l’élevage français du cheval de sport. Ce n’est probablement pas un hasard si, au moment de se lancer dans le pur-sang anglais, il montre encore un fort intérêt pour les origines germaniques. Issue de la grande lignée des "A" du Gestüt Schlenderhan, Anabasis (High Chaparral) a coûté 320.000 € chez Arqana, alors qu'elle était âgée de 12ans et pleine de ce yearling par Mastercraftsman (Danehill Dancer). Précédemment, au Gestüt Karlshof, elle a donné trois bons chevaux, dont le sauteur Adjali (Kamsin), un troisième du Prix Stanley (L) à Auteuil qui n'apparaît pas dans la page de catalogue d'août. Mais Anabasis a aussi et surtout donné deux black types en plat avec Mastercraftsman. La meilleure étant bien sûr A Raving Beauty (Mastercraftsman). Pas courue à 2ans, quatrième de Listed à 3ans, elle a ensuite pris la deuxième place du Premio Lydia Tesio (Gr1). Présentée comme prospect poulinière à Deauville, elle a été achetée pour "seulement" 225.000 €. Une super affaire quand on connaît la suite. En l’espace de onze mois aux États-Unis, elle a gagné deux Grs1, amassant 1,19 million de dollars de gains avant d’être revendue 2 millions – vraiment comme poulinière cette-fois ci ! – au Japon. Elle a une 2ans estimée par Justify (Scat Daddy) à l’entraînement dans ce pays.

Au sujet du lot 204, José Delmotte conclut : « C’est Anne-Sophie Yoh qui nous a recommandé à son client. Et nous avons eu le plaisir d’accueillir plusieurs poulains après le sevrage. Cela s’est bien passé. Ils ont bien évolué. Ce Mastercraftsman est vraiment un très beau poulain, très sain aussi et nous espérons faire plaisir à son propriétaire. Nous sommes honorés de sa confiance. »

LES YEARLINGS DE LA VENTE D’AOÛT

Lot

Sexe

Père

Mère

17

F.

Sea the Stars

Koala

62

F.

Siyouni

Needleleaf

127

M.

Le Havre

Scotesia

204

M.

Mastercraftsman

Anabasis

278

F.

Oasis Dream

Galaxe