LE TOUR DES HARAS – AOÛT 2022 : En pleine réussite, la Pérelle dévoile sa nouvelle équipe

Élevage / 03.08.2022

LE TOUR DES HARAS – AOÛT 2022 : En pleine réussite, la Pérelle dévoile sa nouvelle équipe

LE TOUR DES HARAS – AOÛT 2022

En pleine réussite, la Pérelle dévoile sa nouvelle équipe

Adrien Cugnasse

Comme chaque année, les journalistes de JDG visitent les haras qui présenteront des yearlings d’août chez Arqana. William Rimaud nous a ouvert les portes du haras de la Pérelle…

Créé en 1995, le haras de la Pérelle a eu pour premier directeur Vincent Rimaud. Et c’est son neveu, William Rimaud, la trentaine, qui est aujourd’hui à sa tête depuis six mois. William Rimaud est aux manettes d’une structure en forme (16 % de victoires par partants) et qui compte (déjà) deux podiums au meilleur niveau en 2022 grâce à Rosacea (troisième du Prix de Diane) et Simca Mille (deuxième du Grand Prix de Paris). Deux chevaux qui sont à même de décrocher des victoires au niveau Gr1 : « Né dans le sérail, j’ai vraiment souhaité vivre de cette passion à partir de l’adolescence. Ceci dit, j’ai quand même pris le temps de faire une école de commerce. Entre autres expériences, j’ai travaillé pendant quatre années à Brookdale Farm dans le Kentucky où j’avais progressé jusqu’au poste d’assistant-manager. C’est une expérience exceptionnelle que je recommande à tout le monde. J’ai aussi travaillé chez Arqana – pour la création de la plateforme online – avec Olivier Delloye et avec Matthieu Vincent sur le centre d’entraînement de Chantilly ou encore en Australie dans le marketing et l’organisation des courses… Mais j’ai souhaité revenir en France après ma période américaine. Et je n’ai pas hésité à accepter la proposition de monsieur Winter. Après avoir connu des élevages de très grande taille, je suis très heureux d’évoluer dans une structure à taille humaine. À la Pérelle, on suit tous les chevaux au jour le jour. Nous avons actuellement vingt-neuf juments sur le haras. C’est un élevage qui ne cesse de progresser et de miser sur la qualité, en investissant dans de bonnes juments et des saillies de qualité, voire des parts d’étalons, ce qui a beaucoup réussi à monsieur Winter. C’est une personne qui mise sur la fidélité. Avec ses entraîneurs par exemple. Après une longue collaboration avec Alain de Royer Dupré, il s’agit aujourd’hui de Stéphane Wattel, Philippe Decouz et Francis-Henri Graffard. La stratégie, c’est de vendre les mâles et certaines femelles dont les familles sont bien représentées dans l’effectif du haras. » On voit clairement la patte de Jürgen Winter dans les croisements du haras et notamment le fait qu’il n’a peur d’utiliser des étalons aux statistiques solides (Soldier Hollow, le père de Rosacea et Tamayuz, le père de Simca Mille ont des taux de black types par partants très élevés…) même s’ils ne sont pas forcément les plus en vogue...

Les grandes souches maison

Parmi les bonnes pouliches vendues par la Pérelle, il faut bien sûr citer Alia’s Rose (Lope de Vega), si impressionnante lors de ses débuts le 17 juillet à Chantilly. Jurgen Winter a beaucoup misé sur cette famille et conservé de nombreuses femelles au haras ou à l’entraînement. Au point qu’il doit désormais en vendre. La deuxième mère, Quezon Sun (Monsun), s’est classée deuxième du Prix de la Pépinière et troisième du Prix Petite Étoile (Ls). On lui doit trois black types dont Mille et Mille (Muhtathir), vainqueur du Prix du Cadran (Gr1). Beaucoup d’acheteurs ont été "heureux" avec les produits de Quezon Sun et la Pérelle vend une fille (le lot 102) très signée par son père Le Havre (Noverre) dont elle fait partie des dernières générations. Issue d’une souche allemande, elle est totalement outcross des courants de sang les plus répandus actuellement (Sadler’s Wells, Danzig, Acclamation, Mr. Prospector, Linamix…) Cela fait donc d’elle une rareté ! Les filles de Le Havre réussissent au haras, à l’image de la mère de Pyledriver (Coronation Cup & King George VI & Queen Elizabeth Stakes, Grs1). Outre Quezon Sun, parmi les juments fondatrices du haras qui ont été acquises dans les années 1990, il faut citer Saumareine (Saumarez), aïeule de cinq black types et mère de Gentlewave (Monsun), lauréat du Derby Italien (alors Gr1), mais également deuxième de l’équivalent irlandais. La Pérelle vend deux yearlings de cette souche lors de la vacation d’août 2022. Le lot 129 est un Kodiac (Danehill) dont la mère est une sœur de Spring Leaf (Footstepsinthesand), gagnante du Prix Petite Étoile, Deauville (L) et deuxième du Prix Pénélope (Gr3). Le lot 159, par Oasis Dream (Green Desert), est un frère de Parviz (Lope de Vega). Vendu en août 2015, il a gagné une préparatoire au Derby allemand. William Rimaud précise : « C’est un vrai Oasis Dream, très typé, avec beaucoup de chic. L’étalon a 22ans, c’est certainement une de ses dernières générations… La 2ans de la jument est chez Stéphane Wattel. »

Investir dans de nouvelles origines

Le lot 18 fait partie de la première génération de Blue Point (Shamardal). En 2021, ses foals ont été vendus à une moyenne de 99.000 €. La mère, Kodyanna (Kodiac), était très vite, se classant notamment deuxième du Prix de Cabourg (Gr3). Ce yearling a trois fois Storm Bird (Northern Dancer) dans son papier, un grand 2ans devenu un étalon très améliorateur. William Rimaud explique : « Il respire vraiment la vitesse. C’est vraiment un poulain conforme à son papier, avec un très bon déplacement. Sa sœur par Siyouni (Pivotal) est chez Stéphane Wattel… et elle montre de la qualité. » Le lot 225 est très signé par son père, le remarquable Lope de Vega (Shamardal). Acquise chez Arqana en 2019, sa mère Bilissie (Dansili), gagnante du Prix Charles Laffitte (L), est issue d’une grande origine Wertheimer. La deuxième mère a par exemple produit la très bonne Left Hand (Dubawi), lauréate du Prix Vermeille (Gr1)… William Rimaud détaille : « Ce lot 125 est l’un des éléments forts de notre lot du mois d’août. On retrouve en lui les traits des bons Lope de Vega et il ne cesse de s’améliorer avec les semaines. La famille est ultra solide, avec de nouveaux black types tous les ans. » Kitten’s Joy (El Prado) vient de mourir et on mesure à quel point il était un grand étalon. On lui doit par exemple trois gagnants de Gr1 sur le gazon en tant que père de mère. La Pérelle a une de ses filles, Fangs (Kitten's Joy), propre sœur de Kitten’s Dumplings (Kitten's Joy), lauréate des Queen Elizabeth II Challenge Cup Stakes (Gr1). Son fils, le lot 271, est un magnifique Sea the Stars (Cape Cross), lequel a connu beaucoup de réussite avec les descendantes de Sadler’s Wells (d’où Stradivarius, Zelzal, Miss Yoda, Emily Upjohn…) qui est présent deux fois dans le papier de Fangs…

De la vitesse pour Giofra

Le lot 283 est très signé par son père No Nay Never (Scat Daddy), l’étalon du moment. Comme Scat Daddy (Johannesburg), No Nay Never réussit particulièrement bien avec les juments de la lignée mâle de Danzig (Northern Dancer), dont est issue Giofra (Dansili). Ce croisement a notamment donné les deux gagnants de Gr1 européens de No Nay Never : Alcohol Free (Cheveley Park Stakes, Coronation Stakes & Sussex Stakes, Grs1) et Ten Sovereigns (July Cup & Middle Park Stakes, Grs1). No Nay Never est un vrai vecteur de vitesse (distance moyenne de victoire de ses produits : 1.380m) et de précocité. Et c’est exactement ce dont a besoin Giofra (Dansili), la mère de ce lot 283, une jument qui n’a pas couru à 2ans, qui a gagné sa Listed à 3ans et son premier Gr1 à 4ans. La jument n’a pas encore produit de black type, mais elle a déjà donné deux chevaux de qualité (pris en 82 et en 84 de rating). Comme pour toutes les juments qui ont gagné des Gr1, il ne faut pas juger Giofa trop vite. Ceux qui ont condamné Zarkava (Zamindar) ou Immortal Verse (Pivotal) sur les performances de leurs premiers produits en piste doivent s’en mordre les doigts… Le 2ans de Giofra – par Roaring Lion (Kitten’s Joy) – est chez les Gosden pour le compte de Qatar Racing.

LES YEARLINGS DE LA VENTE D’AOÛT

Lot Sexe Père Mère

18 M Blue Point Kodyanna

102 F Le Havre Quezon Sun

129 M Kodiac Sedrina

159 M Oasis Dream Sur Choix

225 M Lope de Vega Bilissie

271 M. Sea the Stars Fangs

0283 M. No Nay Never Giofra