LE TOUR DES HARAS – AOÛT 2022 : Les Capucines veulent capitaliser sur leur réussite à Royal Ascot

Élevage / 07.08.2022

LE TOUR DES HARAS – AOÛT 2022 : Les Capucines veulent capitaliser sur leur réussite à Royal Ascot

LE TOUR DES HARAS – AOÛT 2022

Les Capucines veulent capitaliser sur leur réussite à Royal Ascot

Par Adrien Cugnasse

Comme chaque année, les journalistes de JDG visitent les haras qui présenteront des yearlings d’août chez Arqana. Éric Puerari – l’un des trois associés – nous a ouvert les portes du haras des Capucines !

De 2020 à 2022, pas moins de vingt-cinq chevaux vendus par le haras des Capucines ont décroché du caractère gras. C’est le seul vendeur d’août à pouvoir revendiquer deux lauréats de stakes lors de l’édition 2022 du meeting de Royal Ascot ! Invaincue en trois sorties, Meditate (No Nay Never) a remporté les Albany Stakes (Gr3), alors que Noble Truth (Kingman) s’est offert les Jersey Stakes (Gr3). Cette année, les Capucines présentent trente et un lots à la vente d’août. Éric Puerari, un des trois associés du haras (avec Michel Zerolo et Philippe Lazare), nous a confié : « Je trouve que l’édition 2022 est solide du point de vue de la qualité du catalogue. Cela étant dit, je reste favorable au fait de décaler cette vacation de quelques semaines. J’ai une quinzaine de frères ou sœurs de black types pour qui le mois d’août arrivait beaucoup trop tôt… Si bien que notre lot d’octobre sera encore plus fort au niveau des pedigrees que celui des années précédentes. Cette année à Deauville, nous avons encore la chance d’avoir de grosses productions de Siyouni (Pivotal) et Wootton Bassett (Iffraaj). Et ça aide ! L’étalonnage français est dans une période de transition. L’élevage et les courses en France sont deux activités qui doivent se réinventer en permanence. Car notre pays ne connaît pas un très bon passage sur le plan de la compétition hippique internationale. Cette question de la compétitivité ne fait apparemment pas partie des priorités de France Galop. En effet, les questions de bien-être animal, de retraite des chevaux et de cravache ont occupé tout l’espace médiatique au détriment des moyens nécessaires pour améliorer notre compétitivité. Notre système est bien organisé, mais il manque d’ambition. Il faut raccourcir le cycle et ne pas prolonger éternellement la carrière des chevaux qui n’avancent plus. Cependant, il faut souligner le louable effort d’Arqana avec ses courses de 2ans richement dotées. Mais n’est-ce pas aussi à l’institution de réaliser ce genre de projets ? France Galop est une administration et cela pénalise fortement sa capacité commerciale. On le voit bien sûr avec l’absence de sponsoring des épreuves françaises… »

À la recherche des futurs Welwal et Purplepay

Parmi les bons sujets vendus en 2020, il y a notamment Welwal (Shalaa), lauréat du Prix de Fontainebleau (Gr3), qui semble promis à un bel avenir en Australie. Son premier objectif est le Golden Eagle, une course sur 1.500m dotée de l’équivalent de 6.793.600 €. Son frère par Calyx (Kingman) portera le numéro 235. Les chevaux de la famille Dubois, vendus par les Capucines, ont été très performants en 2022. C’est le cas de Noble Truth bien sûr, mais aussi de Purplepay (Zarak), gagnante du Prix de Sandringham (Gr2) en 2022 et troisième du Critérium International (Gr1) en 2021. Purplepay a une mère par Lawman (Invincible Spirit), lequel s’affirme de plus en plus en tant que père de mères (déjà vingt-cinq black types). C’est notamment celui du lot 36, une sœur de la précoce Hello You (Invicible Spirit) par Almanzor (Wootton Bassett). Le lot 104 est un Wootton Bassett dont la mère a déjà donné deux bons chevaux à Jean-Philippe Dubois, mais n’a jamais eu accès à une saillie d’une telle qualité : « C’est le frère de Fastidious (Zanzibari), deuxième des Prix Yacowlef et Marchand d’Or (Ls) et de Central Park West (Martinborough), troisième du Prix des Jouvenceaux et des Jouvencelles (L). » Pour Jean-Philippe Dubois, le lot 297 est un Galileo (Sadler’s Wells), dont il s’agit de l’une des ultimes productions : « Il est différent physiquement des deux premiers produits de la mère par le même étalon… C’est un poulain vraiment intéressant au modèle. Il se déplace très bien. C’est un fils de High Celebrity (Invincible Spirit), lauréate du Prix d’Arenberg (Gr3), et qui s’est classée troisième des Cheveley Park Stakes (Gr1). »

Parfois, Jean-Philippe Dubois et Jean-Pierre Dubois ont un côté Jim Bolger. Ils sont tous les deux capables d’entraîner leur production… Et ils ne craignent pas de faire des inbreedings sur Galileo (Sadler’s Wells) comme le légendaire Irlandais ! Éric Puerari détaille : « Nous avons deux mâles très réussis par Churchill (Galileo). Les deux ont un inbreeding très rapproché sur Galileo. Churchill, c’est tout de même le père du meilleur 3ans français, voire européen, Vadeni. Nous espérons donc qu’il sera populaire aux ventes cette année… » Red Line (Sageburg), jugée digne de prendre part à l’Emirates Poule d’Essai des Pouliches (Gr1) sous les couleurs de Jean-Pierre Dubois, a une fille par Wootton Bassett au catalogue.

La bonne réussite d’Hervé Morin et des autres clients

Hervé Morin, dont les yearlings sont vendus par les Capucines, a ainsi élevé Berneuil (Lope de Vega), gagnant du Prix du Petit Couvert (Gr3), ou encore Chachnak (Kingman), gagnant des Prix de Guiche et de Prince d’Orange (Grs3). Cette année, son élevage sera représenté par un mâle de Siyouni (Pivotal) et Llanita (Rock of Gibraltar), deuxième du Prix Six Perfections (L, à l’époque) puis mère de deux black types, dont Nirliit (Iffraaj) jugé assez bon pour prendre part à la Poule d’Essai des Poulains (Gr1).

Merry Fox a confié aux associés des Capucines un mâle par Siyouni, le lot 82, issu d’une sœur de Regal Parade (Sprint Cup & Prix Maurice de Gheest, Grs1). Son croisement (Siyouni sur Cape Cross) est celui de la championne Laurens

Les associés des Capucines ont une stratégie courageuse et minutieuse. Ils passent au peigne fin le stud-book et les campagnes pour retrouver les mères ou les produits utérins de très bons chevaux. Le lot 300 est une fille de Kodiac (Danehill) et d’High Zaff (High Chaparral), déjà mère du bon Hélène Paragon (Polan), double lauréat de Gr1 à Hongkong. En France, sous le nom de Sir Andrew, il s’était classé deuxième du Prix Jean Prat (Gr1). Souvent croisée avec des étalons de petit calibre, High Zaff a aussi produit Alejandria (Alexandros), lauréate de six courses en Espagne. Avec le très confirmé Kodiac, elle ne peut que faire mieux ! Cette yearling a un inbreeding rapproché sur Danehill (Danzig) comme Campanelle (Kodiac), lauréate du Commonwealth Cup et du Prix Morny (Grs1). Elle a aussi un inbreeding sur Kris (Sharpen Up), comme Tiggy Wiggy (Kodiac), lauréate des Cheveley Park Stakes (Gr1) : « C’est une pouliche très intéressante. Nous avons engagé Jean-Daniel Manceau. Il effectue un réel travail de fond en matière de prospection mais aussi en ce qui concerne les relations du haras. » Le lot 307 est un fils de Le Havre (Noverre) sur Ickymasho (Multiplex), gagnante de dix courses dont quatre Groupes ! Élevé aux Capucines pour les Australiens d’OTI, c’est un croisement efficace (Le Havre sur Mark of Esteem) qui a donné deux gagnants de Gr1 (Avenir Certain, Suédois…)

La fidélité, ça paye

Le lot 172, par Almanzor, est une sœur de deux black types, dont London Protocol (Muhtathir), troisième du Prix de Tourgéville (L). Éric Puerari détaille : « Gérard Rollain était l’un de nos premiers clients dès les années quatre-vingt-dix. Désormais, c’est son épouse qui a pris le relais. Leur poulinière produit bien sans avoir eu accès à des étalons extraordinaires jusqu’à présent. » Cela fait aussi des décennies que Yolande Seydoux de Clausonne fait partie des clients du haras. Elle est coéleveur, avec Éric Puerari, du lot 139, un Wootton Bassett issu de Silver Storm (Kendargent), troisième du Prix Imprudence (Gr3) : « Silver Storm est une fille de Fantastic Filly (Myrakalu), une pouliche invaincue aux États-Unis où elle a gagné deux Groupes. À la mort de Bobby Frankel, nous l’avions rachetée à Keeneland. Dans sa proche famille, nous avons vendu Arinniti (Karakontie). Bonne deuxième en débutant en Irlande, elle a été achetée par le Team Valor mais n’apparaît pas dans la page de catalogue. Arinniti est engagée dans les Debutante Stakes (Gr2) le 20 août… » Parmi les compagnons de route des Capucines, il y a bien sûr la famille Géraldine Henochsberg et Dominique Ades Hazan : « Toujours par Wootton Bassett, nous présentons la sœur de King of Leogrance (Camelot), lauréat de l’Adelaide Cup (Gr2). C’est une ravissante pouliche. » Philippe Lazare fait partie des associés du haras des Capucines depuis 2019. Parmi les juments qu’il a achetées en association, il y a notamment Abys (Montjeu), fille de la bonne poulinière de Montaigu Dibenoise (Kendor) et déjà mère de Suffrage (Mastercraftsman), troisième du Prix de l’Avre (L). Sa yearling est une fille de Sea the Moon (Sea the Stars), étalon aux statistiques solides : « C’est une très belle pouliche, avec du modèle. Il s’agit d’une très belle famille française… mais avec une certaine vitesse. » Toujours par Sea the Moon, le lot 180 est une sœur de Bakeel (Sioux Nation), gagnant en débutant en Angleterre puis cinquième des Norfolk Stakes (Gr2).

Ces dernières années, l’autre étalon magique en France, c’est bien sûr Siyouni (Pivotal). Et les Capucines en vendent trois. Il s’agit notamment du premier produit de la bonne Nova Sol (Soldier Hollow), une placée du Prix des Réservoirs (Gr3) qui a été acquise par les associés du haras.

De longue date, les Capucines font partie des consignors ayant des yearlings en provenance des associés de Coolmore. Il se trouve que le grand haras irlandais a vendu beaucoup de bons chevaux de cette manière ces dernières années. À l’image de Magical Lagoon (Galileo), la dernière lauréate des Oaks d’Irlande (Gr1) ou, en France, d’une très bonne pouliche comme Sibila Spain (Frankel), entre autres gagnante du Prix du Muguet (Gr2). Dans la consignation des Capucines, ce fut récemment le cas de Meditate (voir ci-dessus). Éric Puerari détaille : « Le lot 296 est un fils de No Nay Never (Scat Daddy), un étalon en pleine réussite. C’est le premier produit d’Hergame (Motivator), une bonne 2ans issue d’une famille avec de beaucoup de vitesse. Le 188 fait partie des dernières Galileo (Sadler’s Wells). La mère Wind Chimes (Mastercraftsman) était très bonne, se classant notamment du Prix du Moulin de Longchamp (Gr1) et troisième de la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1)… » Le lot 15 par Kingman (Invincible Spirit) est frère et fils de black type. Mais surtout sa deuxième mère a produit le classique Pour Moi (Montjeu).

LES YEARLINGS DE LA VENTE D’AOÛT

Lot Sexe Père Mère

15 M. Kingman Kissed

32 M. Siyouni Llanita

36 F. Almanzor Lutetia

58 M. Almanzor More than Famous

59 F. No Nay Never Music In My Heart

67 M. Churchill Nobilis

69 M. Siyouni Nova Sol

82 M. Siyouni Passing Parade

104 M. Wootton Bassett Rapid Transaction

108 F. Wootton Bassett Red Line

135 M. Harry Angel Shutka

136 M. Churchill Sidewalk

139 M. Wootton Bassett Silver Storm

149 F. Kingman Speralita

150 M. Yoshida Spinworthy

152 F. Zarak Spotless Mind

162 F. Wootton Bassett Swish

172 F. Almanzor Troiecat

180 F. Sea the Moon Volute

188 F. Galileo Wind Chimes

194 F. Sea the Moon Abys

203 F. Wootton Bassett Amourette

235 M. Calyx Cheriearch

238 M. Oasis Dream Clarmina

240 M. Churchill Co Pilote

263 F. Sea the Moon Empty Pages

296 M. No Nay Never Hergame

297 M. Galileo High Celebrity

298 M. Shalaa High Memory

300 F. Kodiac High Zaff

307 M. Le Havre Ickymasho