Xavier de Moulins, une nouvelle voix pour les courses

Courses / 24.01.2023

Xavier de Moulins, une nouvelle voix pour les courses

C’est une excellente nouvelle pour la médiatisation des courses : le présentateur de JT, plus grand fan de courses, va désormais présenter les grandes épreuves diffusées par M6, la chaîne sur laquelle il présente tous les soirs le 19:45. Premier rendez-vous dimanche, à l’occasion du Prix d’Amérique.

Jour de Galop. – Dimanche, vous allez coprésenter le Prix d’Amérique sur M6. Cela signifie-t-il que, médiatiquement parlant, vous allez vous investir dans les courses ?

Xavier de Moulins. – Ce sera le cas cette saison, car j’interviendrai pour chacune des grandes épreuves [pour le galop, sont concernés le Prix de Diane Longines et le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe, ndlr] que M6 diffusera. Le jour de la course, je vais coprésenter l’émission avec Carine Galli et, aux commentaires, se trouveront Charly Milpied et Guillaume Covès. Durant les 15 minutes qui précèdent la course, nous diffuserons notamment un sujet "grand public" où l’on me verra en immersion à l’entraînement, au contact des professionnels, etc. Le sujet sera aussi diffusé la veille au soir, dans le JT de M6. L’idée est de toucher un large public et d’intéresser le maximum de personnes aux courses.

On vous sait passionné par les courses, surtout par l’entraînement. Comment comptez-vous transmettre cette passion sur une chaîne grand public ?

Je pense qu’il faut raconter les histoires des hommes et des femmes qui font les courses, montrer leur façon de travailler, l’intensité avec laquelle ils vivent les événements. À l’approche des grandes épreuves, nous aurons ce ressenti. Sans oublier l’histoire des chevaux, bien sûr. Il y a de bons reportages à faire. Pour le premier, à l’occasion du Prix d’Amérique, nous sommes allés tourner à Grosbois où Pierre Vercruysse m’a montré comment driver. C’est une expérience assez incroyable pour laquelle nous avons utilisé une nouvelle caméra.  

Photo Vignette 3

Votre autre actualité est la sortie, le 8 mars prochain, de votre roman, La nuit des pur-sang (chez Flammarion), qui, comme son titre l’indique, parle des courses. Pouvez-vous nous en dire plus ?

L’histoire est celle d’un homme abîmé par la vie qui va apprendre à se reconstruire grâce aux chevaux de course, un monde qu’il ne connaissait pas et qu’il va découvrir un peu. Je monte toujours à l’entraînement chez Anne-Sophie Pacault et Marcel Rolland. Cela m’apporte énormément et je suis très honoré de me mettre en selle chez eux certains matins, ravi de savoir qu’ils me supportent dans les lots (rires). À travers ce roman, j’ai voulu rendre hommage à tous les cavaliers du matin.