jeudi 25 juillet 2024
AccueilA la uneAuctav lance AUCTAVArt

Auctav lance AUCTAVArt

Auctav lance AUCTAVArt

Auctav annonce le lancement d’AUCTAVArt, et étend son expertise au domaine de l’art. Ce concept des ventes faciles d’accès, ouvertes à toutes les disciplines et dans le monde entier sera adopté également pour AUCTAVArt, optimisant les résultats lors des vacations en mettant en présence très régulièrement entre 400 et 600 internautes inscrits et sélectionnés. AUCTAVArt agit comme intermédiaire entre acheteurs et vendeurs, sélectionne des lots et sécurise les transactions.

Contrairement aux ventes aux enchères traditionnelles qui suivent un calendrier de grandes ventes fixes établi pour toute l’année, AUCTAVArt propose un calendrier original, en harmonie avec l’activité des ventes de chevaux. Cette approche permet de multiplier les opportunités pour les acquéreurs potentiels en rassemblant les amateurs d’art, les passionnés de courses hippiques, les éleveurs, les entraîneurs et les courtiers.

À la tête d’AUCTAVArt se trouve James Fattori, un commissaire-priseur d’expérience dans le domaine des ventes aux enchères. Nommé directeur d’Artcurial Deauville en 2007 avant de devenir celui de la maison PIASA à Paris en 2012, il compte plus de 1.000 ventes aux enchères à son actif : « J’ai officiellement pris ma retraite, mais sitôt le métier arrêté, il me manquait déjà. Cette collaboration avec Auctav me permet de conserver le lien avec mes clients et ma passion pour les objets d’art. »

La première vente aura lieu le 28 mai

La première vente est généraliste et s’articule autour de trois chapitres. En premier lieu, l’écrin de Madame L. dont on retiendra une ravissante broche Cartier coccinelle des années 50, estimée 8.000 € à 10.000 €. En second lieu, la dispersion du mobilier et tableaux d’une propriété du pays d’Auge comprenant de beaux meubles d’époque et une très belle huile sur toile pointilliste d’Albert Lebourg estimée entre 5.000 € et 7.000 €. Enfin, un ensemble venant d’un appartement deauvillais d’où se démarquent un beau mobilier d’éditeur d’après Saarinen, Bertoïa… et des pastels de Michel Atlan, estimés 4.000 € à 6.000 €.

Pour consulter le catalogue, cliquez ici.

Article précédent
Article suivant
VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires