jeudi 25 juillet 2024
AccueilA la uneLes enseignements d'un week-end réussi à Auteuil

Les enseignements d’un week-end réussi à Auteuil

Les enseignements d’un week-end réussi à Auteuil

Par Christopher Galmiche

10.460 personnes étaient présentes à Auteuil en cette fin de semaine, un chiffre en hausse par rapport à 2022, malgré le long week-end de l’Ascension. Il y a eu du beau sport sur la piste et une belle ambiance. L’heure est au bilan. Voici ce que nous avons retenu comme faits marquants.

• Auteuil sous le feu de l’attention anglo-irlandaise

Avec Sky Sports qui diffuse les courses françaises, les Anglais comme les Irlandais ont commencé à s’intéresser un peu plus à nos épreuves. Et, cette année, nous avons eu de la chance puisque de nombreux professionnels irlandais se sont déplacés à Auteuil. De l’habituel Willie Mullins à Gavin Cromwell en passant par John Hanlon. Cette forte affluence a eu pour but d’apporter une attention étrangère plus rare autour du Grand Steeple. L’Anglais Nick Luck, animateur, entre autres, d’un podcast très écouté, a parlé de la course pour la première fois. À Auteuil, ce week-end, les propriétaires étrangers, comme ceux de Flooring Porter (Yeats), qui courait la Grande Course de Haies (Gr1), sont venus avec leurs écharpes blanches et noires. Et, côté tribunes, des fans de courses britanniques ont effectué le déplacement, comme nous avons pu nous en rendre compte sur les réseaux sociaux. Pour plusieurs d’entre eux, ils ont adoré l’ambiance car il ne faut pas s’y tromper, les fans ne cherchent pas forcément des hippodromes bondés. Il peut fort bien y avoir de l’ambiance sans qu’il y ait 80.000 spectateurs. Les bookmakers ont également proposé les plus belles épreuves d’Auteuil. Même s’il est difficile de savoir le niveau des enjeux chez nos amis d’outre-Manche, l’intérêt pour le Grand Steeple n’a jamais été aussi fort dans les deux autres grands pays d’obstacle que sont l’Angleterre et l’Irlande. L’épreuve résiste encore et toujours aux étrangers, mais ils ne vont pas désarmer. Cette année, des professionnels étrangers découvraient Auteuil comme Gavin Cromwell, John Hanlon et Fergal O’Brien. Ils ont eu des résultats mitigés, avec une seule victoire (et quelle victoire !) de Gala Marceau (Galiway) dans le Prix Alain du Breil (Gr1), mais ils ont promis de revenir. Un atout pour le nombre de partants et donc les enjeux et pour une plus grande médiatisation du plus grand week-end de l’obstacle français.

• Deux champions français pour Cheltenham

Les Anglais et Irlandais présents à Auteuil ont pu voir Thélème (Sidestep) remporter la Grande Course de Haies d’Auteuil (Gr1) et Gex (K) (Khalkevi) échouer de peu dans le Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1). En règle générale, nos amis britanniques aiment savoir ensuite s’il y a une possibilité que les chevaux qu’ils ont vus courent chez eux. Et ça tombe bien ! En effet, Thélème pourrait aller sur la Stayer’s Hurdle (Gr1), fort d’un programme allégé en visant juste alors que Gex pourrait lui s’orienter sur la Cheltenham Gold Cup (Gr1), sur un tracé qui pourrait avantager ce rouleau compresseur. C’est une autre des bonnes nouvelles du week-end : avoir deux chevaux de cette classe en Angleterre, la même année, ce serait une grande première pour la France. Excitant !

• François Nicolle voit le bout du tunnel

L’écurie de François Nicolle a été victime du virus qui a grandement contrarié son printemps. Mais les résultats du week-end ont confirmé ce que nous disait le professionnel royannais : ses chevaux sont sur la bonne pente. La preuve ? Hermès Baie (Crillon) a terminé deuxième de la Grande Course de Haies en faisant galoper Thélème. Starlet du Mesnil (K) (No Risk at All) a été une exceptionnelle troisième dans le Grand Steeple. Et La Marche Bleue (K) (Saint des Saints) a conclu deuxième du Prix Ferdinand Dufaure (Gr1). L’écurie Nicolle a retrouvé du poil de la bête au bon moment. De bon augure en vue de l’automne !

• Où l’on reparle de Montjeu

Le sang de Montjeu (Sadler’s Wells) en obstacle est apprécié par de nombreux éleveurs français et plusieurs de ses descendants ont tracé à leur niveau au haras comme Fame and Glory, Authorized, Camelot, Walzertakt ou encore Joshua Tree. Le Prix Aguado (Gr3) était donc scruté par plusieurs éleveurs puisque deux petits-fils (entiers) de Montjeu étaient en piste dans cette épreuve : Jigme (K) (Motivator) et Léon du Berlais (Authorized). Deux poulains aux physiques différents mais tous deux superbes. Ils ont fait le jumelé de la course laissant à dix longueurs et plus leurs rivaux. Grâce au tracking, on s’aperçoit qu’ils ont bouclé leur dernier 1.000m en 1’06 – ce qui est aussi exceptionnel – mais également que la longueur de leur foulée a augmenté en fin de parcours, signe qu’ils avaient encore pas mal de ressources… À l’automne, ils se retrouveront avec le Prix Cambacérès (Gr1) en ligne de mire, une course qui a déjà produit deux étalons depuis 2018 : Beaumec de Houelle et Nirvana du Berlais, deux fils de Martaline (Linamix).

• Rosario Baron, la montée en puissance

Après sa première victoire dans le Prix Gaston Phoebus, qui aurait pu prédire que Rosario Baron (Zambezi Sun) gagnerait le Grand Steeple ? Pas simple à dire. Mais son entraîneur, Daniela Mele, lui a concocté le programme idéal pour qu’il monte en puissance. Si bien que cette année, Rosario Baron est resté invaincu depuis le 19 février, gagnant le Prix Troytown (Gr3) et le Grand Steeple. Il a franchi un cap et dimanche, il avait le bon pilote, Johnny Charron, qui a pris la roue de Gex (K) (Khalkevi) et lui a donné le parcours parfait. Il a mis en avant, son éleveur, Jean-Yves Baron, qui, avec une seule poulinière, a maintenant un vainqueur de Grand Steeple.

• Juntos Ganamos, un cheval de Grand Steeple

Sans surprise, Juntos Ganamos (Martaline) a été sacré dans le Prix Ferdinand Dufaure (Gr1), restant invaincu en quatre sorties en steeple. Il a été intouchable et se pose maintenant la question de savoir s’il pourra devenir un cheval de Grand Steeple. Selon son jockey, Felix de Giles, il a les atouts pour y arriver. Il a l’avantage de pouvoir tout faire, aller devant, attendre loin ou près de la tête. Le tracking n’est pas disponible pour le Grand Steeple, la Grande Course de Haies et le Prix Alain du Breil (Grs1), mais nous l’avons pour le Ferdinand Dufaure. Et ce tracking nous révèle que Juntos Ganamos n’a jamais faibli dans la ligne droite, en maintenant la même longueur de foulées, mais surtout la même vitesse (52,1k/h), signe qu’il était loin d’être au bout de son effort. Sa maniabilité, sa qualité sur l’obstacle et sa capacité à suivre tous les trains en font un partant potentiel dans le Grand Steeple 2024.

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires