samedi 13 juillet 2024
AccueilA la uneMacaire Lageneste

Macaire Lageneste

À la mémoire d’Ubu III

« Je me souviens que lorsqu’Ubu III a enlevé le Grand Steeple et qu’il est tombé mort après le poteau, TF1, qui s’en « tamponnait » pas mal des courses, a ouvert le journal là-dessus. Mais ils n’ont jamais reparlé d’un gagnant du Grand Steeple ensuite. Lorsque l’on va aux courses, on ne sait jamais si on va finir sur le podium sous la liesse générale, ou avec son cheval en train de mourir dans un coin. Cela fait partie du jeu. »

Auteuil, cette cathédrale vide

« Je n’attends rien de la rénovation d’Auteuil. Les tribunes sont vides… À part le jour du Grand Steeple. Et encore, elles ne sont qu’à moitié pleines. C’est tellement triste que nous sommes obligés de regarder les courses en bas sur les écrans pour mettre un peu d’ambiance. Dans les tribunes, on se croirait dans une cathédrale vide.

Ce que l’on cherche aux courses, c’est de la convivialité. Dépenser des millions pour quelque chose qui ne va servir à rien… Ce n’est pas comme ça que l’on va faire revenir les gens aux courses. En Angleterre, sur les hippodromes, on installe des constructions mobiles et éphémères et c’est aussi bien. On ne va pas aux arènes pour la qualité des infrastructures, mais pour celle du spectacle ! Si l’on veut que les courses perdurent, il faut créer de l’émotion. La véritable émotion inclut une certaine rudesse. »

C’est la vitesse qui fait mal

« Auteuil est tellement drainé désormais. Ce n’est plus le lourd d’antan, dans lequel les chevaux s’enfonçaient vraiment. Il suffit de regarder les chronos pour comprendre. Aujourd’hui, on va tellement vite que les courses en deviennent encore plus exigeantes. Oui, les Grands Steeples et les courses préparatoires d’il y a quinze ou vingt ans étaient moins durs, parce que les chevaux allaient moins vite. Ce n’est pas la lourdeur du terrain qui abîme les chevaux, c’est la vitesse ! Plus vous courez sur des courtes distances, plus vous leur faites mal. Les chevaux de cross font des carrières jusqu’à 12ans, 13ans, 14ans. Sur les longues distances, les chevaux ont le temps de récupérer. Rigoureux a été deuxième du Grand Steeple à 5ans, et à 12ans il a encore enlevé le Grand Steeple de Merano (Gr1). Aujourd’hui, on pense à tort que les courses longues sont les plus dures. C’est tout le contraire. Un effort long et progressif se gère beaucoup mieux que celui où il faut monter dans les tours de manière violente. »

Le programme et l’échelle

« Aujourd’hui, le programme rend tout simplement une certaine catégorie de chevaux inexploitables ! Lorsque l’on voit que le Prix Rigoletto (L), la seule course qui permettait de créer une passerelle vers les bonnes épreuves à l’automne, en découvrant la piste extérieure, a été transformée en handicap pour des chevaux en valeur 58 et plus… Les bons chevaux intermédiaires ont alors l’interdiction de courir. Ce n’est pas ainsi que l’on aime travailler. Si je monte sur le premier barreau d’une échelle, je ne passe pas au dernier directement. Je mets un pied sur chaque barreau. Le programme devrait être construit dans la même logique. Ce n’est pas le cas. Pour produire de l’argent, ce genre de programme fonctionne, d’accord, mais est-ce que les courses ne sont qu’une affaire d’argent ou de cœur ? Selon moi, elles sont une affaire de cœur. Spes Militurf par exemple. Il a gagné trois fois l’an dernier : que voulez-vous courir avec lui ? »

Expérience et renouveau

« Mon association avec Hector est extrêmement agréable. Je peux me reposer sur lui, notamment sur la gestion du personnel. Nous nous entendons bien car, sur le fond, nous sommes sur la même longueur d’ondes. Nous avions fait un logo lorsque nous nous sommes associés avec ces deux mots : « expérience et renouveau ». Cela nous représente bien. C’est rare que nous ne tombions pas d’accord si nous avons de bons arguments. On s’entend très bien et je sais que si je ne suis pas là, tout sera fait comme je le veux. »

Un test pour Spes Militurf

« À l’écurie cette année, nous avons connu pas mal d’emmerdes, il n’y a pas d’autre mot, avec notamment des cas de gourme. Tous les chevaux ont été touchés, plus ou moins. Nous avons donc perdu un mois et demi, parfois deux mois, avec ces chevaux-là. De ce fait, nous n’avons pas fait ce que nous avons voulu. Pour notre malheur, Spes Militurf est allé à Lyon-Parilly pour l’avancer dans le but de courir le Prix Murat (Gr2). Malheureusement, un cheval est tombé devant lui et tout a périclité. Spes Militurf n’a pas vraiment le profil pour le Grand Steeple, mais avec les gains qu’il a, il n’a pas beaucoup de possibilités de courir. Nous pensions ne pas courir le Grand Steeple et participer au Prix des Drags (Gr2). Tout compte fait, qu’allons-nous faire en attendant les Drags : user du pneu le matin ? Autant aller sur le Grand Steeple, et tester un peu le cheval. »

En challengers

« Le Grand Steeple, c’est 6.000m, mais à part Gex et Franco de Port, les autres n’ont pas l’habitude de cette distance. Avec Spes Militurf et Altesse du Berlais, nous y allons en challenger, pour ramasser des lots. Nous n’avons pas la prétention de venir en pensant gagner. Par le passé, d’autres sont venus dans le même état d’esprit que nous, comme Princesse d’Anjou, et ils ont gagné.

Lors de sa cinquième place dans le Prix Ingré (Gr3), Spes Militurf n’a pas si mal couru. Le problème est qu’il a décroché lorsque la course s’est lancée. Il était aussi en déficit de compétition et de travail. On court le Grand Steeple avec lui et si nous sommes septièmes, nous serons septièmes, ce n’est pas grave. Nous dirons au jockey de ne pas être excessivement dur pour finir si le cheval a du mal. »

Altesse, comme Princesse

« Altesse du Berlais a aussi ce profil à la Princesse d’Anjou. Tout est possible car le Grand Steeple est une course particulière. Sans Philip Carberry sur son dos, Princesse d’Anjou n’aurait pas gagné car il fallait un jockey étranger pour envoyer d’aussi loin. Personne n’est à l’abri d’une faute, d’une course qui se passe mal. Et puis, pour un propriétaire, avoir un premier partant dans le Grand Steeple, c’est le Graal. Une forme d’aboutissement. Altesse du Berlais a gagné un Gr1. Elle est repartie au haras cet hiver, elle était comme une jument d’élevage. À cause du virus, elle est allée dans notre autre cour, exempte de virus. Elle aurait dû arriver un moins plus tôt à La Palmyre, mais nous avions trop peur qu’elle tombe malade, d’autant qu’elle avait déjà eu des soucis pulmonaires. Entre sa rentrée en haies et le Prix William Head (L), il n’y avait qu’une quinzaine de jours. La jument est bien et peut avoir son mot à dire. »

Les favoris seront là

« L’entraînement de Spes Militurf et d’Altesse du Berlais s’est bien passé. La jument a fait de la gymnastique mardi matin et son gros travail, elle l’a effectué la semaine dernière. Quant à Spes Militurf, il a fait un travail de fond lundi qui nous a donné satisfaction. Il faut les préparer mentalement à affronter une longue distance. Nous sommes le cerveau et le cheval, les jambes. Kilian Dubourg montera Spes Militurf et Baptiste Le Clerc sera en selle sur Altesse du Berlais. Les forfaits de quelques bons chevaux ne changent rien dans l’approche de la course puisque les favoris seront là. Ils ont eu une logique très construite dans leur préparation. Notamment Gex, qui a le meilleur profil, ainsi que Franco de Port. Ce sont les deux chevaux en théorie les plus indiqués pour gagner. Mais ils ne courent pas que tous les deux. »

Impala du Berlais découvre Auteuil dans le Sagan

« Impala du Berlais va découvrir Auteuil dans le Prix Sagan. Elle aurait fin juin une course plus fermée, mais nous n’avons pas d’autres courses pour elle dans l’immédiat. Elle était plaisante la dernière fois. Certes, elle va découvrir Auteuil, mais l’an dernier, nous avions gagné ce Prix Sagan avec Villa Rica qui était maiden. »

Des nouvelles de Sel Jem…

 « Sel Jem va bien. Il a eu un souci de jambes lorsqu’il était parti en vacances. Ce n’était pas très grave, mais grave ou pas, il faut observer le temps nécessaire. Reviendra-t-il cet automne ou l’année prochaine ? Nous n’en savons rien, la nature nous guidera. C’est un intermède que beaucoup de chevaux d’obstacle connaissent. D’autres chevaux ont eu le même genre de problème avant de gagner le Grand Steeple. Bel la Vie avait connu une alerte tendineuse après sa deuxième place dans la Grande Course de Haies d’Auteuil et il a gagné le Grand Steeple ensuite. »

… Et de Galléo Conti (K)

 « Galléo Conti a eu un petit souci osseux. Nous n’avons donc pas pu l’engager dans le Grand Steeple. Nous sommes plutôt dans le préventif que dans le curatif, mais si nous allons aux courses pour les récupérer en mauvais état… Le curatif ne vaut rien, il n’y a que le préventif qui est intéressant. On ne va pas emmener des bouquets de fleur quand le cheval est mort, c’est trop tard ! Il faut comprendre lorsqu’un voyant rouge clignote, même très faiblement, pour le cheval. Cela ne veut pas dire que Galléo Conti ne sera pas présent à l’automne. C’est embêtant ce qu’il a, mais ce n’est pas grave. Il a une petite fêlure, il va récupérer à 100 %. Il avait déjà eu un problème osseux par le passé. »

Article précédent
Article suivant
VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires