dimanche 26 mai 2024
AccueilA la uneCarlos Laffon-Parias en confiance 

Carlos Laffon-Parias en confiance 

Carlos Laffon-Parias en confiance 

Par Thomas Guilmin

Après Christophe Ferland, c’est Carlos Laffon-Parias qui s’est prêté au jeu des questions-réponses. C’est avec un certain optimisme qu’il a confié : « Je ne suis pas passé loin de remporter le Diane à plusieurs reprises. Mais le temps passe, et il faut que je le gagne avant que cela ne devienne compliqué ! En 2001, j’avais présenté Nadia (Nashwan) mais elle était tombée sur Aquarelliste (Danehill), qui n’était pas n’importe qui… Je reste confiant et j’espère que mon jour est proche. »

Jannah Rose (K), la classe

« Dernièrement, nous avions pris la décision de courir Jannah Rose (K) (Frankel) dans le St Mark’s Basilica Coolmore Prix Saint-Alary plutôt que l’Emirates Poule d’Essai des Pouliches (Grs1) en pensant que le Saint-Alary était un peu moins difficile pour Jannah Rose. Ce jour-là, la course s’est déroulée à une allure sélective. Jannah Rose a démontré qu’elle savait tout faire. Le seul défaut que l’on peut lui trouver, c’est de parfois se montrer coquine pour rentrer dans sa stalle. D’ailleurs, elle nous a déjà donné quelques sueurs froides à ce sujet ! Mis à part cela, on peut tout faire avec cette pouliche. Et pour le moment, elle réalise tout ce qu’on lui demande…  Réussir à remporter facilement le Prix Vanteaux (Gr3) en ayant seulement une course dans les jambes à 2ans, c’est déjà un signe de qualité. Encore plus lorsque vous n’avez pas l’habitude de faire cela avec vos autres pensionnaires. La pouliche apprend à courir au fil de ses courses. À présent, mentalement comme physiquement, je pense que Jannah Rose a l’expérience nécessaire pour bien faire dans le Diane. »

Sa préparation se déroule pour le mieux

« Jannah Rose va disputer le Prix de Diane cinq semaines après sa dernière victoire, c’est le timing parfait. Certaines préparatoires se courent trois semaines avant l’objectif et cela peut s’avérer un peu court. Jannah Rose n’a jamais eu de course dure mais j’ai préféré la laisser tranquille durant les deux semaines qui ont suivi le Saint-Alary. Après sa victoire dans le Gr1, elle n’avait pas perdu de poids et elle a bien mangé. Ainsi, elle a pu décompresser avant de travailler plus durement à trois reprises. Ce matin [lire lundi, ndlr], elle a effectué son dernier travail sur le gazon, et cela s’est très bien passé. J’étais d’ailleurs ravi de voir la pluie tomber car le gazon commençait à être bien sec. »

La rencontre avec Al Shira’aa Farms

« Cela fait environ cinq ans que je collabore avec Al Shira’aa Farms. J’ai fait leur connaissance par l’intermédiaire de Shwan Dugan. Depuis le début de notre collaboration, j’ai eu beaucoup de chance. Tout a commencé en 2018 avec Mutamakina (Nathaniel), une pouliche qui avait terminé deuxième de Sottsass (K) (Siyouni) dans le Qatar Prix Niel en 2019. Tous les ans, je reçois environ deux ou trois chevaux de leur entité et nous connaissons une certaine réussite. Plus récemment, Rumi (K) (Frankel) était, à mon sens, une vraie pouliche de Gr1, bien qu’elle n’ait pas réussi à en remporter un… Cette semaine je devais normalement recevoir trois 2ans de leur écurie, mais j’ai préféré repousser d’une semaine leur arrivée car en ce moment certains virus affectent les écuries. »

Left Sea, une surprise après les premiers forfaits

Après les premiers forfaits, l’entraîneur cantilien est encore doublement représenté. Lauréat du Prix Mélisande (L) dimanche, Left Sea (Frankel) figure toujours dans la liste : « Dans le Prix Saint-Alary, Left Sea avait été montée près de la tête de course. Étant donné qu’il y a eu beaucoup du rythme, toutes les pouliches qui étaient aux avant-postes ont plus ou moins cédé. J’étais assez déçu de sa performance. Mais lorsque les pistes sont bien souples, les écarts à l’arrivée deviennent rapidement importants lorsque les jockeys posent les mains. Concernant son aptitude à la distance de 2.100m, je crois qu’il n’y a rien qui pourrait laisser croire que Left Sea ne tiendrait pas. Au vu de son pedigree, il n’y a aucune raison de s’inquiéter. Certes, physiquement, elle ressemble plutôt à une pouliche de 1.600m, mais cela ne veut pas toujours dire grand-chose. Dimanche, le lot du Prix Mélisande n’était pas le même que celui du Saint-Alary, mais elle s’est imposée avec la manière. »

Une participation encore incertaine…

« Left Sea est bien rentrée de sa course. Elle a un fait un trotting, et je l’ai trouvée bien souple. Dimanche soir, elle a bien mangé et je l’ai trouvée bien dans sa tête. La décision de la courir ou non devrait plutôt être prise mardi. Dans ce défi, il y a beaucoup de choses à gagner mais également pas mal à perdre. Parfois, avec deux semaines d’intervalle entre les courses, nous n’avons pas le temps de les travailler correctement. À une semaine, elle fera juste de l’entretien. À mon sens, cela revient au même. Il faut encore en discuter avec ses propriétaires, l’écurie Wertheimer & Frère. Enfin reste le problème lié à l’absence de Maxime Guyon qui devrait être à pied le jour du Diane. La décision finale sera prise mercredi car ce paramètre est très important. »

L’opposition, le terrain et le numéro de corde

« Blue Rose Cen (Churchill) sera la logique favorite du Prix de Diane. Elle a su confirmer tout le talent qu’elle avait pu montrer à 2ans, notamment lorsqu’elle avait remporté le Prix Marcel Boussac (Gr1). Cela devrait être une course limpide. Normalement, le terrain devrait être bon selon France Galop. C’est un avantage car cela évite que les chevaux ne se blessent. Et comme les bons chevaux vont dans tous les terrains… Idéalement, il est évident qu’il serait préférable d’avoir un bon numéro de corde compris entre le 4 et le 10. »

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires