mardi 18 juin 2024
AccueilA la uneBien plus qu'une année record…

Bien plus qu’une année record…

Le bilan des ventes breeze en Europe

Bien plus qu’une année record…

La barre des 70 M€ de chiffre d’affaires n’a pas été atteinte, mais il s’en est fallu de fort peu. Ceci dit, la saison européenne des ventes breeze up a fait tomber presque tous les records. Cette année 1.078 chevaux sont passés sur les rings et ils ont affiché un chiffre d’affaires de 69,42 M€, en hausse de 37 % sur 2022. Pas moins de 866 sujets – 80,3 % des 2ans présentés – ont trouvé preneur au prix moyen de 79.956 €. Soit une augmentation de 29,6 % sur l’année précédente. Dans ce contexte de croissance du segment, c’est la vente d’Arqana qui a joué un rôle décisif avec un chiffre d’affaires de 21,32 M€, supérieur à celui affiché par la Craven breeze up de Tattersalls. À Deauville, le taux de vendus (85,6 %) a été largement supérieur à celui de la vente boutique de Newmarket. L’Angleterre, avec Newmarket et Doncaster, représente 53,8 % du marché européen. La France compte, avec 27,4 % des vendus, pour un tiers du chiffre d’affaires.

LES BREEZE UP 2023 EN EUROPE

Vente Catalogue Présentés Vendus CA (€) Vendus à plus de 200.000 (€) Prix moyen (€)
Craven 202 166 126 18.560.600 33 121.885
Guineas 203 168 141 7.182.000 2 42.145
Doncaster 211 184 159 11.523.500 12 62.965
Arqana 195 167 143 21.325.500 33 150.789
BBAG 30 29 18 359.000 0 19.944
Osarus 69 55 41 620.500 0 15.134
Tatt Ire 267 239 180 8.569.500 4 43.033
Arq Été 106 70 58 1.101.500 0 18.991
Total 1.283 1.078 866 69.242.100 84 79.956

Le nombre de 2ans à 200.000 € ou plus a doublé 

Il y a un indicateur masqué qui est très important dans les ventes breeze up. C’est le nombre de 2ans vendus à 200.000 € ou plus. En 2022, ils étaient 47, soit 5,7 % du total des ventes. Cette année, avec 84 vendus, ce pourcentage a presque doublé puisqu’il se situe à 9,6 %. Deauville et la Craven breeze up ont fait jeu égal avec 33 lots. Doncaster vient en troisième position avec douze alors que les six autres lots ont été vendus à Tattersalls Ireland (4) et à la Guineas breeze up (2). La première vente breeze up aux États-Unis remonte à 1957. En Europe, cette formule a été inaugurée 20 ans plus tard (Doncaster 1977). Sans doute possible, nous avons toutefois refait quelques longueurs depuis.

Un marché qui prend la même direction qu’aux États-Unis

Les analystes américains, à la fin d’une année record pour leur marché des 2ans, ont relevé une tendance. Le haut du panier a été très fort alors que le deuxième et le troisième tiers ont rencontré des difficultés. En Europe, on n’est pas loin de connaître la même situation. Les 84 chevaux de 2ans qui ont été vendus à plus de 200.000 € ont affiché un chiffre d’affaires de 25,78 M€, c’est-à-dire 37,1 % du total. Les 782 restants se sont partagé 43,46 millions. En d’autres termes, 90 % des vendus ont dû se contenter de 62,9 % de l’enveloppe globale. 

La vente de Meydan… 

Nous avons passé au peigne fin la liste des 84 chevaux de 2ans qui ont franchi la barre des 200.000 €. Parmi eux, 64 avaient déjà connu les rings des ventes et 22 avaient affiché un prix à six chiffres (en Gns, $, £ ou €). Dans le segment haut de gamme, les 2ans achetés aux États-Unis sont au nombre de 13. Soit 20 %, un peu moins qu’au cours de ces dernières années. Mais il faut savoir que plusieurs consignors ont choisi de passer leurs chevaux américains à la vente de Goffs à Meydan. Là-bas, douze 2ans, dont onze américains, ont été achetés à plus de 200.000 € par des propriétaires locaux pour un chiffre d’affaires de 3,91 M€.

Le top price pour Siyouni

Au final, 48 étalons ont eu un ou plusieurs 2ans vendus à plus de 200.000 €. Ils viennent d’horizons divers. Les reproducteurs qui ont officié au tarif de 100.000 € ou plus sont tous dans la liste, exception faite de Galileo (Sadler’s Wells), qui n’avait aucun 2ans en vente. Le top price (1,4 millions) a été payé à Deauville pour un Siyouni (Pivotal). On ne peut pas comparer les ventes des yearlings avec les breeze up mais il est toujours possible d’interpréter les chiffres. L’an dernier, 131 yearlings ont affiché un prix de 500.000 € ou plus : ils sont issus de 26 étalons différents. Parmi ces yearlings très haut de gamme, 92 ont un père avec un tarif à six chiffres (70 % du total). 

Blue Point a cartonné

Siyouni est suivi au classement par No Nay Never (Scat Daddy). La surprise vient de Blue Point (Shamardal), tête de liste des first crop sires par gagnant en Europe ex aequo avec Soldier’s Call (Showcasing). Ses 2ans ont cartonné ce printemps. Huit ont trouvé preneur à plus de 200.000 € et les 22 vendus ont affiché un prix moyen de 203.610 €. Soit près du double du prix moyen atteint en 2022 par les 77 yearlings vendus du jeune étalon Darley. C’est le secret des ventes breeze up : on peut regarder les chevaux galoper…

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires