mercredi 19 juin 2024
AccueilCoursesC2 CHAMBURE

C2 CHAMBURE

Deauville, dimanche

Prix Roland de Chambure (L)

Beauvatier (K) nous laisse rêveur

« Il a gagné toute la course, je pense que tout le monde l’a vu. Dès la sortie des stalles, il a pointé les oreilles et c’était gagné. Je crois qu’il est très bon, tout simplement. » Yann Barberot ne pouvait pas mieux résumer la victoire de son pensionnaire Beauvatier (K) (Lope de Vega) dans le Prix Roland de Chambure (L). De course en course, il est de plus en impressionnant. Le représentant de Philippe Allaire – qui en a vendu 30 % au haras d’Étreham – a validé ce dimanche la première étape qui devrait le conduire jusqu’au Qatar Prix Jean-Luc Lagardère (Gr1).

Un véritable cavalier seul

Avec seulement quatre partants, la course aurait pu être lente. Partie vite, la française de naissance Maymay (Cloth of Stars) s’est emparée des commandes de l’épreuve. Mais elle a animé à un rythme régulier, sans plus. Repris en début de parcours, Beauvatier a patienté en troisième position dans le sillage de Grand Son of Calyx (Calyx). Calme et donnant l’impression de contrôler toute la course, le pensionnaire le futur lauréat a ensuite accéléré en progression dans la dernière ligne droite. Passant le mini-peloton en revue, Beauvatier s’impose d’un peu plus d’une longueur, sans avoir à puiser dans ses réserves. Longtemps resté dernier, Zabiari (Wootton Bassett) a également bien conclu pour venir prendre la deuxième place tout à la fin aux dépens de Maymay, courageuse troisième à une encolure.

Son entraîneur veut le voir changer physiquement

Gagnant de l’une des premières courses boostées réservées à la génération des 2ans à Chantilly, le 9 mai, dans le Prix du Coq Chantant (Inédits), Beauvatier avait confirmé dès sa deuxième sortie au Val d’Or, le 28 mai. Ce jour-là, dans le Prix Pirette (Classe 2), Beauvatier restait invaincu face à une certaine Ramatuelle (K) (Justify), qui a depuis survolé le Prix du Bois Longines – Fonds Européen de l’Élevage (Gr3). Souriant, Yann Barberot a ajouté : « Il manque encore de physique, c’est un premier produit, mais le moteur est là. Nous ne lui avions pas demandé beaucoup le matin, j’ai vraiment attendu pour le recourir, j’espace ses courses. Je ne pense pas le courir avant l’automne et le Prix La Rochette (Gr3). Pour le moment, j’ai envie que Beauvatier change physiquement, qu’il se développe mais nous verrons bien. »

La grande journée du haras d’Étreham

Dimanche, à Deauville, la réunion de courses était marquée par la présence d’un Gr1, le Prix Jean Prat, qui était sponsorisé par le haras d’Étreham. Roland de Chambure, qui avait donc une Listed à nom ce dimanche, est l’homme qui a fait d’Étreham un grand élevage commercial à partir de la fin des années 1950. Une grande journée pour le haras normand puisque récemment, l’entité avait acheté 30 % de Beauvatier. Nicolas de Chambure nous a dit : « Nous avons longtemps négocié avec France Galop pour déplacer cette course lors de la journée du Jean Prat. Après réflexion de leur part, c’est avec gentillesse qu’ils avaient accepté. Avoir un partant qui remporte une course black type lors de la journée que l’on sponsorise, c’est génial. J’en profite pour remercier Philippe Allaire et Gilte Poulsen-Allaire de nous avoir accueillis dans l’aventure. Avec Beauvatier, nous allons monter les échelons petit-à-petit en lui concoctant un programme ‘’classique’’. En tout cas, une chose est sûre, nous allons tout faire pour espérer le rentrer comme étalon un jour… »

Zabiari sera certainement revu à Deauville

Lauréat lors de son unique sortie à Longchamp, le 25 mai, dans le Prix de la Cité du Figuier (Maiden), Zabiari devançait Will Scarlet (Masar), qui a depuis ouvert son palmarès avec classe dans une Classe 2, toujours dans le temple du plat. Jean-Claude Rouget, qui entraîne Zabiari, nous a confié : « Avant le coup, j’avais dit à son jockey, Cristian Demuro, de le monter comme si c’était une Classe 2 afin qu’il ne prenne pas une course dure car cela n’allait pas être simple d’aller chercher Beauvatier. Aujourd’hui, nous considérons donc qu’il est gagnant de Classe 2, mais en étant black type (rires). Sa fin de course est très bonne. Prochainement, je pense que nous reverrons Zabiari dans une Classe 2 ou dans une Listed à Deauville. »

Maymay remplit son contrat

Toujours maiden en quatre sorties en Angleterre avant d’arriver sur la Côte Normande, Maymay arrivait sur notre sol avec un seul objectif : décrocher son caractère gras ! Courageuse, la représentante de l’un des syndicats de Nick Bradley remplit son contrat en parvenant à garder la troisième place. Dernièrement, elle venait d’échouer dans les Chesham Stakes (L, 1.400m) à Ascot. Contacté, son entraîneur, Kevin Philippart de Foy, a déclaré : « Nous savons qu’elle est dure. Nous savions aussi que nous nous allions rencontrer les meilleurs 2ans qui évoluent sur 1.400m en France. La pouliche était bien détendue devant et elle a bien accéléré. Maymay ne s’est pas découragée. Nous sommes très contents car elle est placée de Listed et a pu décrocher du black type. Elle est encore maiden donc nous allons essayer de gagner une course en Angleterre. Ensuite, il n’est pas impossible que l’on revienne en France. » Maymay a été élevée par Julian Ince et la famille Chardo. Il a été vendu par le haras de Grandcamp. 

Un croisement qui cartonne et un bon week-end pour les Monceaux

Élevé par l’écurie des Monceaux, Qatar Bloodstock Limited et Barbara Keller, Beauvatier a été acheté 160.000 € lors de la vente de yearlings Arqana en août 2022, par Yann Barberot. C’est un fils de Lope de Vega (Shamardal), étalon à Ballylinch Stud en Irlande. Il a eu 15 partants avec les filles de Sea the Stars (Cape Cross) : 14 ont gagné (93 %) et quatre sont black types (27 %) ! C’est encore mieux que les statistiques de l’ensemble de la production de Lope de Vega qui sont pourtant excellentes ! Henri Bozo et son équipe passent un bon week-end après la victoire de Paddington (Siyouni) dans le Coral Eclipse (Gr1) et le succès d’Evade (Wootton Bassett) dans le Prix de Tancarville. 

Une mère black type sur 2.400m et une sœur à la vente d’août.

La mère Enchanting Skies (Sea the Stars) est lauréate du Prix de Chaillot et deuxième du Prix de Thiberville (L). Beauvatier est son premier produit. La jument a ensuite une yearling par Siyouni (Pivotal). Cette pouliche sera le lot 204 de la vente d’août. 

La deuxième mère, Estefania (Acatenango), est montée sur le podium d’une Listed sur 1.600m à 3ans en Allemagne. Outre Enchanting Skies, elle a donné Empoli (Halling), lauréat du Preis von Europa (Gr1) en terrain bon-souple, Ebeltoft (Lawman), troisième du Herzog Von Ratibor Rennen (Gr3, 2ans, 1.700m) et Eigelstein (Dubawi), troisième de Listed en Italie et en Allemagne sur 2.000m. C’est la souche de la championne allemande Elle Danzig (Roi Danzig), triple lauréate de Gr1 et gagnante du Preis der Diana (Gr2).

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Départ à 1.000m : 40’’32

De 1.000m à 600m : 23’’81

De 600m à 400m : 11’’92

De 400m à 200m : 11’’52

De 200m à l’arrivée : 12’’28

Temps total : 1’39’’85

Giant’s Causeway

Oasis Dream

Helsinki

De Treville

Vettori

Lady Vettori

Lady Golconda

GREGARINA (F4)

Cape Cross

Sea the Stars

Urban Sea

Enchanting Skies

Acatenango

Estefania

Eirehill

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires