jeudi 13 juin 2024
AccueilCoursesElbaz lance en fanfare le meeting de Jean-Claude Rouget

Elbaz lance en fanfare le meeting de Jean-Claude Rouget

Deauville, dimanche

Prix de Crèvecœur (Inédits)

Elbaz lance en fanfare le meeting de Jean-Claude Rouget

« C’est un poulain exceptionnel dans le sens où, au bout de quinze jours d’entraînement, c’est-à-dire à l’automne dernier, il y avait un ‘’truc’’. Aussi bien mentalement que physiquement, il me rappelait Al Hakeem (K) (Siyouni). Cela fait longtemps que je l’ai gardé pour cette course-là, je ne voulais pas le débuter sur une distance plus courte. Il ne faut pas s’affoler car nous allons courir les classiques avec lui l’année prochaine ! » Les bruits étaient bons pour Elbaz (K) (Siyouni). Favori de l’édition 2023 du Prix de Crèvecœur (Inédits), le pensionnaire de Jean-Claude Rouget, qui représente l’élevage et les couleurs de son Altesse l’Aga Khan, a plus que séduit son mentor à son retour aux balances. Il décroche logiquement sa (K) JDG Rising Star (K).

Comme souvent, les bons sujets de Jean-Claude Rouget débutent de la même manière : ils attendent durant presque la totalité du parcours avant de produire leur effort dans la phase finale. Ne dérogeant pas à la règle, Elbaz a longtemps attendu. Mais lorsque son jockey, Cristian Demuro, l’a lancé dans la dernière ligne droite, Elbaz a passé le peloton en revue en pleine piste. En trois foulées et flatté à l’encolure au passage du disque, il s’impose par deux longueurs et demie. Au tracking, le poulain fait afficher 34’’24 dans les 600 derniers mètres, tout en affichant 11’’34 des 400m au 200m, pour boucler en 11’’57 des 200m à l’arrivée. Shadow Art (Masar), vu dans le sillage de l’animateur, a bien conclu pour s’emparer de la deuxième place. Patient au milieu du peloton durant la course, Burgundy Regal (City Light) complète le podium, à une demi-longueur.

Jean-Claude Rouget conserve sa couronne

Jean-Claude Rouget était le double tenant du titre de ce Prix de Crèvecœur (Inédits) grâce à Rajapour (K) (Almanzor) et à Welwal (K) (Shalaa) : « Depuis que j’entraîne Elbaz, je n’ai jamais eu le moindre problème. Cette année, il n’aura que deux ou trois courses. Elbaz devrait faire un bon 3ans. L’année dernière, Rajapour avait remporté cette course, mais il n’a pas pu répéter l’année d’après. Avec lui, ça va aller. Il appartient à la famille d’Ervedya (Siyouni), une jument exceptionnelle à qui je n’avais pas fait trop de cadeaux. Cette souche s’annonce plus que prometteuse. »

Shadow Art débute bien

Deuxième, Shadow Art devrait progresser sur ses débuts, à l’image des pensionnaires d’André Fabre. Louise Bénard, qui gère les intérêts de Godolphin France, nous a appris : « On peut dire que Shadow Art débute bien, il a fait une course en progression. C’est un poulain décrit comme calme, avec un bon tempérament, donc c’est positif pour la suite. Nous sommes satisfaits de ses débuts. Il pourra être rallongé ensuite. De manière générale, nous sommes plutôt contents des autres 2ans qui vont débuter en août, il faudra les voir courir. Notre politique est de faire une première course sage. »

La grande année de Jean-Louis Bouchard se poursuit

Cette saison, l’écurie de Jean-Louis Bouchard a connu de beaux moments avec Feed the Flame (K) (Kingman), lauréat du Grand Prix de Paris (Gr1), et plus récemment avec Zorken (Goken), récent vainqueur du Critérium du Becquet (L). Dimanche, Burgundy Regal s’est classé troisième, une performance qui peut permettre à son propriétaire de rêver encore un peu plus : « Je suis très heureux car c’est un fils de City Light (Siyouni), qui portait déjà mes couleurs. Le poulain est élevé au haras. C’est la deuxième génération de l’étalon. Christophe Soumillon est très content de sa performance. J’ai trois produits de City Light à l’entraînement chez Fabrice Chappet et ce n’était pas celui qu’on attendait. Mais il venait bien. Quand j’ai vu qu’il était engagé dans le Crèvecœur, cela m’a fait énormément plaisir. Burgundy Regal pourra certainement bien courir par la suite, bien qu’il soit encore un peu bébé. Il devrait gagner son maiden dans un premier temps. »

Le neveu de la championne Ervedya

Élevé par son propriétaire, Elbaz est un fils de l’étalon maison Siyouni (Pivotal) et d’Elennga (Exceed and Excel), une jument lauréate d’un handicap sur les 1.900m de la P.S.F. de Deauville avant de se classer troisième d’une Listed sur 2.100m à Düsseldorf en milieu d’année de 3ans. Outre Elbaz, on lui doit Elbasani (English Channel), gagnant d’un maiden sur 2.600m à Morlaix, et Elana (Blame), lauréate à deux reprises sur 1.500m à Marseille-Vivaux.

Sa deuxième mère, Elva (King’s Best), a fini deuxième du Prix Vanteaux (Gr3) et quatrième du Prix de Sandringham (Gr2). C’est la génitrice de la championne Ervedya (Siyouni), gagnante, entre autres, de la Poule d’Essai des Pouliches, du Prix du Moulin de Longchamp et des Coronation Stakes (Grs1), et d’Ennaya (Nayef), lauréate de deux courses sur 1.800m et 2.000m. Cette dernière n’est autre que la mère d’Ebony (Le Havre), deuxième des Prix de Thiberville et Occitanie (Ls). De son côté, Ervedya a produit Erevann (Dubawi), lauréat du Prix Daniel Wildenstein (Gr2) et du Prix Paul de Moussac (Gr3)… C’est une origine Boussac. 

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Du départ à 1.000m : 34’’93

De 1.000m à 600m : 25’’20

De 600m à 400m : 11’’68

De 400m à 200m : 11’’45

De 200m à l’arrivée : 11’’60

Temps total : 1’34’’86

Polar Falcon

Pivotal

Fearless Revival

Siyouni

Danehill

Sichilla

Slipstream Queen

ELBAZ (M2)

Danehill

Exceed and Excel

Patrona

Elennga

King’s Best

Elva

Evora

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires