lundi 4 mars 2024
AccueilCoursesRevoilà God Blessing

Revoilà God Blessing

Vichy, vendredi

Prix MGPF – Technispectacle (Prix Jacques de Bremond) (L)

Revoilà God Blessing

Écarté de la compétition pendant presque huit mois après sa quatrième place dans le Prix du Moulin de Longchamp (Gr1), God Blessing (Siyouni) a retrouvé le chemin des hippodromes le 25 mai dernier dans le Prix de Montretout (L), à Longchamp. Une rentrée difficile pour le représentant de l’écurie d’Haspel et Damien de Watrigant, son entraîneur. Il s’était montré très allant, contrarié par le « leader », et a terminé septième. Pour sa sortie suivante, son entourage a fait le choix de le tester sur la ligne droite de Deauville, dans le Prix de Doumy (Classe 1). God Blessing a conclu quatrième, sur un tracé qui ne lui a sans doute pas convenu. Mais ce vendredi, dans le Prix MGPF – Technispectacle (Prix Jacques de Bremond) (L), il a renoué avec le succès, près d’un an après sa dernière victoire dans le Prix de Tourgeville – Fonds Européen de l’Élevage (L), à Deauville.

Placé par Ioritz Mendizabal en tête du peloton, God Blessing a pu mener à son rythme sans être contrarié. Dans la ligne droite, son jockey a attendu le passage de route pour le solliciter. Se relançant, il n’a jamais vraiment été inquiété par ses concurrents et s’est imposé avec une certaine autorité. Il a devancé de deux longueurs Runnymede (Dansili). Un quart de longueur plus loin, Anthorus (Territories) a terminé troisième.

Rendez-vous à Deauville

Ému, Damien de Watrigant, mentor de God Blessing, nous a déclaré : « Nous le retrouvons un petit peu. Nous avons passé des moments difficiles… C’est un cheval de cœur, nous avions l’impression de ne pas le retrouver après le Moulin de Longchamp. Il n’était pas à son niveau normal mais, aujourd’hui, il nous rassure. Il n’a peut-être pas le niveau qu’il avait l’année passée mais j’espère qu’il le retrouvera. Pour la suite, nous allons peut-être aller à Deauville courir le Prix Quincey (Gr3). » Ioritz Mendizabal a ajouté : « Je suis ravi. L’équipe de Damien de Watrigant a réalisé du très bon travail le matin. Aujourd’hui, il gagne en bon cheval. »

Anthorus préfère les terrains plus souples

Quatrième pour sa dernière sortie du Prix de Montretout devant God Blessing notamment, Anthorus (Territories) confirme qu’il est compétitif à ce niveau grâce à cette troisième place. Son mentor, Henri-Alex Pantall, qui présentait également Nano Nagle (Frankel) qui termine quatrième, est revenu sur la performance de ses deux pensionnaires : ​​​​​« Anthorus a penché dans la ligne droite, cela lui coûte peut-être la deuxième place. Il faudra le revoir en fin d’année, dans des terrains plus souples. Nano Nagle est une pouliche de Listed mais aujourd’hui, nous retrouvons devant nous des chevaux de Groupes. »

Le meilleur produit de Galaxe

Présenté par son éleveur, le haras d’Haspel, God Blessing avait été racheté yearling 70.000 € à la vente de sélection. Il s’agit d’un fils de Siyouni (Pivotal), étalon aux Aga Kahn Studs, et de Galaxe (High Chaparral) qui compte une victoire en dix sorties et s’est classée deuxième du Prix des Lilas (L) et troisième du Prix de la Cochère (L). God Blessing est son troisième produit. Le premier est mort yearling et l’autre, un 5ans, n’a pas couru. Son fils Champagne Piaff (Le Havre) a gagné trois courses en Angleterre. La mère a également une 2ans par Oasis Dream (Green Desert), à l’entraînement chez Damien de Watrigant et une yearling par Le Havre (Noverre). Concernant l’histoire de God Blessing, José Delmotte, son éleveur et copropriétaire, nous avait confié : « J’ai fait courir sa grand-mère, Galaxie des Sables, chez la famille Rossio, que je salue bien. Contre l’avis de beaucoup de monde, car elle n’avait pas un papier incroyable, je l’ai gardée comme poulinière. Elle s’est malheureusement accidentée. Mais elle était bonne. Je savais qu’elle avait encore du potentiel. Elle m’a donné une femelle, Galaxe, que j’ai aussi gardée. Galaxe est placée de Listed. C’est la mère de God Blessing. Ce sont des chevaux gentils mais un peu tendus. Ils font bien 1.400m et 1.600m. God Blessing était très cool à l’élevage. Je l’ai conservé car personne n’en voulait. »

La deuxième mère, Galaxie des Sables (Marchand de Sable), a remporté trois courses entre 2 et 3ans et a conclu deuxième du Prix des Sablonnets (L). On lui doit également le bon Bobbymurphy (Intello) qui, en six sorties, s’est imposé à cinq reprises, ou encore Galaxie Gold (Dariyan), deuxième du Prix Hocquart (Gr2).

Polar Falcon

Pivotal

Fearless Revival

Siyouni

Danehill

Sichilla

Slipstream

GOD BLESSING (M4)

Sadler’s Wells

High Chaparral

Kasora

Galaxe

Marchand de Sable

Galaxie des Sables

Kruguy Dancer

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires