jeudi 20 juin 2024
AccueilA la uneCréateurs d'émotions

Créateurs d’émotions

Créateurs d’émotions

Par Salomé Lellouche

ll@jourdegalop.com

Qui n’a jamais vibré, pleuré de joie, vécu un moment inoubliable à Deauville ? Que ce soit avec un cheval, une personne, un instant, une rencontre. Chacun a une anecdote à partager. Pour moi, cette ville a quelque chose de magnétique et d’attractif. C’est, je pense, en partie grâce aux locaux. Des personnages comme “Phiphi”, comme Hervé et comme d’autres… Eux, les figures emblématiques de Deauville, restaurateurs et surtout, créateurs d’émotions. Eux seuls ont le pouvoir de nous créer des souvenirs par une touche d’originalité dans un cocktail, un plat réconfortant délicatement signé à la dernière minute, une gentille attention ou un accueil chaleureux. Si Deauville est ce qu’elle est, c’est grâce à ces restaurateurs qui contribuent à chaque rendez-vous sportif, des courses, au polo, au jumping en passant aussi par les ventes, à émerveiller nos journées en contribuant au développement et à la réalisation de nos rêves.

Les meilleurs restaurants de Deauville, cuvée 2023

Après Philippe Ciavatta, l’ancien patron du Brok Café (hier), la parole est aujourd’hui à Hervé Guillet, l’ancien patron de Chez Hervé ! Et la rédaction de Jour de Galop vous livre, de son côté, ses adresses préférées…

Hervé Guillet est originaire de Mayenne, le pays des trotteurs comme il aime le dire, lui qui a commencé comme apprenti cuisinier et serveur pour le traiteur de l’hippodrome de Craon, il y a près de cinquante ans : « Forcément, on avait une grosse clientèle des courses. J’ai donc été bercé très tôt par cet univers. Et j’ai été piqué par la passion. » Après quelques saisons à la montagne, à la plage, Hervé revient à Château-Gontier où il tient une petite affaire durant sept ans. Mais sa passion pour les courses le pousse à rejoindre Deauville où il fait une rencontre qui changera sa vie : « Au départ, je regardais les affaires à vendre. Bien sûr, c’était beaucoup trop cher pour moi à l’époque. J’ai donc cherché du travail. Et j’ai toqué au Drakkar. Là-bas, j’ai rencontré Philippe Ciavatta. Et c’est là que mon parcours deauvillais a commencé. Et puis un jour, j’ai enfin pu ouvrir le restaurant Chez Hervé. C’était en 1993. »

Chez Hervé, la belle histoire

Le restaurant chez Hervé (désormais Le Fanfaron) est la cantine préférée des professionnels hippiques : « Mais ma fierté, c’était de pouvoir cuisiner aussi bien pour les grands propriétaires que pour les garçons d’écuries. » En meeting, Hervé a même eu le privilège d’accueillir de très grands noms comme le prince Abdullah, Alec Head, Freddy Head : « À chacune de ses grandes victoires, notamment avec Goldikova, Freddy Head venait dîner ici. » Son secret : un mix entre qualité culinaire et ambiance : « Parfois, le soir tombant, le restaurant se transformait en boîte de nuit (rires) ! Tout le monde se retrouvait… Je tiens vraiment à rendre hommage à Desmond Stoneham [figure du journalisme hippique, ndlr]. C’est grâce à lui que j’ai pu avoir toute la clientèle anglaise et irlandaise. C’était le départ d’une très grande aventure. » Aujourd’hui, Hervé est totalement à la retraite. Il continue de vivre sa passion au travers de quelques parts de chevaux d’obstacle (sa discipline préférée) chez Yannick Fouin mais aussi en s’occupant du black type sur l’hippodrome de Deauville : « Je le fais par plaisir. Pour un passionné comme moi, être au milieu de l’hippodrome de Deauville, cela n’a pas de prix. »

Les bonnes adresses d’Hervé

Le Cyrano

194 avenue de la République, 14800 Deauville

Entrées : 8,20 € – 15,30 €   Plats : 15,90 € – 29,10 €   Dessert : 6,70 € – 11,30 €

« L’une de mes meilleures adresses à Deauville, c’est incontestablement le Cyrano. D’une part, parce que c’est très pratique d’accès à côté de l’hippodrome et d’autre part parce qu’on est toujours très bien reçu et on y mange très bien. » L’emblématique Cyrano… L’une des adresses les plus appréciées des professionnels des courses et de Jour de Galop ! On y vient pour l’accueil qui nous fait toujours nous sentir uniques (merci François et toute l’équipe d’Arthur !), dès 7 h le matin pour boire un bon jus d’orange pressée minute. Au déjeuner, une belle carte est à découvrir. Les prix sont particulièrement abordables. Parmi les réussites de la carte, un poke bowl saumon, mariné avec un quinoa cuit à la perfection.

Le P’tit Beaumont

20 rue du Paradis, 14950 Beaumont-en-Auge

Formule semaine : 20,90 € – Formule week-end : 30,90 €

« Antoine a repris le P’tit Beaumont il y a un peu plus d’un an. Et la qualité est vraiment au rendez-vous. C’est très agréable de pouvoir déjeuner dans le jardin derrière… En plus on y mange de la tête de veau, mon plat préféré ! » À Beaumont-en-Auge, le village d’artiste le plus agréable du pays d’Auge, se trouve le P’tit Beaumont, un bistrot d’arrière-pays dont la réputation fait déplacer les foules ! On y vient pour l’ambiance et la déco qui mêle chaise en métal industriel, canapé Chesterfield et art moderne dans une bâtisse typiquement normande. Dans l’assiette, pas de chichi. Mais qu’est-ce que c’est bon ! Une belle Saint-Jacques en sauce (quand c’est la saison), un poulet rôti frites maison, un fraisier généreux… Sans parler du buffet de hors-d’œuvre à volonté !

Les coups de cœur de la rédaction

Les Quatre Chats

8 rue d’Orléans, 14360 Trouville-sur-Mer

Entrées : 9,50 € – 18,50 €   Plats : 24,50 € – 39,50 €   Dessert : 8,50 € – 13,50 €

Thomas Guilmin

« Aux Quatre Chats, l’ambiance est feutrée et les lumières tamisées. On y déguste une viande très tendre sur du pain toasté. Cet endroit, idéal et atypique, est parfait pour profiter d’un bon repas et d’un bon cocktail. » Lieu haut en couleur, le restaurant Les Quatre Chats ressemble plus à une galerie d’art qu’à un restaurant. On y va pour l’ambiance (et pour l’incroyable lustre hybride queue de chat/bougie). Et on y revient pour la cuisine et aussi pour caresser l’espoir de croiser l’une de ses vedettes favorites ! Car outre le bar à huîtres, les tartines sur pain Poilâne, les viandes aux sauces fabuleuses et les poissons cuisinés à la thaï, Les Quatre Chats sont aussi le rendez-vous des stars qui font halte dans la région !

L’Auberge du Vieux Tour

Route départementale 677, 14800 Canapville Deauville

Entrées : 14 € – 28,50 €   Plats : 24 € – 45 €   Dessert : 13 € – 14 €

Salomé Lellouche

« L’Auberge du Vieux Tour va bientôt devenir ma deuxième maison ! Cela fait près de dix ans que je fréquente cet établissement et c’est toujours un plaisir d’être accueillie par Muriel et de goûter la cuisine raffinée de Franck et Médéric Dugast. » Avez-vous déjà mangé dans un vieux tour ? Vous savez, cet outil géant permettant de moudre le grain ? L’Auberge du Vieux Tour tire son nom de cela. En plein milieu du jardin fleuri de capucines jaunes et orange, Franck Dugast (Maître Escoffier) met à l’honneur les produits du terroir. La carte est courte mais très bien composée et les plats à l’ardoise sont souvent à partager. Ainsi, il est assez commun de trouver une magnifique basse côte de race normande avec une sauce béarnaise juste tiède où encore un bar en croûte de sel levé devant vous, accompagné d’épinards délicatement poêlés au beurre, une mousseline légère de pommes de terre et une sauce beurre blanc.

Xaka

Entrées : 6 € – 9 €   Plats : 17 € – 90 €   Dessert : 9 € – 14 €

18 place Foch, 14360 Trouville-sur-Mer

Guillaume Boutillon

« J’ai été épaté par la burrata aux carottes confites dans de la sauce soja. L’association du fromage et du légume – sucré-salé, crémeux-acide – est incroyable… Depuis le début du meeting, j’y suis même retourné pour déguster une seconde fois ce plat qui est pour moi le plat de l’été. » Le Xaka est un restaurant fusion entre la cuisine latine et asiatique… Et le résultat dans l’assiette est juste exceptionnel ! C’est une invitation au voyage. On y retrouve un menu dégustation en trois ou cinq services. Et à la carte, des sushis de poisson : rouget, thon rouge, bar, saumon, mais aussi de viande ! À découvrir : le barbecue bœuf wagyu chilien qui représente exactement l’esprit fusion food de ce restaurant. Le tout dans une ambiance hyper chill, pensée par le boss Tony Machado, formé à l’école Nobu (et fan du Stade Français, pour ceux qui aiment le rugby). 

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires