mardi 18 juin 2024
AccueilA la uneEmmanuel Cardon : « Je compare toujours le cheval à un être humain »

Emmanuel Cardon : « Je compare toujours le cheval à un être humain »

Emmanuel Cardon : « Je compare toujours le cheval à un être humain »

Le dernier stage pour l’obtention de la licence d’entraîneur public s’est tenu du 30 mai au 30 juin dernier. Ils sont sept à avoir obtenu le précieux sésame ! Chaque jour, nous publierons le portrait de l’un de ces nouveaux entraîneurs.

« J’ai commencé dans les courses en tant qu’apprenti, puis j’ai travaillé 7 ans chez Jean-François Gibromont, dans son ancien haras. À la suite de cela, j’ai été jockey pour le compte de Philippe Lefèvre, principalement en obstacle. J’ai obtenu environ 420 victoires en tant que jockey et j’ai été plusieurs fois Cravache d’or dans l’est de la France. J’ai eu l’occasion de monter dans plusieurs pays. À la suite de différentes fractures, ma licence n’a pas pu être renouvelée et j’ai dû mettre un terme à ma carrière. Je suis ensuite devenu garçon de voyage chez Alain Couétil durant 7 années. Cette expérience m’a également permis de vivre de beaux moments avec un cheval comme Tibérian. Je l’ai accompagné lors de tous ses voyages, nous sommes allés à Hongkong, en Australie, en Allemagne, à Ascot…

Désormais, je travaille à Maisons-Laffitte avec Anne-Sophie Pacault, qui est ma compagne. Cela fait 4 ans désormais que nous collaborons. Avec l’obtention de ce diplôme, je vais pouvoir m’associer officiellement avec Anne-Sophie en tant qu’entraîneur. Cela se fera certainement en début d’année prochaine. »

Maisons-Laffitte, une évidence

« Grâce à toutes ces expériences, j’ai pu voir énormément de centres d’entraînement et appréhender diverses méthodes. J’ai pu me rendre à Royan, effectuant quelques stages chez Guillaume Macaire, mais j’ai également pu travailler dans l’Ouest, dans l’Est, ou encore en Belgique. Je trouve que l’outil de travail dont nous disposons à Maisons-Laffitte est tout simplement exceptionnel, en termes de qualité des pistes, d’accessibilité… De plus, nous allons bientôt avoir sur place un centre de rééducation pour les chevaux, grâce à Frédéric Hinderzé. Je ne me vois pas travailler ailleurs ! »

Une méthode d’entraînement au cas par cas

« Je suis né dans les chevaux et j’adore ça ! On apprend tous les jours à leurs côtés. Et j’aime aussi les défis, c’est une chance de pouvoir faire de ma passion mon travail. Pour l’entraînement des chevaux, je fais en sorte de les comparer à des athlètes humains. Si on leur apprend à bien réaliser quelque chose, ils le feront bien. À l’avenir, en m’associant avec Anne-Sophie, nous souhaitons continuer dans la dynamique actuelle. Les résultats ne cessent de progresser avec le même nombre de chevaux, qui oscille entre 25 et 30 pensionnaires. Cela est le fruit d’un travail “à la carte”, où nous prenons notre temps avec chaque cheval. Nous pourrions en avoir davantage, mais certainement pas travailler de la même façon. Nous pouvons également compter sur le soutien de propriétaires fidèles comme Michel Contignon, le haras de Saint-Voir ou encore le haras de Beauvoir. Je les remercie sincèrement d’ailleurs ! Nous formons réellement une équipe soudée avec notre personnel et je crois que nous faisons vraiment du bon travail ! Cela nous permet d’obtenir de bons résultats, ce qui est motivant pour toute l’équipe… »

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires