vendredi 21 juin 2024
AccueilAutres informationsLa grande année de l’écurie des Monceaux

La grande année de l’écurie des Monceaux

Le tour des haras

La grande année de l’écurie des Monceaux

Depuis 2012, l’écurie des Monceaux a été chaque année sacrée top vendeur de la vente de yearlings d’août Arqana, ainsi que de la vente de sélection en 2020. Sur la piste, le haras a réalisé une année somptueuse, sur la vague des gagnants de Grs1 Paddington et Feed the Flame.

Par Anne-Louise Echevin

ale@jourdegalop.com

En 2022, les trente-trois yearlings “Monceaux” adjugés lors de la vente d’août Arqana ont engendré un chiffre d’affaires de 12.780.000 €, soit 25,9 % du total de la vente. Les deux yearlings vendus 2 M€ ou plus étaient tous deux présentés par l’écurie des Monceaux. Il y a eu Shin Emperor (Siyouni), le propre frère de Sottsass, adjugé 2,1 millions à l’entraîneur japonais Yoshito Yahagi pour Susume Fujita. D’après les informations en provenance du Japon, il pourrait suivre la “voie classique” japonaise : débuts à l’automne pour prendre de l’expérience et dans l’espoir de viser les classiques l’an prochain. L’autre yearling multimillionnaire (2 millions à Godolphin), Ancient Wisdom (Dubawi), fils de Golden Valentine (Dalakhani), a remporté ses deux premières courses et reste sur une troisième place dans les Pat Eddery Stakes (L). Trois des cinq top lots en 2022 arrivaient de l’écurie des Monceaux, puisqu’il faut ajouter l’inédit Earhart (Siyouni), adjugé 1,4 million à LNJ Foxwoods et à l’entraînement chez Tim Donworth.

Sur la vague Paddington

Il y a le ring et la piste. L’écurie des Monceaux arrive sur la vente d’août 2023 avec la vague Paddington (Siyouni), actuellement le meilleur 3ans européen et décrit par Aidan O’Brien comme le nouveau Giant’s Causeway. Et pour cause : le poulain a décroché quatre victoires de Gr1 en l’espace de dix semaines dont, récemment, les Qatar Sussex Stakes (Gr1) à Goodwood. L’aventure Paddington est logiquement suivie avec enthousiasme à l’écurie des Monceaux : « L’équipe en parle tout le temps, nous vivons chacune de ses courses à fond. Quand on entend la comparaison avec Giant’s Causeway ou la manière dont Ryan Moore parle du poulain, c’est évidemment génial ! Paddington était un poulain avec beaucoup d’énergie, tonique, avec une belle épaule. Il ne faisait pas particulièrement parler de lui dans le sens où il n’a jamais eu un problème. De Siyouni, il a hérité de la force, de ses tissus et de sa belle tête. Le côté Montjeu ressort dans le sens où il a peut-être un peu plus de rayon. » Ajoutez, parmi les gagnants de l’écurie des Monceaux en 2023, Feed the Flame (K) (Kingman), qui reste sur une victoire dans le Grand Prix de Paris (Gr1), le très prometteur 2ans Beauvatier (K) (Lope de Vega)… Liste non exhaustive.

Les chiffres sont impressionnants. Ainsi, Tom Wilson, passionné de data et fondateur de Racing Squared, a passé au crible les ventes de yearlings pour savoir quel consigner obtenait les meilleurs résultats. Depuis 2015 (et au 27 juillet), il a recensé les 471 yearlings présentés par l’écurie des Monceaux aux ventes, lesquels ont révélé 36 gagnants de Stakes (7,64 %), 22 gagnants de Groupe (4,67 %) et 9 lauréats de Gr1. Pour Tom Wilson, sur les consigners les plus importants en termes de volume, l’écurie des Monceaux est tout simplement le meilleur en Europe. Alors quel est le secret ? Henri Bozo garde un peu de mystère : « Il n’y en a pas vraiment je crois… C’est le résultat d’un travail au quotidien, de la volonté d’aller chercher dans le détail, de l’envie d’améliorer, de la passion de l’équipe. Quand on réfléchit, on se rend compte du nombre de petits détails que l’on peut améliorer. J’étais au téléphone il y a peu et mon interlocuteur me demandait ce que je faisais, si je marchais dans mes prairies. Il y a un peu cette image d’Épinal de l’éleveur qui marche dans ses prés mais rien n’est aussi simple. Notre métier consiste aussi à réfléchir à toutes ces petites choses que l’on peut améliorer, ces petits détails qui peuvent changer beaucoup de choses. J’adore parler de tout cela avec mes confrères, comprendre ce que chacun fait avec ses terres… »

Développer le haras

Les Monceaux sont un lieu historique de l’élevage de pur-sang. Créé en 1925 par Ralph Beaver Strassburger, le haras est l’image même de la représentation collective du haras normand. La cour des yearlings est splendide, entourée de magnifiques bâtiments. L’écurie des Monceaux s’est développée au fur et à mesure des années : « Nous avons acheté de petites fermes à droite et à gauche quand nous le pouvions. Finalement, nous pouvons passer pas mal de temps sur la route, avec des annexes qui peuvent être à 2km. Cela permet des configurations de terrains différentes, des pâturages tournants, une petite sécurité sanitaire aussi. Je crois que nous sommes arrivés à la bonne taille désormais. » Henri Bozo nous a ainsi présenté une annexe, avec un système de barn stabulation flambant neuf, chaleureux, avec le bois qui laisse passer la lumière et permet aux chevaux d’avoir de l’espace et d’être à la fois dedans et dehors. « Cela permet de proposer autre chose. Pour des chevaux au repos, c’est très bien, ils ont de l’espace et, quand on les sort, ils sont plus calmes. On nous dira qu’il peut y faire froid l’hiver mais les chevaux sont davantage dérangés par l’humidité que par le froid. Je crois au bon sens, et ce système nous a plu avec Bruno, mon assistant. Nous avons désormais deux cents boxes et disposons de 340 ha. »

Une stratégie bien établie sur la jumenterie

L’écurie des Monceaux, pour l’achat de juments, a fait le choix du modèle et du pedigree. « Nous avons mis une stratégie bien en place sur la jumenterie. Les jeunes poulinières vont à des étalons confirmés, afin de saisir au plus vite leur qualité. Cela implique une politique importante de renouvellement de la jumenterie. De façon générale, s’il n’y a pas de black type dans les trois premiers produits, nous vendons. Certains pourraient juger cela trop rapide et c’est ainsi que, par exemple, nous avions vendu Zotilla (Zamindar) en 2019. Sa fille Mangoustine (Dark Angel) était alors foal. »

L’écurie des Monceaux présente uniquement des yearlings élevés sur le haras. Sur les quarante lots présentés, deux sont 100 % élevés Monceaux et vingt-deux autres sont en association. On note la présence de deux élèves de Lady Bamford : le lot 7, par Too Darn Hot et Pamplemousse (K) (Siyouni), et le lot 98, par Wootton Bassett et To Eternity (Galileo). « Nous avions déjà vendu pour Lady Bamford l’an passé. Ses premiers élèves ayant grandi aux Monceaux ont désormais 2ans et elle a donc des poulinières au haras. Ceci étant dit, nous essayons d’être associés dès que nous le pouvons sur les juments. »

La vente d’août, un bon placement dans le temps

On entend parfois que la vente d’août Arqana arrive trop tôt pour les jeunes chevaux. Henri Bozo n’y croit pas : « Je pense que les poulains ont besoin de travailler dès le mois de juin. C’est quelque chose qui leur fait du bien, si on leur laisse une chance en les sollicitant raisonnablement et en leur laissant une chance d’être dehors. Les résultats de la vente de yearlings d’août parlent d’eux-mêmes. J’aime beaucoup cette vente, tout comme j’aime aussi beaucoup la vente d’octobre. Si tout va bien, nous pourrions d’ailleurs y présenter le yearling de Starlet’s Sister (Galileo) par Siyouni, qui a eu besoin d’un peu plus de temps. Je serai ravi de le proposer à cette belle vente et de la mettre ainsi encore un peu plus en lumière. »

Un sire power impressionnant

Il n’y a donc pas de produits de Starlet’s Sister à la vente de yearlings d’août Arqana, mais le lot de l’écurie des Monceaux n’en reste pas moins impressionnant. Ne demandez pas à Henri Bozo quel est son coup de cœur parmi les quarante yearlings qu’il présente ! « Je n’en ai pas ! Je crois que la particularité de notre lot est qu’il est homogène et consistant… » Homogène, consistant et impressionnant en termes de sire power ! Cinq Dubawi, huit Wootton Bassett – la première génération irlandaise conçue à 100.000 € –, sept Siyouni, trois Frankel… Sur le “papier” pur et dur, les saillies des yearlings 2023 de l’écurie des Monceaux pour cette vente d’août représenteraient un investissement d’environ 4.950.000 €.

La présence de cinq Dubawi (sur les sept inscrits à la vente d’août) tape évidemment dans l’œil. C’est un de plus que l’an passé : « Pour moi, c’était la bonne année pour envoyer des juments à Dubawi, je pensais qu’il allait devenir de plus en plus difficile à avoir. Nous avons donc envoyé autant de bonnes juments que possible au sire. » Du croisement avec le sire de Darley sont donc issus le lot 5, premier produit de Paix (Muhaarar – Prix de Lutèce Gr3), le lot 17, deuxième produit de Pollara (Camelot – Prix de Royaumont Gr3) et dont le frère Palazzo (War Front) a ouvert son palmarès à Chantilly, le lot 21, troisième produit de Pretty Spirit (Invincible Spirit), une sœur de Persian King (K) (Kingman), le lot 27, un fils de Psara (Invincible Spirit), issue de la souche des “P” de Pacifique et Platonic développée aux Monceaux, ainsi que le lot 39. Sa particularité est d’être la seule femelle des cinq Dubawi présentés par les Monceaux. C’est le premier produit de Right Hand (Lope de Vega), laquelle avait été achetée 370.000 € par Victor Langlais et Bertrand Le Métayer à la vente d’élevage Arqana 2020. Avec Dubawi, on reproduit ici le croisement de Left Hand (Dubawi), la gagnante du Vermeille (Gr1) et sœur de Right Hand.

Siyouni… et Galileo

Siyouni a été l’un des porte-bonheur de l’écurie des Monceaux. Avec le sire basé aux Aga Khan Studs, le haras a sorti Sottsass (Jockey Club, Ganay, Arc de Triomphe) et, cette année, le champion Paddington, lauréat des 2.000 Guinées d’Irlande, des St James’s Palace Stakes, des Eclipse Stakes et des Qatar Sussex Stakes. « Siyouni est un étalon phénoménal. Il réveille les familles de tenue, leur apporte de la vitesse. Chaque éleveur a ses étalons coup de cœur et on peut dire que Siyouni nous a porté chance ! »

L’écurie des Monceaux présente pas moins de sept produits de Siyouni. On note que quatre d’entre eux présentent un croisement “à la Sottsass” : Siyouni sur fille de Galileo. C’est le cas du lot 164, un fils de C’est Ça (Galileo), propre sœur de la gagnante des Naas Oaks (L) Key to My Heart, le lot 198, troisième produit d’Easter Lily (Galileo), une lauréate des Oaks Trial (L), le lot 244, issu d’Hourglass, une sœur de Shamardal par Galileo. Mais on note aussi le lot 204. Cette pouliche par Siyouni est une sœur du prometteur Beauvatier (K) (Lope de Vega), invaincu en trois sorties dont le Roland de Chambure (L) et le Prix Pirette (Classe 2) devant une certaine Ramatuelle (K) (Justify), candidate au Morny – et coappartenant à l’écurie des Monceaux. Henri Bozo nous décrit une pouliche « Pas très grande mais avec du rayon, de la qualité et beaucoup de locomotion. » On retrouve aussi Galileo dans le pedigree du lot 279, une fille de Lucerne, laquelle est une sœur de Charm Spirit par Frankel (Galileo).

Trois des cinq Frankel de la vente

L’écurie des Monceaux compte aussi sur trois produits de Frankel, qui illustrent bien la stratégie des Monceaux d’envoyer de jeunes juments à des sires confirmés. Le lot 91 est le premier produit de Tacitly (Dubawi), une fille de Timepiece (Zamindar) achetée 375.000 Gns par Horse France. Le lot 274 est aussi un premier produit. La mère, Light Dream (Anodin) a été achetée 200.000 € par Victor Langlais et est une sœur de Plumania (Anabaa) et de Balladeuse (Singspiel). Quant au lot 178, elle est le troisième produit de Correze (Shamardal), mère de la double lauréate Sunburst (Siyouni) et de Victory Shout (Frankel), un pensionnaire de Karl Burke qui vient de courir proprement à Haydock sur le mile, trouvant la distance un peu longue. « Chaque année, Frankel a des résultats de plus en plus impressionnants. Il est capable de révéler des chevaux de Gr1 aussi bien sur 1.600m que sur 2.400m. Je crois que les éleveurs ont appris à bien l’utiliser, avec des juments ayant montré de la vitesse. »

Du côté des étalons ayant leurs premiers yearlings, l’écurie des Monceaux compte sur Pinatubo (Shamardal) et Earthlight (Shamardal), lesquels furent de superbes 2ans et ont confirmé leur vitesse à 3ans, mais aussi sur deux produits de Hello Youmzain (Kodiac) : « J’ai beaucoup aimé les Hello Youmzain que j’ai vus, lesquels sont de très bons marcheurs. »

Et dans la colonne des acheteurs ?

L’écurie des Monceaux va vivre un week-end important. Sur le ring, mais aussi en course puisque le haras a des parts sur Ramatuelle (K) (Justify), candidate au Sumbe Prix Morny (Gr1). La pouliche avait été achetée 100.000 € l’an passé à la vente d’août, où elle était présentée par le haras de l’Hôtellerie : « Nous avons fait pas mal d’investissements dans des pouliches yearlings. Avec Arthur Hoyeau, nous avons lancé des partnerships et cela nous a permis d’acquérir Ramatuelle mais aussi Dyptique (Night of Thunder), qui est gagnante, et Datejust (No Nay Never), encore inédite. Il y a une part de risque en achetant des yearlings mais, par exemple, quelle serait notre chance d’obtenir une Ramatuelle aux ventes d’élevage ? Rentrer des juments qui n’ont pas performé ne me dérange pas, tant qu’elles ont une souche. De plus, je suis très content que nous puissions avoir une Ramatuelle à l’entraînement en France. La question de garder de bons éléments dans le pays pour mettre en avant notre entraînement et notre élevage est complètement d’actualité : nous avons refusé des sommes très importantes pour Ramatuelle. Nous faisons ce que nous pouvons pour la compétitivité française et, de plus, nous pouvons déjà rêver à une saillie de Frankel pour elle ! La France a de bons entraîneurs, de bons éleveurs. J’ai l’impression que, comme dans le rugby par exemple, nous pouvons avoir une sorte de petit complexe historique… Et pourtant, nous pouvons gagner le Tournoi des Six Nations ! »

LES YEARLINGS DE LA VENTE D’AOÛT

Lot Sexe Père Mère Père de mère
5 M. Dubawi Paix Muhaarar
6 M. Wootton Bassett Palmyre Dansili
7 M. Too Darn Hot Pamplemousse Siyouni
17 M. Dubawi Pollara Camelot
21 M. Dubawi Pretty Spirit Invincible Spirit
27 M. Dubawi Psara Invincible Spirit
39 F. Dubawi Right Hand Lope de Vega
42 M. Kameko Roheryn Galileo
51 M. Wootton Bassett Scone Dansili
57 M. Sea the Moon Semera Frankel
64 F. Wootton Bassett Sharavana Fastnet Rock
70 F. Wootton Bassett Silimeri Dansili
71 F. Lope de Vega Silva Kodiac
80 M. Siyouni Soteria Acclamation
91 F. Frankel Tacitly Dubawi
96 F. Siyouni Thrust Home Fastnet Rock
98 F. Wootton Bassett To Eternity Galileo
118 M. Wootton Bassett White Satin Dancer Oasis Dream
123 F. Kingman Zargos Shamardal
136 F. Sea the Stars Anaita Dubawi
138 M. Hello Youmzain Angel Falls Kingmambo
161 F. Lope de Vega Birch Grove Galileo
164 M. Siyouni C’est Ca Galileo
178 F. Frankel Correze Shamardal
186 M. Pinatubo Deft Dubawi
196 M. Night of Thunder Dubai Rose Dubai Destination
198 M. Siyouni Easter Lily Galileo
204 F. Siyouni Enchanting Skies Sea the Stars
209 M. No Nay Never Fact Finding Zoffany
227 M. Kameko Glories Galileo
243 M. Wootton Bassett Holy Roman Empress American Pharoah
244 M. Siyouni Hourglass Galileo
258 F. Kameko Know it All Lord Kanaloa
274 F. Frankel Light Dream Anodin
275 M. Too Darn Hot Ligne d’Or Dansili
279 F. Siyouni Lucerne Frankel
287 F. Wootton Bassett Marbre Rose Smart Strike
297 F. Hello Youmzain Miss Frankel Frankel
306 F. Night of Thunder Mulan Kingman
313 M. Earthlight Nuit Polaire Kheleyf

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires