mercredi 28 février 2024
AccueilInternationalJuddmonte, Bill Mott et des doublés

Juddmonte, Bill Mott et des doublés

Santa Anita (US), samedi

Les autres épreuves de la Breeders’ Cup sur le dirt

Juddmonte, Bill Mott et des doublés

En plus de la Classic, quatre épreuves de la Breeders’ Cup sur le dirt ont eu lieu samedi. Voici les points à retenir.

Distaff : Florent Geroux pour Juddmonte, Vincent Cheminaud troisième

Les 2.400m sur le dirt sont durs et les pouliches et juments de la Breeders’ Cup Distaff (Gr1, 2.400m), la Classic des femelles, n’allaient pas bien vite pour finir… Mais Florent Geroux a réussi à s’imposer aux forceps avec la Juddmonte Idiomatic (Curlin). Toujours vue sur la ligne de tête, elle n’a rien lâché pour s’imposer d’une demi-longueur devant Randomized (Nyquist), vue à son intérieur. La troisième place revient à la chilienne d’élevage Le Da Vida (Gemologist). Elle a bien fini, sous la selle de Vincent Cheminaud qui montait sa première épreuve de la Breeders’ Cup. Florent Geroux remporte quant à lui une huitième Breeders’ Cup. L’entourage d’Idiomatic, âgée de 4ans, a été patient avec elle. La pouliche a couru trois fois à 3ans et, en douze sorties, elle n’est jamais sortie des trois premiers. Elle compte neuf victoires, dont trois consécutives au niveau Gr1. Idiomatic est entraînée par Brad Cox.

Juddmonte travaille sur cette souche depuis quatre générations et l’achat de Monroe (Sir Ivor), fille de la matrone Best in Show (Traffic Judge), par le prince Khalid Abdullah. Curlin, père d’Idiomatic, a vu trois de ses produits s’imposer lors du samedi de la Breeders’ Cup. Il égale un record qui était détenu par… lui-même !

Dirt Mile : Cody’s Wish, le happy end tant espéré

Cody’s Wish (Curlin) quitte la scène sur un succès tant espéré dans le Breeder’s Cup Dirt Mile (Gr1), dans laquelle il conserve son titre. Le 5ans de Godolphin et Bill Mott s’est imposé, venant poser son nez sur le poteau devant National Treasure (Quality Road) et survivant à une enquête suite à un contact entre les deux dans la ligne droite. Il a gagné « à la Cody’s Wish » : ce n’est pas un démarreur et il s’est retrouvé loin, entamant sa remontée dans la ligne d’en face.

L’histoire de Cody’s Wish est bien documentée, digne d’un film de Walt Disney, et il ne serait pas étonnant qu’Hollywood lui consacre un film. Il a été nommé en l’honneur de Cody Dorman, un jeune garçon né avec le syndrome de Wolf-Hirschhorn, une anomalie du développement caractérisée notamment par un retard de croissance pré et postnatale, une déficience intellectuelle, un retard psychomoteur sévère et des crises d’épilepsie. Au cours de l’opération Make a Wish Day en 2018 à Keeneland, Cody Dorman est tombé amoureux de Cody’s Wish, alors foal à Gainsborough Farm (Kentucky) et qui, tout de suite, est venu voir le jeune garçon pour poser la tête sur ses genoux. Les représentants de Godolphin ont été si émus par leur lien qu’ils ont nommé le poulain en son honneur. Et les liens sont toujours restés, Cody’s Wish ne souhaitant qu’une chose après une course : aller voir son ami, qui vient régulièrement le voir aux courses. Il était présent samedi pour les adieux à la compétition du cheval, qui va désormais intégrer Jonabell Farm, le haras de Godolphin dans le Kentucky.

Sprint : Elite Power conserve son titre

Entraîné comme Cody’s Wish par Bill Mott, représentant de Juddmonte comme Idiomatic, et produit de Curlin comme Idiomatic et Cody’s Wish, Elite Power a conservé son titre sans trembler dans le Breeders’ Cup Sprint (Gr1, 1.200m). Le 5ans fait un truc car, avec le sept sur huit dans les stalles, il s’est retrouvé coincé sur une troisième épaisseur le nez au vent. La classe a fait la différence pour finir et il laisse Gunite (Gun Runner), vu sur la ligne de tête, à une longueur et demie, avec Nakatomi (Firing Line) troisième à une demi-longueur.

Elite Power quitte la scène sur une victoire. Il va intégrer la structure américaine de Juddmonte et son tarif a été annoncé avant sa victoire de samedi (50.000 $). Contrairement à Idiomatic, il n’est pas issu de l’élevage Juddmonte et a été acquis 900.000 $ yearling à Keeneland.

Filly & Mare Sprint : Goodnight Olive, de la piste au ring

Une seule jument avait réussi à conserver son titre dans le Breeders’ Cup Filly & Mare Sprint (Gr1, 1.400m) : Groopie Doll (Bowman’s Band). Elle est désormais rejointe par Goodnight Olive (Ghotzapper). La pensionnaire de Chad Brown s’est imposée facilement, par deux longueurs trois quarts, après un bon parcours dans le sillage des premières et non sans contrarier l’animatrice, Society (Gun Runner), au moment d’accélérer, mais cette dernière était déjà battue. L’épreuve avait un petit air de France puisque Rodolphe Brisset, installé aux États-Unis, y présentait son tout premier partant dans une épreuve de la Breeders’ Cup, et sa pensionnaire Yuugiri (Shackleford) n’a pas du tout démérité, bien au contraire ! Elle a tracé une jolie ligne droite pour se classer deuxième de la grande favorite, qui compte désormais quatre victoires de Gr1 sur 1.400m dirt.

Goodnight Olive va désormais passer sur le ring de Fasig-Tipton, mardi 7 novembre, lors de la traditionnelle grande vente post Breeders’ Cup, la November Sale et sa « night of the stars« .

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires

Salon agriculture

1 Salon, 3 objectifs

Cheltenham betting