dimanche 19 mai 2024
AccueilÉlevageDaniel Jannet : « Je rêvais simplement d’avoir un partant à Auteuil ! »

Daniel Jannet : « Je rêvais simplement d’avoir un partant à Auteuil ! »

Daniel Jannet : « Je rêvais simplement d’avoir un partant à Auteuil ! »

Ancien entrepreneur dans le secteur du bâtiment, Daniel Jannet élève depuis 2007, à Bâgé-la-Ville, dans l’Ain. Dans quelques semaines, son meilleur élève, Jeriko du Reponet (Chœur du Nord), lauréat samedi d’un Gr2 à Doncaster, devrait se présenter au départ du Supreme Novice’s Hurdle (Gr1) à Cheltenham.

Par Sacha Rochereau

sr@jourdegalop.com

Âgé de 68 ans, Daniel Jannet s’est lancé en tant qu’éleveur sur le tard, suite à une rencontre : « Mon père a élevé quelques chevaux et il m’a transmis la passion. Mais j’ai commencé l’élevage lorsque j’ai fait la rencontre de Simon Philibert, qui était éleveur. C’est à lui que j’ai acheté mes premières juments et cela a commencé comme cela. Osmose du Moulin (Vidéo Rock) a été ma première poulinière et elle est devenue la grand-mère de Jeriko du Reponet. Pour la petite histoire, j’avais envoyé ma meilleure jument, Viky du Reponet (Voix du Nord), qui a gagné cinq courses dont deux gros handicaps à Auteuil, à la saillie en Normandie. Je voulais la croiser avec No Risk at All (My Risk), qui débutait. Martaline (Linamix), mon choix initial, étant complet, je m’étais dirigé vers ce jeune sire. Mais cela n’avait pas fonctionné, Viky n’étant pas pleine. En revanche, j’avais également emmené Ukaline du Reponet (Agent Bleu), que j’ai choisi de mettre sur Chœur du Nord (Voix du Nord). La raison était simple, Chœur du Nord étant un fils de Voix du Nord (Valanour), le père de Viky, ma championne. Ce croisement a donné Jeriko. Pour obtenir ce cocktail gagnant, il y a eu un peu de sentiment, de hasard, et beaucoup de chance ! »

Seulement quelques juments

« Viky du Reponet a vraiment été une super jument. Elle a gagné cinq fois à Auteuil, battu des chevaux de Groupe et pris 210.000 € de gains. Elle n’a malheureusement fait qu’un produit, et elle est décédée en 2022. Quant à Jeriko, je ne l’ai pas beaucoup connu, puisque je l’ai vendu à l’âge de six mois à Antoine Gronfier. Ceci dit, je me souviens d’un poulain bien fait, qui avait déjà un peu de caractère. J’ai eu de bons échos au sujet de sa sœur, Lovely Grey (Fly with Me), qui est à l’entraînement chez Étienne d’Andigné. Je n’ai jamais eu beaucoup de poulinières, pas plus de trois ou quatre. Je n’en ai d’ailleurs plus actuellement, étant donné que Viky et Upalik du Reponnet (Policy Maker), sa sœur, sont mortes. Mais il y a Kapy du Reponet (Tin Horse), la demi-sœur de L’Kolo du Reponet (Jeu St Éloi), vendu 45.000 € à Arqana l’an passé. Celle-ci est âgée de 4ans et devrait débuter prochainement, elle sera peut-être poulinière ensuite. Il y a aussi une femelle, produit de Viky, qui est âgée de 2ans. Je ne compte pas acheter de nouvelles juments. »

Une belle aventure

Pour la première fois, l’éleveur se rendra en mars prochain sur le mythique hippodrome de Cheltenham, qui plus est avec un partant dans un Gr1 : « Je serai présent à Cheltenham. Nous y allons avec mon fils, mais également avec Patrice Le Bastard, le beau-père d’Étienne d’Andigné, et sa femme. Ce sera une première, à la fois sur l’hippodrome et avec un partant. Quoi qu’il arrive, ce sera un beau moment. Jeriko est certainement mon meilleur produit, il n’a gagné que deux petites courses pour le moment [cette interview a été réalisée avant le succès de samedi, ndlr]. Nous verrons dans le Gr1 comment cela se passe. Je suis très satisfait de ce que je suis parvenu à faire avec les chevaux, j’ai démarré cette activité un peu par hasard. C’est une belle aventure, j’ai vécu de très bons moments, notamment les victoires à Auteuil, et fait des rencontres. Au départ, j’avais simplement comme rêve d’avoir un partant à Auteuil ! Tomber sur Viky du Reponet a déjà été assez exceptionnel. »

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires