dimanche 14 avril 2024
AccueilÉlevageLes Capucines soutiennent Muhaarar avec des juments de qualité

Les Capucines soutiennent Muhaarar avec des juments de qualité

Dans les cuisines des éleveurs français

Les Capucines soutiennent Muhaarar avec des juments de qualité

Avec Meditate (2e des 1.000 Guinées d’Irlande) et Lindy (2e de la Poule d’Essai des Pouliches), deux yearlings présentés chez Arqana par le haras des Capucines sont montés sur le podium d’un classique en 2023. Éric Puerari, Michel Zerolo, Philippe Lazare et leurs clients ont de réels espoirs pour 2024.

Le haras des Capucines est impliqué dans la carrière de Muhaarar (Oasis Dream). L’étalon du haras du Petit Tellier réalise un très bon début d’année 2024 grâce à la réussite de sa production dans le Golfe et en Australie notamment, quatre de ses produits ayant brillé au niveau black type. Au point qu’il est le troisième meilleur étalon au monde par les gains au 27 février 2024. Ses produits réussissent donc bien à l’international, si bien que l’étalon a donc une bonne exposition hors de nos frontières, ce qui a toute son importance quand on connaît l’impact des acheteurs internationaux sur les ventes de yearlings françaises. Éric Puerari explique : « Les Muhaarar font de belles et longues carrières, ce qui est toujours valorisant. Ils n’étaient peut-être pas totalement adaptés au système des 2ans anglais où il faut être ultra-précoce. Le contexte français devrait mieux leur convenir car il donne un peu plus de temps aux chevaux pour se développer. Muhaarar va saillir de très bonnes juments en 2024, les éleveurs français sont très sensibles à sa réussite et à son tarif également. » L’éleveur poursuit : « Les étalons les plus confirmés au niveau international sont à des tarifs qui représentent une trop grosse prise de risque. Nous essayons de rester raisonnables. L’étalon le plus cher que nous utilisons cette année avec nos juments est Blue Point [proposé à 60.000 £ en 2024, ndlr] » De nos jours pour aller aux ventes avec un yearling issu d’un étalon de tête (Frankel, Dubawi), il faut être aussi riche que les acheteurs potentiels… car il faut avoir les moyens de le défendre !

De bonnes juments pour Muhaarar

Volute (Rock of Gibraltar) est déjà la mère d’un multiple gagnant en Arabie saoudite et de Positive Carry (Sea the Moon), quatrième de stakes l’an dernier à 2ans aux États-Unis. Elle s’est aussi classée deux fois deuxième dans de bons maidens à Saratoga et à Gulfstream Park. La page est vivante avec sous la deuxième mère Fakarava (Le Havre), lauréate du Critérium de Lyon (L) et engagée dans les classiques 2024 : « C’est la bonne origine de Persian Belle (Machiavellian). Elle sera saillie par Muhaarar. »

Varega (Danehill Dancer) a gagné le Prix Didier Vezia, un maiden très prisé dans le Sud-Ouest. Ce fut son unique sortie. Elle a donné Saqr (Dutch Art), deux fois placé de Listed en France et rapidement exporté au Qatar où il a gagné cinq courses, dont le Derby et les Guinées locales. À chaque fois, il battait des lots composés de sujets importés d’Europe avec du caractère gras. Son 2ans de l’année dernière, Loose Cannon (Territories), s’est classé troisième des Acomb Stakes (Gr3) : « Leur mère, Varega, est pleine de Muhaarar… et elle retourne à Muhaarar. »

Les débutants étrangers

Beagling (Wootton Bassett) avait dévoilé de la qualité en se classant notamment troisième du Prix Cléopâtre (Gr3). C’est la bonne origine du haras d’Écouves, avec en particulier Audarya (Wootton Bassett), lauréate du Breeders’ Cup Filly & Mare Turf et du Prix Jean Romanet (Grs1), mais aussi le grand voyageur Jim and Tonic (Double Bed) : « Son yearling par Hello Youmzain (Kodiac) a été vendu 175.000 € et il est chez Fabrice Chappet. En 2024, elle va rencontrer Chaldean (Frankel). Beagling nous a déjà donné une belle Galiway (Galileo) d’où l’idée de retourner à la lignée mâle de Galileo. Coolmore fait le pari de la rencontre des Wootton Bassett et de Galileo. Nous suivons un peu la même veine. »

Dominique Adès-Hazan et Éric Puérari ont élevé et fait courir Dame du Roi (Dark Angel). Elle fut une bonne 2ans, lauréate des Prix Miesque (Gr3) et Amandine (L) : « Uruguay (Authorized), la mère de Dame du Roi, va pouliner de Siyouni. Elle sera saillie par Modern Games (Dubawi), un cheval que j’aime bien. Uruguay a certainement besoin d’un apport de vitesse. Et elle devrait bien croiser avec le sang de Dubawi (Dubai Millennium). L’an dernier à 2ans, Casapueblo (K) (Le Havre) a bien gagné à deux reprises avant de courir le Critérium de Saint-Cloud (Gr1). C’est certainement un bon cheval pour 2024… »

Issue de l’élevage de madame Fabre, Célestissime (Camelot) s’est classée troisième du Preis der Stadtsparkasse (L). Son propre frère Lucius Tiberius (Camelot) s’est classé troisième des August Stakes et de la King George V Cup (Ls). Célestissime, à la reproduction pour Jean-Étienne Dubois, avait une yearling par Siyouni (Pivotal) l’année dernière qui s’est vendue 380.000 € : « C’est une jeune jument qui produit très beau. Elle descend d’une bonne origine Niarchos. Suitée de Sea the Moon, elle va à Modern Games. C’est un jeune cheval ravissant, très régulier en compétition, avec une pointe de vitesse merveilleuse. »

Les valeurs sûres irlandaises

Il ne se passe pas un jour sans que le nom de Peter Savill n’apparaisse dans la presse britannique ces derniers mois car il est l’inspirateur de la grande réforme de “premierisation” du sport hippique. Pour son élevage, il fait confiance à la France et en particulier au haras des Capucines où sont stationnées Izzy Bizu (Kodiac), gagnante du Prix Six Perfections (L), et sa fille Dizzy Bizu (Carravaggio), lauréate du Prix La Flèche et du Critérium de Vitesse (Ls) : « Le Persian King (Kingman) d’Izzy Bizu s’est vendu 200.000 € au mois d’octobre. Il a été acheté par Godolphin. La jument va à No Nay Never pour retrouver le sang de Scat Daddy (Johannesburg) avec lequel elle a déjà donné Dizzy Bizu. La fille est promise à Starsplangedbanner (Choisir), autre étalon très confirmé. »

Un pari sur Palace Pier et sur Persian King

Kharanovka (Siyouni) avait très bien gagné en débutant à Saint-Cloud au mois de mars de ses 3ans. C’est la propre sœur d’Étoile (Siyouni), élevée au haras des Capucines, et gagnante des E. P. Taylor Stakes (Gr1) : « Nous allons à Palace Pier (Kingman), un cheval que j’aime beaucoup. Il doit pouvoir amener cadre et vitesse. Kharanovka a connu quelques soucis qui l’ont empêchée de confirmer après sa belle victoire en débutant. » C’est le croisement d’Invincible Spirit (Green Desert) sur Pivotal (Polar Falcon), lequel a donné “en direct” 12 black types pour 59 partants et un taux de lauréat de stakes deux fois supérieur à la moyenne d’Invincible Spirit (12 %). 

Pour en revenir à Palace Pier, il a débuté à 55.000 £ en 2022 et aura ses premiers yearlings en 2024. Cette année, il est certainement possible de l’utiliser dans des conditions plus avantageuses, mais en faisant le pari que ses 2ans de 2025 vont réussir. Au sein de la jumenterie des Capucines, l’étalon va aussi saillir Danyeva (Dabirsim), invaincue en deux sorties. C’est la sœur de la précoce Zonza (Alex the Winner), lauréate de ses trois premières courses à 2ans dont le Prix du Bois (Gr3) : « Danyeva s’est accidentée mais je pense qu’elle avait certainement les capacités pour devenir black type. Sa sœur Zonza, placée du Prix Morny (Gr1), a été vendue à la famille Yoshida. Danyeva est suitée de Sottsass (Siyouni), un jeune étalon que j’aime beaucoup. »

Stationnée au haras des Capucines pour les frères Larrieu, Zain Al Boldan (Poliglote) est lauréate lors de son unique sortie à 2ans sur le mile de Brighton. Elle a ensuite gagné les Oaks Trial Stakes (L, 2.300m) à Lingfield. Poetic Dream (Poet’s Voice), son premier bon produit, a remporté les 2.000 Guinées allemandes (Gr2, 1.600m). Zain Al Boldan aussi produit Who Knows (Siyouni), gagnante du Prix François Boutin (Gr3) : « Zain Al Boldan produit de manière très régulière, au modèle et dans les performances. Elle va à Persian King (Kingman). C’est une preuve de confiance envers ce jeune étalon. La jument a un très beau Wootton Bassett (Ifraaj) pour la vente d’août. »

Les débutants français, Ace Impact et Onesto

Motivation (Muhtathir) a gagné deux courses sur 2.400m et a décroché son black type dans le Prix Vulcain (L). C’est la mère de Rockemperor (Holy Roman Emperor), un cheval d’acier qui a remporté les Joe Hirsch Turf Classic Stakes (Gr1) et dépassé le million de dollars de gains aux États-Unis. Son 3ans Rhetorical (Wootton Bassett) doit débuter cette année en Angleterre. Il avait été vendu 200.000 Gns lors du book 1 : « Motivation est très signée Muhtathir. Elle a beaucoup de rayon et va à Onesto (Frankel), un cheval assez “ramassé”. Avec une poulinière confirmée, on peut aller à la jeunesse. »

Mintaka (Zamindar) compte une victoire et une place à 2ans et 3ans pour les couleurs de son éleveur, Son Altesse l’Aga Khan. Elle a déjà donné Cartiem (Cape Cross), lauréate du Prix Pénélope (Gr3) : « Ses propriétaires ont pris un risque lors de l’achat car elle était vide depuis trois saisons. Mais elle a donné trois foals ces trois dernières années. Sa 3ans doit débuter rapidement. Mintaka est suitée d’une belle Sea the Moon (Sea the Stars) et va à Onesto. »

Mnasek (Empire Maker) a gagné les UAE Oaks (Gr3) et elle s’est classée deuxième des Guinées locales (L). Issue d’un papier purement américain, avec de la vitesse, elle est très facile à croiser avec les étalons européens : « Elle vient de pouliner de Blue Point et va à Ace Impact (Cracksman). »

De bonnes juments pour Galiway et Zarak

Gagnante du Prix Miesque (Gr3), Dame du Roi est pleine de Night of Thunder (Dubawi). Elle va à Galiway.

Deuxième du Prix Roland de Chambure (L), Pivottina (Vision d’État) est partie aux États-Unis où elle s’est classée troisième des Jimmy Durante Stakes (Gr3, 1.600m, 2ans). Elle présente l’avantage d’être assez outcross, « tout en ayant de la vitesse et de la précocité. C’est une belle jument, bien faite. Un peu plus loin dans le pedigree, on retrouve une famille Moussac, celle de Luth de Saron (Luthier). J’aime beaucoup les courants de sang qu’elle apporte, comme Pivotal (Polar Falcon) et Kaldoun (Caro). Suitée d’une belle Saxon Warrior (Deep Impact), elle va à Galiway (Galileo). »

Estimée par David Smaga, Mezzo Mezzo (Mount Nelson) n’a pu montrer l’étendue de son talent. Mais elle est néanmoins lauréate en décembre de ses 2ans sur les 1.500m de la P.S.F. deauvillaise, dans un lot bien composé. C’est la mère de Trident (Wootton Bassett), deuxième du Prix Morny (Gr1), et d’Half Half (Anodin), troisième du Prix Millkom (L) : « Mezzo Mezzo a une yearling de Wootton Bassett. Elle est pleine du même étalon. Et elle va à Zarak (Dubawi). »

Ils ont réussi avec leurs premières productions

Temida (Oratorio) a remporté le Grosser Preis von Bayern (Gr1). Sa fille Tabera (Gleneagles) est double lauréate de Gr3 en Allemagne à 3ans et 4ans sur 2.000m : « Tabera et Temida sont toutes les deux chez nous. Nous essayons de “soigner” Tabera qui est pleine de Lope de Vega (Shamardal). Elle va à Blue Point (Shamardal) qui est très bien parti l’année dernière avec ses premiers 2ans. C’est une jument allemande… qui n’est pas très allemande dans son pedigree. On retrouve une origine Abdullah un peu plus loin, celle d’Interval (Habitat) par exemple. » Blue Point a fait forte impression avec sa première génération de 2ans, laquelle comptait deux gagnants de Gr1. Sioux Nation (Scat Daddy), de son côté, avait ses premiers 3ans en piste l’an dernier. Il n’a pas encore donné de star, mais présente un fort taux de black types par partant (12 %) qui l’a rendu très populaire en 2023 chez les éleveurs irlandais. Au sein de l’effectif des Capucines, il va saillir Bartira (Cape Cross), déjà mère de Pappalino (Makfi), deuxième du Prix Greffulhe (Gr2) : « L’année dernière, en août, elle avait une belle yearling par Lope de Vega qui est partie aux États-Unis. C’est une souche bien connue, celle de Party Doll (Be my Guest), avec laquelle nous avions obtenu Zagora (Green Tune), gagnante de la Breeders’ Cup Filly & Mare Turf (Gr1). Bartira a une yearling de Victor Ludorum et elle a été saillie par Sioux Nation, un jeune étalon sérieux. »

L’autre grosse impression chez les first crop sire de 2023 se nomme Too Darn Hot (Dubawi), père de quatre gagnants de Groupe. Aux Capucines, il va saillir l’inédite Eyota (Golden Horn). C’est une sœur de Flotilla (Mizzen Mast), gagnante de la Breeders’ Cup Juvenile Fillies Turf et de la Poule d’Essai des Pouliches (Grs1). Et c’est aussi la tante de Mangoustine (Dark Angel), autre lauréate de la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1). Eyota est d’ailleurs pleine de Dark Angel (Acclamation). C’est une fille de Golden Horn (Cape Cross), un étalon qui officie désormais sur le marché de l’obstacle. Mais à bien y regarder, avec 14,6 % de black types par partant, il s’agit d’un reproducteur qui est meilleur que ce que sa cote sur le marché ne le laisse entendre. Vu son profil et son pedigree, personne ne serait surpris que Golden Horn devienne un bon père de mère.

Une jument pour Night of Thunder

Très bien née, Dubai Opera (Invincible Spirit) est une ancienne Godolphin acquise chez Goffs. Elle reproduit pour un client du haras (Vendôme Horse Invest). L’an dernier, son yearling par Ghaiyyath (Dubawi) a été acheté 600.000 € par Godolphin. Dyptique (Night of Thunder), premier partant de la jument, a gagné deux fois à 2ans et possède un engagement dans la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1). Pleine de Baaeed (Sea the Stars)… elle retourne à Night of Thunder, en espérant un bel update dans les mois à venir !

LES CROISEMENTS ÉVOQUÉS DANS CET ARTICLE

Jument Étalon 2024
Mnasek Ace Impact
Temida Blue Point
Beagling Chaldean
Pivottina Galiway
Dame du Roi Galiway
Uruguay Modern Games
Célestissime Modern Games
Volute Muhaarar
Varega Muhaarar
Dubai Opera Night of Thunder
Motivation Onesto
Mintaka Onesto
Zain Al Boldan Persian King
Bartira Sioux Nation
Eyota Too Darn Hot
Mezzo Mezzo Zarak

Article précédent
Article suivant
VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires