mercredi 28 février 2024
AccueilÉlevageLes paris de Benoît Jeffroy

Les paris de Benoît Jeffroy

Dans les cuisines des éleveurs français

Les paris de Benoît Jeffroy

Pour son propre compte, mais aussi avec sa famille et ses associés, Benoît Jeffroy fait saillir une cinquantaine de poulinières en 2024. Son plan de croisement fait la part belle aux étalons français et en particulier aux jeunes sires de notre pays.

Par Adrien Cugnasse

ac@jourdegalop.com

Le 14 avril dernier, Chez Pierre (Mehmas) remportait avec la manière les Maker’s Mark Mile Stakes (Gr1) devant Modern Games (Dubawi), lauréat des Lockinge Stakes (Gr1) un mois après. Le troisième, Up to the Mark (Not this Time) s’imposait dans les Turf Classic Stakes (Gr1) quelques semaines plus tard. C’est dire la valeur du lot ! Sa mère, Hortensia (Orpen), a coûté 22.000 € à 4ans. Et Chez Pierre a été conçu lorsque son père, Mehmas (Acclamation), était un débutant qui officiait à 12.500 €. Voilà la stratégie de Benoît Jeffroy : répartir les risques sur un nombre suffisant de juments (il en fait saillir 48 en 2024), renouveler sa jumenterie en achetant à des tarifs réalistes et faire des paris sur de jeunes étalons, qu’ils soient débutants ou sur la montante. Ce schéma, c’est celui de beaucoup de haras français, alors même que le très haut de gamme représente des prises de risques considérables. Prenons un exemple. Si Frankel (Galileo) est indéniablement le meilleur étalon d’Europe, en 2023, un yearling sur cinq dans sa production n’a pas trouvé preneur aux ventes. Et il faut avoir les reins solides si l’on se retrouve dans ce cas de figure car cette génération était conçue au tarif de 175.000 £ (environ 200.000 €) la saillie.

Sept juments pour Mehmas

Hortensia, la mère de Chez Pierre, est malheureusement morte. Mais Benoît Jeffroy est encore associé sur sa fille, Zelda (Zelzal), gagnante du Prix Saraca (L). Avant de revenir des États-Unis, la pouliche a été saillie par Medaglia d’Oro (El Prado), grand étalon américain ayant donné 21 black types en Europe. Pour renouer avec le croisement de Chez Pierre, Zelda part à la rencontre de Mehmas en 2024 : « C’est une petite pouliche, très tonique, bien faite, avec de la profondeur et un peu de force. Mehmas n’est pas un gros cheval, mais il peut produire plus costaud que lui. C’est un étalon très améliorateur. Il a donné de super chevaux avec une jumenterie moyenne. C’est un sire qui améliore le modèle et le mental des juments qu’on lui présente. Ils sont à son image : très calmes, mais avec un mental de guerrier. Lui-même, en piste, donnait tout ce qu’il avait. » En 2023, Mehmas avait ses générations creuses en piste, celles conçues avant la réussite de ses premiers partants. Néanmoins, depuis ses débuts au haras, le sire de Tally Ho Stud (en association avec Al Shaqab Racing) a des « stats » impeccables : 63 % de gagnants et 14 % de gagnants par partant, dont 16 gagnants de Groupe et quatre lauréats de Gr1. Benoît Jeffroy envoie un total de sept juments à Mehmas en 2024, dont Secret Time (Camacho), deuxième du Prix d’Aumale (Gr3), et Gift Horse (Havana Gold), une sœur de Krypton Factor (Kyllachy), gagnant des Golden Shaheen Stakes (Gr1). Mehmas va également saillir Mlayhah (Le Havre) et Sundaze (Shalaa), deux filles de la bonne poulinière Tropical Mark (Mark of Esteem)…

Beaucoup d’étalons français

Sur les 48 poulinières de Castillon, 40 vont à des étalons stationnés en France cette année. Soit 83 %. C’est le cas de Just with You (Sunday Break) qui est déjà la mère de Penja (Camelot), lauréate du Prix de Psyché (Gr3), et de Taos (Toronado), gagnant du Derby du Midi (L). Just with You est promise à Zarak (Dubawi) en 2024 : « Cet étalon a montré qu’il était capable de produire de très bons chevaux. C’est l’occasion de rester en France pour la faire saillir. C’est une jument très facile à croiser car son pedigree est outcross. Just with You est très osseuse. Et cela peut « coller » avec Zarak qui produit parfois léger. » Sœur de Just with You, Texalova (Dream Ahead) est la mère de Texas (Wootton Bassett), deuxième de la Poule d’Essai des Poulains (Gr1). Pleine de Saxon Warrior (Deep Impact), Texalova va à Galiway en 2024 : « Galiway transmet de la locomotion et un bon mental. »

Autre étalon français, Zelzal (Sea the Stars) va recevoir quatre juments en 2024. Sa première « grosse » génération est née en 2023. Si tout s’oriente favorablement, les produits nés en 2025 passeront en vente alors que la plus importante production de l’étalon aura 2ans. Zelzal a 10 % de black types par partant depuis ses débuts. L’an dernier, c’était le deuxième meilleur étalon de sa génération en Europe selon ce critère (derrière le phénomène Zarak). Zelzal va couvrir Brook on Fifth (Champs Élysées), quatrième de Groupe en Irlande, ou encore Layali (Rip van Winkle), deuxième du Prix Caravelle (L).

À cheval entre plat et obstacle

Funny Crazy (Chichicastenango) est la mère de Cash Equity (Toronado), troisième du Del Mar Handicap (Gr2) en 2023. Ayant un papier polyvalent, la jument est ensuite allée à plusieurs étalons d’obstacle, Kapgarde (Garde Royale), Ectot (Hurricane Run), Goliath du Berlais (Saint des Saints) et Magic Dream (Saint des Saints). Pour 2024, son entourage a décidé de ne pas choisir ! Funny Crazy sera en effet saillie par un étalon capable de donner des gagnants de Gr1 à la fois en plat et sur les obstacles : Galiway (Galileo). L’étalon de Colleville a quatre juments de Castillon dans son carnet de bal. Benoît Jeffroy détaille : « Galiway est un étalon confirmé dans les deux univers. Il apporte de la substance et Funny Crazy est un peu légère. Quand on compare au niveau européen, on se rend compte que Galiway est proposé à un tarif intéressant. D’autant plus qu’il n’y a pas de coût de transport. »

Ils n’ont pas encore eu de partants

Hello Youmzain (Kodiac) aura ses premiers partants en piste cette année. Il va saillir Dark Between Stars (Dark Angel), une élève d’Al Asayl et Space Angel (Shalaa), issue d’une grande origine Juddmonte (celle d’Enable, Flintshire…)

Benoît Jeffroy a soutenu Texas, stationné au haras du Hoguenet, avec ses juments en 2023. Et il va continuer en 2024 avec quatre juments dont Sloane de Borepair (Sèvres Rose) et Sotunza (Astronomer Royal), déjà mères de black types : « Nous avons déjà quatre foals. Et ils sont très beaux, comme leur père. Cela nous encourage à continuer à le soutenir avec de bonnes juments. » Autre étalon élevé « à la maison » et stationné au Hoguenet, Magic Dream (Saint des Saints) recevra cinq juments du haras : « Je crois beaucoup en Magic Dream. Les foals sont superbes, avec du modèle, de la locomotion… ils sont bien d’aplomb. Et l’étalon a déjà deux fois plus de réservations que l’année dernière. »

Thunder Moon (Zoffany), jeune sire de Bouquetot, va recevoir quatre poulinières, et son voisin de box, Lusail (Mehmas), en aura six. Wooded (Wotton Bassett) attend ses premiers partants. Il va recevoir trois juments de Castillon : « Je pense que c’est un jeune étalon qui peut créer la surprise. J’ai de très bons retours des entraîneurs. Très bien né, c’est un Wootton Bassett, il est beau cheval et avait de la vitesse. »

Les croisements évoqués dans cet article

Juments Saillies 2024
Anjella Galiway
Funny Crazy Galiway
Texalova Galiway
Space Angel Hello Youmzain
Dark Between Stars Hello Youmzain
Texanne Lusail
Ever Together Lusail
Ribera Lusail
War Story Lusail
Terre de Breizh Lusail
Rosehill Lusail
International Love Magic Dream
Muthaba Magic Dream
Saint Hilary Magic Dream
Daidahana Magic Dream
Radiation Magic Dream
Sundaze Mehmas
Secret Time Mehmas
Mlayhah Mehmas
Zelda Mehmas
Fetna Thunder Moon
Stay in Paris Thunder Moon
Galilea Thunder Moon
Qalancia Thunder Moon
Queen Guanhumara Wooded
Texanna Wooded
Barbacena Wooded
Just with You Zarak
Brook on Fifth Zelzal
Layali Zelzal

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires